Des combinaisons spatiales qui rentrent seules à la base

le 30 décembre 2017
 0
C'est l'un des plus grands risques auxquels doivent faire face les astronautes de l'ISS lorsqu'ils réalisent les missions qui leur sont assignées : ne plus réussir à retourner sur la station spatiale. C'est arrivé dans le passé et ça pourrait être l'un des risques majeurs des futures missions spatiales qui se destinent à une véritable conquête commerciale et industrielle de notre système solaire.

Les ingénieurs de la NASA ont développé un système qui permet à l'astronaute de rentrer à la base. Du moins, qui permet à sa combinaison de le ramener sain et sauf.

Dans l'espace il n'y a pas de GPS



Pour nous simples Terriens ça paraît simple d'imaginer un système qui permettent à un engin de retourner à son point de départ : il suffit de se brancher sur le système GPS. C'est d'ailleurs ainsi que fonctionnent certains appareils, comme les drones ou les voitures autonomes. Sauf qu'on oublie un détail important : le GPS n'est pas disponible dans l'espace.

Le GPS est en effet un système de géolocalisation par satellite : un tel système n'est pas disponible pour l'espace. Les ingénieurs de la NASA ont donc dû imaginer une autre manière de permettre à la combinaison spatiale de savoir où se trouve l'ISS, ou tout autre vaisseau spatial du futur. Et ce n'est pas tout : la combinaison doit également être en mesure de calculer la trajectoire idéale pour atteindre sa destination, puisque l'ISS n'est pas immobile dans l'espace : elle voyage à 7,66 km/s.

01F4000007201542-photo-un-astronaute-se-prend-dans-l-espace.jpg


Surveiller le mouvement relatif de l'astronaute



Le brevet, déposé en mai 2016 par Kevin Duda, ingénieur au Charles Stark draper Laboratory à Cambridge dans le Massachusetts, permet à la combinaison de calculer la position de l'astronaute par rapport à un objet donné en se basant sur les distances que l'astronaute a parcourues : elle est donc en mesure de retracer à l'envers la distance parcourue, tout en l'optimisant pour un retour le plus rapide possible.

Mais ce n'est pas tout : le système est capable de recalculer et améliorer une trajectoire si l'astronaute est aux commandes. De quoi éviter un scénario à la Gravity et peut-être sauver des vies dans le futur.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

GTX 1650 : sortie le 24 avril à partir de 150€
Galaxy Fold : Samsung retarde officiellement la sortie de l'appareil, voici pourquoi
Les moules de l’iPhone XI confirment la présence d’un trio d’APN disposé en triangle
Bose annonce la compatibilité de trois de ses enceintes avec AirPlay 2
Pour le patron de Toyota, aucun constructeur ne rentabilise ses véhicules électriques
Quand le machine learning permet de donner un sérieux coup de jeune à de vieux jeux vidéo
Après le meurtre d'une étudiante, Uber et Lyft renforcent leurs mesures de sécurité
Projet BlackHoles@Home : prêtez la puissance de calcul de votre ordinateur à la science
Dans son rapport 2018, l'ANSSI fait état d'une cybermenace plus forte que jamais en France
Un fossile de bébé Tyrannosaure en vente sur eBay, pour 2,95 millions de dollars
Test AKG Y500 : tout le son AKG dans un casque supra-aural élégant
Pourquoi YouTube a-t-il tant de mal à modérer ses contenus ? La CEO répond à la question
Grâce à ses IA, Microsoft veut aider à lutter contre le changement climatique
Tencent envisagerait de produire son propre smartphone gaming
Une étude démontre qu'il y a de l'eau sous la surface de la Lune... mais plus pour longtemps
scroll top