Un mystérieux vortex sombre repéré sur la planète Neptune

Par
Le 09 février 2019
 0
uranus et neptune
à gauche Uranus et sa gigantesque calotte nuageuse, à droite Neptune est son mystérieux vortex sombre © NASA, ESA, A. Simon (NASA Goddard Space Flight Center), and M.H. Wong and A. Hsu (University of California, Berkeley)

La NASA vient de dévoiler deux nouvelles images de Neptune et Uranus capturées par le télescope spatial Hubble en septembre et novembre 2018 dans le cadre de sa surveillance météorologique des planètes du système solaire.

Parées d'une magnifique teinte couleur cyan en raison de leurs atmosphères chargées en méthane, les deux planètes ont aussi leurs saisons et leurs tempêtes, c'est le mystérieux vortex sombre de Neptune qui attire néanmoins le plus l'attention. Il s'agirait en fait d'une gigantesque tempête s'étalant sur une largeur de plus de 11 000 kilomètres !


Des tempêtes titanesques dont on ignore encore l'origine

Ces images mettent en lumière les énormes tempêtes qui ravagent le pôle nord de Neptune, les chercheurs de la NASA ignorent encore comment elles se forment, mais ils estiment que les vortex se développent profondément dans son atmosphère et qu'ils ne deviennent visibles pour Hubble qu'une fois qu'ils ont atteint des altitudes élevées. À l'instar de l'instantané d'Uranus où l'on aperçoit très clairement la calotte nuageuse surplombant son pôle nord, les tâches blanches et brillantes sur Neptune sont ce que la NASA appelle des « nuages compagnons », que Hubble a déjà pu observer en bien plus grands nombres avec les vortex précédents et dont l'activité semble être corrélé avec leur apparition.

Le chapeau nuageux trônant sur le pôle nord d'Uranus pourrait quant à lui être provoqué par l'inclinaison et l'axe de rotation unique et particulière de la planète géante. Durant la période estivale, le pôle nord d'Uranus est en effet continuellement exposé à un soleil qui ne se couche jamais, les chercheurs pensent que cette saison estivale pourrait avoir un impact très important sur l'atmosphère d'Uranus. Le petit point brillant que l'on peut observer au bord de la tempête serait un vaste et compact nuage de méthane glacé, la NASA indique d'ailleurs qu'il est parfois si brillant que des astronomes amateurs sont en mesure de l'observer et le photographier.


Un programme d'un grand intérêt scientifique

C'est dans le cadre du programme à long terme OPAL - Outer Planet Atmospheres Legacy - que Hubble capture chaque année des instantanés des planètes de notre système solaire grâce à la caméra à large champ WFC3 installée sur le télescope spatial en 2009. Comme le précise la NASA dans son communiqué, la programme OPAL a pour objectif de « d'étudier les changements saisonniers à long terme et de capturer des évènements transitoires » comme c'est le cas avec cette tache sombre sur Neptune.

Ce programme de suivi météorologique a pour objectif d'aider les chercheurs à mieux comprendre les planètes externes de notre système solaire et déchiffrer les mystères qui les entoure. En outre, ces analyses pourraient également permettre de mieux cerner « la diversité et les similitudes des atmosphères des planètes du système solaire, y compris la Terre ».

Modifié le 09/02/2019 à 14h20
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités Conquête spatiale

scroll top