Les États-Unis veulent prolonger l'ISS jusqu'à 2030, mais ils ne sont pas tout seuls

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
04 janvier 2022 à 17h42
3
ISS station spatiale internationale © ESA
La Station spatiale internationale photographiée en 2020. Crédits : NASA

La NASA a enfin eu l'autorisation de la Maison-Blanche pour prolonger son usage de la Station spatiale internationale (et tous les investissements qui vont avec) jusqu'à l'horizon 2030. Une date souvent évoquée pour son remplacement…

Mais les autres partenaires internationaux doivent encore formellement accepter.

De 2024 à 2030

La décision était attendue. En effet, l'agence américaine n'a jamais caché que si elle a tant investi dans des solutions indépendantes pour amener ses astronautes et des tonnes de cargos sur la Station spatiale internationale, ce n'était pas pour les abandonner en 2024.

D'abord, certaines solutions techniques ne seront prêtes que peu de temps avant cet horizon (la capsule habitée Starliner n'est pas encore certifiée pour recevoir des astronautes en ce début 2022 et la petite navette cargo DreamChaser attend son vol inaugural en fin d'année ou l'an prochain !). Ensuite, les alternatives non plus ne seront pas prêtes à l'échéance, et ce n'est un secret pour personne. L'entreprise privée Axiom avance toujours une date de 2024 pour accoler son premier module privé à l'ISS , mais ce dernier ne sera pas une station indépendante pour autant.

Voilà pourquoi la date de 2025 annoncée sous l'ère Trump n'était pas réaliste. Restait à choisir : 2028 ou 2030 ? Pour se laisser le temps de la transition, la Maison-Blanche a signé pour un engagement à 2030.

On étend, on étend, et puis…

Une bonne nouvelle pour le segment américain, qui dispose d'améliorations récentes (comme le sas Nanoracks) et qui prévoit des développements à venir avant même la transition vers des stations orbitales privées d'ici la fin de la décennie. Reste qu'il faudra convaincre l'ensemble des partenaires internationaux de l'ISS.

Le président de l'ESA J. Aschbacher s'est déclaré très heureux de cette nouvelle et proposera aux ministres de l'agence européenne de s'engager dans cette voie. Le choix du Japon et l'approbation du Canada font peu de doutes également, mais il faudra convaincre la Russie. Ce qui n'est pas si facile dans un climat international tendu : depuis que le pays a envahi la Crimée en 2014, chaque accord sur l'ISS semble arraché de haute lutte. De plus, Roscosmos, via la voix de son directeur D. Rogozine, a déjà exprimé des doutes sur la faisabilité technique d'une extension aussi longue.

ISS station spatiale internationale crew 2 flyover © NASA
L'ISS n'est-elle pas prolongée faute de remplacements en orbite basse ? Crédits : NASA

Attention avant de s'engager !

En effet, il ne suffit pas de mettre un coup de tampon. Prolonger la vie de l'ISS, c'est s'engager à mettre suffisamment de ressources pour assurer des rotations régulières d'équipages (véhicules habités, cargos) mais aussi pour qu'ils puissent vivre et opérer là-haut l'ensemble de leurs activités scientifiques et techniques. Et cela suppose aussi de faire face aux risques croissants qui pèsent sur les stations en orbite basse, tels que les débris orbitaux .

Tout ceci a un coût : batteries, panneaux, refroidissement à l'extérieur, équipements de support vie à l'intérieur, sans compter l'investissement dédié aux expériences. Certains matériels russes ont montré ces dernières années des signes de faiblesse, notamment le module Zvezda qui fait l'objet d'une surveillance renforcée suite à l'apparition de microfissures dans son segment arrière. Et sur l'ISS, il faut se méfier : tout ne peut se remplacer. Il faudra donc réfléchir attentivement avant de s'engager pour l'ensemble de la décennie.

Quoi ? Vous avez manqué un événement spatial en 2021 ? Pas de panique : avec ce grand récap' vous serez incollables et à jour pour terminer l'année ! Astronautes , entreprises, exploration : le domaine spatial est en pleine expansion.
Lire la suite

Source : Spacenews

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
benben99
Ouais… c’est comme réparer une vieille bagnole a moitié finie.<br /> Ils vont prolonger la vie pour quelques années mais est-ce que ce sera sécuritaire?<br /> L’avenir est plutôt du côté de la station spatiale chinoise et de celle de la Russie.
Voigt-Kampf
Cela me fait penser à l’histoire de Krikalev : https://youtu.be/qisQRQdcNGM<br /> https://youtu.be/leT1kouclOg<br /> Pas improbable qu’une situation analogue se reproduise, sur fond de crises, sanitaires et économiques, de relations diplomatiques de plus en plus tendues.
julla0
Ah ba tiens, t’as réussi à les placer alors que ca n’a aucun rapport…
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Avec son budget 2022, l'Agence spatiale européenne veut préparer ses astronautes pour l'avenir
Grâce au télescope CHEOPS, l'ESA découvre que cette planète est en forme de ballon de rugby
Complètement larguée : Virgin Orbit réussit un nouveau tir de sa fusée LauncherOne
Lancer des satellites depuis un sous-marin ? Pourquoi pas !
L'année 2022, compliquée sur Terre ? Sur Mars aussi...
Thomas Pesquet et l'ISS : les magnifiques photos d'une idylle très spatiale
Starlink : les chats bousculent l'Internet d'Elon Musk
Et si... on envoyait des tardigrades vers des étoiles lointaines grâce à un laser ?
Les start-up du NewSpace s'organisent pour proposer des dépôts de carburant en orbite
La recherche médicale déchiffre peu à peu les problèmes de vision chez les astronautes
Haut de page