Des chercheurs du MIT ont réussi à transformer les ondes Wi-Fi en électricité

Par
Le 03 février 2019
 0
mit wifi

Une équipe de recherche du MIT a inventé un circuit électrique inédit, permettant de capter et de transformer les ondes Wi-Fi en énergie électrique. Le procédé, simple et peu coûteux, pourrait révolutionner l'autonomie des appareils mobiles.

C'est un circuit totalement nouveau qu'ont mis au point les chercheurs du MIT. Ils ont créé une antenne flexible associée à un semi-conducteur permettant de transformer les ondes à hautes fréquences, notamment les ondes WiFi, en courant électrique.

Un procédé connu, mais amélioré pour générer une quantité d'énergie plus importante

Le procédé n'est pas nouveau, mais il concerne uniquement les puces RFID ou les cartes sans contact qui disposent d'une antenne enroulée capable de capter l'onde et de la transformer en énergie par induction, ce qui permet un échange d'informations.

Pour réussir cette prouesse, les scientifiques ont imaginé et réalisé un composant à partir d'une couche de disulfure de molybdène d'une épaisseur de seulement trois atomes. Cette extrême finesse permet ainsi de gérer les signaux de haute fréquence, jusqu'à 10 GHz. Ce nouveau semi-conducteur peut également transformer le courant alternatif reçu en courant continu, indispensable pour alimenter un appareil électronique.

Un système qui pourrait à terme développer les usages des objets connectés

Cette découverte est un bouleversement pour l'industrie. Comme l'expliquent les chercheurs, les circuits actuels capables de traiter ces ondes sont rigides et difficiles à mettre en place. Cette flexibilité permet d'imaginer de nombreux cas d'usage. « Et si on pouvait développer des systèmes électroniques qui entourent un pont ou couvrent une autoroute entière, ou encore les murs de notre bureau ? », explique Tomas Palacios, professeur au MIT en charge du projet. Cette énergie pourrait très bien alimenter une multitude d'objets connectés installés dans la pièce d'une maison sans que chacun d'entre eux n'ait besoin d'une batterie pour fonctionner.

Pour l'heure, l'efficacité du dispositif est de 40 %, moindre que celle produite par des circuits rigides, mais suffisante pour alimenter des objets du quotidien comme une ampoule connectée ou un petit processeur. Il pourrait, en raison de sa flexibilité, être également installé sur des vêtements ou des objets à porter sur soi.

Source : MIT News

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités Énergie

scroll top