On n'arrête pas le progrès : des chercheurs donnent la vision infrarouge à des souris

le 03 mars 2019 à 15h55
0
Souris

La vision surhumaine a été testée par un groupe de scientifiques ... sur des souris.

Des chercheurs de l'Université des sciences et technologies de Chine et de la faculté de médecine de l'Université du Massachusetts ont mis au point une nanoparticule oculaire qui permet de doter les souris d'une « super-vision ».

Une nanoparticule oculaire pour une super-souris


Les souris, comme nous, ont une vision qui se limite à la lumière visible, c'est-à-dire que leurs yeux répondent uniquement aux longueurs d'ondes comprises entre 400 et 700 nanomètres. Les ondes supérieures à 700 sont invisibles pour les souris, comme pour nous, et sont celles que l'on nomme les ondes « infrarouges ».

C'est pour permettre aux souris de voir au-delà de 700 nanomètres que les scientifiques ont développé cette nanoparticule oculaire. Ils ont d'abord testé leurs pupilles afin de savoir si elles pouvaient détecter la lumière. Par la suite, après leur avoir injecté la nanoparticule, c'est à l'aide de labyrinthes dans lesquels ils ont placé les souris que les scientifiques ont pu observer l'efficacité de leur technologie. En testant des souris injectées de cette nanoparticule et d'autres qui ne l'étaient pas, ils ont pu voir que les premières réussissaient à 80 % à distinguer une plateforme cachée dans le noir avec des aides visuelles, alors que les secondes étaient seulement 50 % à y parvenir.

La nanoparticule transforme la longueur d'onde indétectable en une onde détectable par les cellules de l'œil. La lumière infrarouge apparaît alors comme une lueur verte pour les souris. Les nanoparticules ont eu un effet de 10 semaines sur les souris injectées et n'ont eu aucune séquelle sur leur vision normale.

Une technologie qui pourrait avoir plusieurs finalités


Cette technologie pourrait permettre aux mammifères de se doter d'une meilleure vision et aussi, une fois adaptée et injectée, d'offrir à son porteur une correction de la vue : la nanoparticule produirait alors un changement dans l'œil. En effet, il est possible de faire évoluer ces nanoparticules de façon à ce qu'elles modifient les longueurs d'ondes.

Bien que cette technologie semble fonctionner sur des souris, nul doute qu'elle devra évoluer pour qu'à notre tour, nous puissions voir dans le noir, tels des super-humains !

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Beesexual, la nouvelle campagne de Pornhub pour aider à sauver les abeilles
Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pourrait nous donner des clés sur la matière noire
Twitter : Jack Dorsey a rencontré son plus grand « fan »... Donald Trump
Après le vélo électrique, Xiaomi présente un cyclomoteur électrique de 120 km d'autonomie
Tesla dévoile une voiture sans volant, qui serait commercialisée dès 2021
Les trottinettes Lime piratées en Australie pour dire des phrases salaces
Revue de presse - Le Samsung Galaxy Fold plie... sous le poids des critiques
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
Contre toute attente, Samsung travaillerait sur deux smartphones pliables supplémentaires
Tesla dévoile Robotaxi, son service de voitures autonomes en autopartage
Projet Wing : Google obtient l’autorisation de faire voler ses drones de livraison aux US
Accusé à tort par la reconnaissance faciale, un étudiant réclame 1 milliard à Apple
scroll top