Des mini-cerveaux humains interagissent avec les souris hôtes

01 janvier 2018 à 11h39
0
Si à la lecture de ce titre votre pensée a fait un lien avec Frankenstein, l'Île du Docteur Moreau ou tout autre et film relatant des expériences folles, c'est normal. Dans le cas présent, en revanche, il ne s'agit pas de science-fiction ou de roman d'anticipation : c'est ce qui se passe dans les laboratoires les plus avancés dans la recherche sur les cellules souches.

Depuis quelques années, les recherches sur les cellules souches ouvrent de nouvelles perspectives de recherche et de potentiels traitements pour des maladies incurables. Parmi les découvertes majeures, il y a la possibilité de créer des organoïdes.

Un organoïde cérébral cultivé dans des rats et des souris

Les organoïdes sont tout simplement des systèmes cellulaires tridimensionnels, qui ont été développés à partir de cellules souches. Il s'agit donc d'organes humains que les chercheurs peuvent reproduire à volonté pour réaliser divers tests. Ils peuvent les cultiver dans des environnements in vitro ou bien les faire grandir dans des animaux hôtes, le plus souvent des rats et des souris.

Parmi ces organoïdes, on trouve les organoïdes cérébraux : des reproductions miniatures de cerveaux humains. Des chercheurs ont réussi à les implanter et les faire grandir dans des souris et des rats et certains ont survécu pendant une durée importante, jusqu'à deux mois. Sur le plan éthique, le fait de faire pousser des mini-cerveaux humains dans des rats pose déjà problème. Mais ce n'est pas tout.

01F4000008397148-photo-souris.jpg


Un début d'interaction entre les mini-cerveaux et leur hôte ?

Il ne faut pas imaginer les mini-cerveaux comme conçus de la même manière que le cerveau qui habite notre crâne : leur structure n'est pas la même. Mais selon le site Internet STAT des chercheurs auraient commencé à voir se développer des interactions entre les mini-cerveaux et le système nerveux de leur hôte. Une nouveauté qui est une avancée scientifique majeure, mais qui appelle à de nouvelles interrogations éthiques.

Les mini-cerveaux se sont en effet connectés au système circulatoire et au système nerveux de leur hôte : ainsi faisant, ils se sont développés. Les scientifiques se posent donc la question de savoir si ces cerveaux peuvent théoriquement se développer au point de développer une véritable conscience. D'un point de vue éthique tout comme du point de vue de la réglementation, ce questionnement est important : peut-on mener des expériences dans lesquelles des cerveaux, même miniature, développent une conscience autonome ? Et qu'en est-il du statut de ces nouvelles créatures ?

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Le CSA monte une équipe de professionnels des médias pour lutter contre les fake news
Malgré l’essor des voitures électriques, les constructeurs pourraient supprimer 80 000 postes
SFR augmente le prix de ses forfaits internet fixe
Amazon dévoile le calendrier pour recevoir ses commandes avant Noël

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top