Devenez astronaute ! L'agence spatiale européenne dévoile sa nouvelle campagne de recrutement

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
16 février 2021 à 15h20
10
Les "shenanigans", le groupe sélectionné en 2009. Crédits ESA.

Généralement, à moins d'être milliardaire, il y a peu d'occasions pour devenir astronaute... Alors c'est peut-être votre chance. À partir du 31 mars, vous pourrez remplir votre dossier et tenter de devenir collègue de Thomas Pesquet ou Samantha Cristoforetti.

Pour cela, il faudra cependant passer la sélection…

Vous faites quoi dans la vie ? Astronaute.

Le premier pas, c'est toujours celui d'oser. Tel était le message relayé par l'ESA ce 16 février, tout au long de l'après-midi et à travers six directs différents, destinés aux grandes nations européennes : France, Italie, Allemagne, Espagne, Pays-Bas et Royaume-Uni (qui fait toujours partie de l'ESA).

Alors, qui se verrait bien sous le casque ? Crédits ESA

En effet, pour sélectionner les meilleurs, encore faut-il disposer d'un maximum de postulants : l'Agence Spatiale Européenne espère recevoir encore plus de dossiers que lors de sa dernière campagne de recrutement en 2008, qui avait réuni environ 10 000 candidatures. Elle avait débouché sur la génération d'astronautes actuelle, dont les membres sont connus dans toute l'Europe : les allemands Alexander Gerst et Matthias Maurer, l'anglais Tim Peake, les italiens Samantha Cristoforetti et Luca Parmitano, le danois Andreas Mogensen, et le français Thomas Pesquet. En phase finale de préparation pour son deuxième vol spatial, prévu fin avril, ce dernier n'a pas pu participer aux différents appels à candidatures.

Pas que de la paperasse

S'il est ancré dans l'imaginaire commun que l'astronaute est le ou la meilleur·e parmi les meilleur·e·s, la plupart ont bien dû commencer par remplir le formulaire de candidature de l'ESA… Et ont souvent été surpris de faire partie des derniers candidats en lice. Pour avoir le droit de passer sur TF1 en combinaison bleue, il faut tout de même remplir quelques critères. Être citoyen européen, majeur, avoir moins de 50 ans, disposer d'un diplôme de niveau master et de trois ans d'expérience, pour commencer. En effet, une carrière astronautique prend du temps pour se construire, en plus des deux premières années dédiées à la formation initiale : l'ESA demande un engagement sur au moins quinze ans.

Différentes activités que vous serez amenés à réaliser dans le calme et la bonne humeur. Crédits ESA

La sélection ne comporte aucun critère lié au genre ou à l'orientation, et l'agence encourage d'ailleurs une grande diversité des profils. L'ESA cherche des personnes en bonne santé, compétentes et ouvertes.

Comme l'a précisé Luca Parmitano : « Les astronautes que je connais ont tous en commun leur curiosité, leur capacité à sortir de leur zone de confort, l'envie d'apprendre et de s'ouvrir au monde ». Ce à quoi Claudie Haigneré ajoute qu'elle conseille aux candidats de « se présenter à chacune des étapes de sélection avec envie, l'envie de la découverte des autres et de soi, et beaucoup de patience et de persévérance ».

Vos cinq nouveaux domaines préférés. Crédits ESA

Pourquoi pas vous ?

L'ESA compte sélectionner quatre astronautes, mais reste ouverte pour passer ce nombre à six en fonction des décisions des Etats membres. En complément, l'agence formera un corps d'astronautes de réserve d'environ 20 personnes, qui ne seront pas des professionnels comme celles et ceux qui seront sélectionnés d'ici 2022, mais pourraient participer à des missions d'opportunité pour l'ESA en fonction de leurs profils. L'agence devrait en effet disposer de nouvelles possibilités pour envoyer des astronautes en orbite au cours de la prochaine décennie.

Le processus de sélection comporte un premier volet sur dossier, des tests de niveau, une évaluation psychologique, une petite partie médicale, puis des entretiens. Tous les citoyens des pays membres de l'ESA sont invités à postuler.

Enfin, l'ESA a présenté un projet particulier, visant à l'inclusion des personnes en situation de handicap. Nommée « Parastronaute », ce volet vise à évaluer le handicap dans un cadre de travail astronautique, pour savoir où sont les limites, ce qu'il est possible de faire en faveur de l'inclusion et quelles barrières à l'entrée peuvent être supprimées. Déterminée à poser la question du handicap et à ouvrir le débat, l'agence spatiale européenne est la première à lancer un programme de ce genre pour permettre au plus grand nombre de profils de travailler et de s'épanouir dans l'espace.

Un premier groupe basé sur la qualification paralympique est ouvert à la sélection : membre postérieur sous genou déficient ou manquant, membre postérieur atrophié ou allongé, et personnes de petite taille (< 130cm).

Le projet Parastronaute. Crédits ESA

C'est un petit pas pour l'humain…

Vous aurez du 31 mars au 28 mai 2021 pour vous inscrire sur le site de l'ESA, créer un compte, remplir votre questionnaire à soumettre avec une lettre de motivation, un CV, un certificat médical et une copie de passeport.

Toute l'équipe de Clubic vous souhaite bonne chance…

Source : ESA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
8
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Test MSI Clutch GM41 Lightweight : une souris ultra-légère et confortable
Prises connectées : notre comparatif 2021 pour contrôler à distance sa consommation énergétique
Space Sweepers : une aventure à mille à l'heure chez les ferrailleurs de l'espace
Travail ou jeu vidéo, nos conseils pour passer du temps devant l'écran... sans malmener son corps
Train, car, voiture, avion : que vaut le comparateur de mobilité de la SNCF ?
Comment optimiser la batterie de son Apple Watch ?
ARTE : découvrez le premier numéro de l'émission Twitch dédiée au jeu vidéo
-50 % sur Bitdefender Total Security : une protection antivirus primée pour tous vos achats en ligne
Lupin : découvrez le trailer de la partie 2, attendue cet été sur Netflix
La Nuit des temps : le mythe du traducteur universel automatique
Haut de page