TESS découvre une mini-Neptune en orbite autour d'une étoile lointaine

Matthieu Legouge Contributeur
14 janvier 2019 à 07h30
0
TESS
© NASA

Les astronomes responsables du petit télescope spatial TESS, lancé il y a quelques mois - en avril 2018 - viennent d'annoncer, lors de la réunion annuelle de l'American Astronomical Society à Seattle, la découverte d'une nouvelle exoplanète : une mini-Neptune située à environ 53 années-lumière de la Terre.

HD 21749 b, c'est son nom, est la troisième exoplanète confirmée découverte par le télescope spatial TESS (Transiting exoplanet survey satellite).

La sonde spatiale TESS confirme l'existence de 8 nouvelles exoplanètes


D'une taille 3 à 4 fois supérieure à celle de la Terre, mais surtout 23 fois plus massive, HD 21749 b est une mini-Neptune dont la densité serait proche de celle de l'eau. Cela sous-entend qu'elle est moins gazeuse que Neptune, mais qu'il parait tout de même improbable qu'elle soit rocheuse comme peut l'être la Terre.

Bouclant son orbite autour de son étoile - une naine orange - en 36 jours, HD 21749 b serait une planète relativement chaude puisqu'elle serait située très proche de son étoile, à environ la moitié de la distance qui sépare Mercure de notre Soleil (Mercure est la planète la plus proche de notre astre avec une distance comprise entre 0,31 et 0,47 UA).

Selon l'interprétation des données collectées par TESS, la température à la surface de HD 21749 b serait de l'ordre de 149 °C. Une température somme toute assez basse par rapport à l'éloignement avec son astre, mais qui s'explique par le type et la taille de l'étoile, plus petite et plus froide que notre Soleil.

TESS_planets
Les trois premières exoplanètes confirmées découvertes par TESS © NASA / MIT / TESS

Plus de 300 candidats en attente d'une confirmation


Les chercheurs de la NASA ont d'ailleurs précisé lors de la réunion de l'American Astronomical Society que ces découvertes proviennent des trois premiers mois d'observations de TESS. Les informations collectées par les chercheurs ont déjà permis d'identifier deux autres objets dont la taille est inférieure à 4 fois celle de la Terre (Pi Mensae c et LHS 3844 b) ainsi que cinq planètes bien plus grandes (HD 202772A b, HD 1397 b, HD 2685 b, HD 219666 b et HATS-71 b), mais aussi plus de 300 candidats potentiels et plusieurs supernovæ.


Un bel avenir pour TESS ?


Le potentiel de découverte de TESS est donc énorme et ce n'est certainement que le début d'une grande aventure pour les astronomes de la NASA. Initialement conçu pour une mission d'une durée de deux ans - le temps de scruter la presque totalité de la voûte céleste - le télescope spatial TESS pourrait bien voir sa mission se prolonger à l'instar de nombreuses sondes et télescopes de la NASA. Il devrait par ailleurs être appuyé dans ses observations par le télescope spatial James Webb (JWST), un projet déjà repoussé plusieurs fois et qui doit désormais être lancé d'ici 2021.

Source : Sciencemag
Sélection Clubic VPN 2019

Les actualités récentes les plus commentées

Netflix augmente ses tarifs en France dès aujourd'hui
Un outil destiné aux forces de l'ordre capable de déverrouiller quasiment tous les smartphones
Sommet européen des 20 et 21 juin : objectif zéro émission de gaz à effet de serre d'ici 2050 ?
Une pétition demande à Netflix de déprogrammer Good Omens... une série produite par Amazon
Bill Gates considère que
Le Raspberry Pi 4 est là : trois configurations jusqu'à 4 Go de RAM (et un kit desktop)
La Tesla Model 3 perd les faveurs de l'Europe, qui lui préfère la future Renault ZOE 2
AMD : le Ryzen 7 3800X mettrait à mal les Core i9-9900K d'Intel sur GeekBench
Le Bitcoin continue sa course folle et dépasse les 10 000$
La mémoire informatique universelle pourrait révolutionner la consommation des data centers
scroll top