La NASA a sélectionné sa nouvelle promotion d'astronautes : quels sont leurs profils ?

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
07 décembre 2021 à 17h00
4
NASA 2021 classe astronautes © NASA
Ils peuvent être contents, eux n'auront pas à payer pour se rendre au-delà de l'atmosphère... © NASA

L'agence américaine continue de faire tourner ses effectifs et ajoute une promotion de dix astronautes en cette fin d'année 2021. Majoritairement issus de profils militaires, mais avec des compétences et parcours très variés, ils vont entamer leur formation à Houston (Texas).

Certains verront sans doute la Lune… Mais pas avant d'avoir terminé leurs classes !

Premiers de la classe

Avec 12 000 candidats qui ont déposé leur dossier, répartis sur les 50 États américains et avec tous une formation incluant au moins un diplôme de niveau master, la NASA avait l'embarras du choix pour sélectionner ses dix nouveaux astronautes. Ce 6 décembre, face aux médias, elle a révélé l'identité des heureux élus : Nichole Ayers, Marcos Berrios, Christina Birch, Deniz Burnham, Luke Delaney, Andre Douglas, Jack Hathaway, Anil Menon, Christopher Williams et Jessica Wittner. Tout sourires avec leurs impressionnants CV, les 4 femmes et 6 hommes entre 32 et 45 ans ont tous répété à quel point ils étaient heureux et excités de démarrer leur nouvelle carrière. Pas question pour autant de préparer leurs valises pour un départ vers l'orbite, il leur faudra d'abord compléter une formation initiale qui dure au moins 18 mois.

À Houston, ils visiteront l'ensemble des centres de la NASA dans le pays et feront probablement au moins une visite dans les différents établissements des partenaires des américains avant de recevoir leurs « ailes ». Un certain nombre d'entre eux se verront alors assignés à de premières missions. Et la NASA ne compte pas réserver ses missions lunaires Artemis aux plus expérimentés, ils auront donc leur chance… De son côté, la sélection de l'ESA , toujours en cours, progresse à petit rythme.

Artémis Orion passerelle © NASA
Qui sait, un de ces jours... © NASA/ESA

Pas de bizutage

De prime abord toutefois, on peut noter que, si la NASA aime mettre en avant les différents diplômes et les qualifications pour les STEM (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques), huit des dix candidats retenus sont issus des différentes branches des forces armées américaines. On trouve ainsi l'US Air Force (Nichole Ayers est l'une des rares pilotes du chasseur F-22), l'US Navy (Deniz Burnham a travaillé ensuite dans le monde du forage), l'US Marines, sans oublier un architecte naval spécialisé en robotique, Andre Douglas, qui a servi au sein des US Coast Guards.

Seuls deux des nouveaux astronautes ont un parcours purement universitaire : Christina Birch, biochimiste au MIT, et Christopher Williams, médecin et docteur en astrophysique. Leurs profils, à faire pâlir les recruteurs sur LinkedIn , montrent, en plus de leurs formations, des parcours variés et riches. Christina Birch, par exemple, a fait partie de l'équipe des États-Unis de cyclisme sur piste, tandis qu'Anil Menon était le médecin responsable de la santé des astronautes chez SpaceX avant de postuler à l'agence.

Retenez bien leurs noms, ils viendront peut-être s'ajouter un jour à ceux qui ont foulé la Lune, il y a déjà plus de 50 ans…

Source : NASA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
cirdan
Jeunes, beaux, sveltes, photogéniques, souriants, denture irréprochable <br /> So perfect !
PaowZ
on a pareil en France, hein… xD<br /> 1200×628 165 KB
clockover
xD.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Avec son budget 2022, l'Agence spatiale européenne veut préparer ses astronautes pour l'avenir
Grâce au télescope CHEOPS, l'ESA découvre que cette planète est en forme de ballon de rugby
Complètement larguée : Virgin Orbit réussit un nouveau tir de sa fusée LauncherOne
Lancer des satellites depuis un sous-marin ? Pourquoi pas !
L'année 2022, compliquée sur Terre ? Sur Mars aussi...
Thomas Pesquet et l'ISS : les magnifiques photos d'une idylle très spatiale
Starlink : les chats bousculent l'Internet d'Elon Musk
Et si... on envoyait des tardigrades vers des étoiles lointaines grâce à un laser ?
Les start-up du NewSpace s'organisent pour proposer des dépôts de carburant en orbite
La recherche médicale déchiffre peu à peu les problèmes de vision chez les astronautes
Haut de page