L'ESA attire un nombre record de candidatures pour devenir astronaute

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
23 juin 2021 à 11h00
13
ESA astronautes sélection 2021 poster © ESA
Il y a du monde sur "la voie pour l'espace" ! © ESA

Le 18 juin au soir, l'Agence spatiale européenne (ESA) clôturait la première phase de sa nouvelle sélection d'astronautes, avec la réception des dossiers de 22 589 candidats ! Une réussite avec plus du double de participants par rapport à l'édition précédente en 2008, et pratiquement un quart de candidatures féminines.

La France se démarque avec le plus fort taux de participation.

La sélection peut commencer

Malgré un formulaire en ligne qui présentait dans les derniers jours quelques erreurs de programmation (l'occasion sans doute de tester la motivation des participants), la bonne dynamique de participation à la grande sélection d'astronautes européens n'a pas été brisée.

Du 31 mars au 18 juin, les intéressés devaient remplir un questionnaire, puis joindre leur pièce d'identité, un CV standardisé Europass, une lettre de motivation et un certificat médial de classe 2 chez un médecin agréé par la DGAC (aviation). Ce processus n'a pas découragé les Européens souhaitant rejoindre Thomas Pesquet et ses camarades de la promotion 2008-2009 et devenir astronautes. Lors de cette sélection précédente, l'ESA avait récupéré 8 413 dossiers. Il faudra un peu plus de monde pour s'occuper du dépouillement de cette édition : 22 589 candidats, de 25 pays différents, ont répondu à l'appel !

ESA astronautes sélection 2021 critères © ESA
Les domaines dont sont issus les futurs astronautes couvrent une large part des sciences et techniques. © ESA

Yes, we are french

L'ESA, qui avait souhaité une ouverture à des profils les plus variés possibles, a donc réussi sa campagne. Les premières statistiques montrent en plus que l'objectif annoncé d'attirer un maximum de candidates est un autre demi-succès, puisque 24 % des profils (5 419 dossiers) sont des femmes. On est encore loin de la parité, mais historiquement, les femmes postulent peu à ces postes, et c'est un véritable défi pour les agences que de les attirer pour disposer des meilleurs profils. L'ESA a progressé : en 2008, c'était 15 %...

Et pour la France ? Qu'il s'agisse ou non d'un « effet Thomas Pesquet » ou d'un relai médiatique important, les statistiques sont impressionnantes : 7 137 dossiers déposés (plus du double de l'Allemagne) ! En ratio par rapport à la population, la France est d'ailleurs le pays comptant le plus fort taux de participation avec 106 candidats par millions d'habitants… Même si les sélections finales ne se font pas au prorata du nombre de dossiers.

ESA astronautes sélection 2009 © ESA
Les futurs collègues des sélectionnés, peu après leur nomination en 2009. © ESA

Une longue route vers le sommet…

Bien sûr, pour cette véritable foule d'enthousiastes à l'idée de devenir astronautes, la sélection prendra du temps. Au moins jusqu'à octobre 2022 ! L'Agence spatiale européenne va trier les dossiers, puis proposer à un nombre plus réduit de candidats une série de tests psychologiques cet été et jusqu'au mois de novembre.

Pour les heureux élus, il sera alors temps de prouver qu'ils ont le physique approprié au printemps 2022, puis de passer des tests médicaux poussés avant le début de l'été. À ce stade, il ne devrait rester que quelques centaines de candidats qui passeront par deux entretiens devant un jury (généralement prestigieux), tandis que la sélection sera annoncée à l'automne. Une tâche difficile pour l'ESA comme pour les candidats, dont seulement 4 (ou 6, selon une possible extension de budget) seront finalement nommés astronautes et pourront démarrer la formation… Mais d'autres pourront être appelés, selon leurs compétences spécialisées, pour des vols et des opportunités « courtes » avec l'Agence européenne.

Notons aussi le succès de la campagne pour les « parastronautes » destinée aux personnes avec handicaps physiques : 257 dossiers, dont plus du quart sont français !

Source : ESA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
13
8
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Le module Nauka s'amarre à l'ISS après 8 jours de vol et beaucoup de péripéties !
Des milliards et des promesses, Jeff Bezos tente de récupérer son contrat lunaire avec la NASA
Galileo : un nouveau projet de recherche de signes de vie extraterrestre voit le jour à Harvard
L'Agence spatiale européenne continue de parier sur le petit lanceur Vega
Festival d'astéroïdes prévu pour la sonde Lucy, bientôt prête pour son décollage
La NASA choisit Falcon Heavy pour envoyer sa sonde Europa Clipper vers l’orbite
Boeing se prépare à un second vol d'essai de sa capsule Starliner en direction de l'ISS
La structure interne de Mars révèle ses secrets grâce à la mission Insight
Tourisme spatial : l'agence américaine de l’aviation modifie les conditions requises pour être qualifié d'astronaute
Le module Nauka arrive en orbite après une odyssée de presque trois décennies
Haut de page