Des combinaisons spatiales qui rentrent seules à la base

30 décembre 2017 à 09h41
0
C'est l'un des plus grands risques auxquels doivent faire face les astronautes de l'ISS lorsqu'ils réalisent les missions qui leur sont assignées : ne plus réussir à retourner sur la station spatiale. C'est arrivé dans le passé et ça pourrait être l'un des risques majeurs des futures missions spatiales qui se destinent à une véritable conquête commerciale et industrielle de notre système solaire.

Les ingénieurs de la NASA ont développé un système qui permet à l'astronaute de rentrer à la base. Du moins, qui permet à sa combinaison de le ramener sain et sauf.

Dans l'espace il n'y a pas de GPS

Pour nous simples Terriens ça paraît simple d'imaginer un système qui permettent à un engin de retourner à son point de départ : il suffit de se brancher sur le système GPS. C'est d'ailleurs ainsi que fonctionnent certains appareils, comme les drones ou les voitures autonomes. Sauf qu'on oublie un détail important : le GPS n'est pas disponible dans l'espace.

Le GPS est en effet un système de géolocalisation par satellite : un tel système n'est pas disponible pour l'espace. Les ingénieurs de la NASA ont donc dû imaginer une autre manière de permettre à la combinaison spatiale de savoir où se trouve l'ISS, ou tout autre vaisseau spatial du futur. Et ce n'est pas tout : la combinaison doit également être en mesure de calculer la trajectoire idéale pour atteindre sa destination, puisque l'ISS n'est pas immobile dans l'espace : elle voyage à 7,66 km/s.

01F4000007201542-photo-un-astronaute-se-prend-dans-l-espace.jpg


Surveiller le mouvement relatif de l'astronaute

Le brevet, déposé en mai 2016 par Kevin Duda, ingénieur au Charles Stark draper Laboratory à Cambridge dans le Massachusetts, permet à la combinaison de calculer la position de l'astronaute par rapport à un objet donné en se basant sur les distances que l'astronaute a parcourues : elle est donc en mesure de retracer à l'envers la distance parcourue, tout en l'optimisant pour un retour le plus rapide possible.

Mais ce n'est pas tout : le système est capable de recalculer et améliorer une trajectoire si l'astronaute est aux commandes. De quoi éviter un scénario à la Gravity et peut-être sauver des vies dans le futur.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top