En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés

10 décembre 2019 à 14h30
0
Singe cochon

En apparence, ces porcelets semblent comme les autres. Pourtant, il s'agit des premiers singes-cochons arrivés à terme. Conçus par des scientifiques chinois, ces êtres hybrides s'inscrivent dans les recherches visant à créer des organes destinés à une transplantation sur un être humain.

Malgré leur mort, survenue une semaine après leur naissance, ces deux singes-cochons sont une première mondiale.

Deux porcelets sur 4 000 embryons

L'un des chercheurs du laboratoire national de recherche sur les cellules souches et la biologie reproductive, Tang Hai, le confirme dans un article du site New Scientist : « Il s'agit des premières chimères cochon-singe arrivant à terme ».

Au sens biologique du terme, il s'agit effectivement de chimères : des êtres issus de deux origines génétiques différentes. Pour les créer, les chercheurs ont d'abord injecté des cellules embryonnaires de singe dans 4 000 embryons de cochons, cinq jours après leur fécondation. Sur ces milliers d'embryons, seuls dix porcelets sont nés, et parmi eux, deux seulement comptaient des cellules de singe. Pour le savoir, les scientifiques ont injecté au préalable aux cellules de singe une protéine appelée GFP (pour « Green Fluorescent Protein »). Comme son nom l'indique, il s'agit d'une protéine fluorescente, que l'ont retrouve par ailleurs chez certaines méduses. Les chercheurs ont ainsi pu différencier les cellules de singe des cellules de porc.

Envisager les transplantations chez l'humain

Arrivées à terme, les deux chimères survivantes ne contenaient qu'une faible proportion de cellules de singe : entre une sur 1 000 et une sur 10 000. Néanmoins, ces cellules ont été observées dans de multiples organes des deux animaux, notamment le cœur, le foie, la rate, les poumons et la peau.

Aussi, les chercheurs ne peuvent pas lier avec certitude la mort des deux singes-cochons avec leurs modifications génétiques. Tang Hai a déclaré à ce sujet : « On ne sait pas pourquoi les porcelets sont morts, mais étant donné que les cochons non chimériques sont également morts, l'équipe soupçonne que cela soit lié au processus de FIV ( fécondation in vitro, ndlr.) plutôt qu'au chimérisme. La FIV ne fonctionne en effet pas aussi bien chez les cochons que chez les humains et certains autres animaux ».

L'équipe entend désormais créer des cochons en bonne santé et comportant davantage de cellules de singe. À terme, l'objectif est de parvenir à « élever des organes » chez l'animal en vue d'une transplantation sur un être humain. Ce genre de projets est d'ailleurs en plein essor : un chirurgien britannique envisage de greffer un cœur de porc sur un humain d'ici trois ans, et en juillet dernier, le Japon a donné son feu vert aux premières expériences sur des embryons Homme-animal.

Source : New Scientist
48
32
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
L'administration Trump tire un trait sur les normes environnementales au motif du Covid-19
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
scroll top