Pour Hawking, l’Humanité a 600 ans pour quitter la Terre

Par
Le 19 novembre 2017
 0
En plein débats sur l'accélération du réchauffement climatique, Stephen Hawking livre une nouvelle mise en garde à l'Humanité : la trajectoire actuellement suivie lui semble proprement insoutenable pour la planète Terre, qui deviendra, selon ses projections, inhabitable à un horizon de cinq siècles.

Le célèbre astrophysicien place cependant de grands espoirs dans le potentiel d'exploration spatiale du programme Breakthrough Starshot.

Une pression des Hommes insoutenable pour la planète


Depuis quelques années, Stephen Hawking s'est mu en lanceur d'alerte sur l'avenir selon lui très sombre qui guette l'Humanité. A chacune de ses prises de parole, le chercheur exprime des inquiétudes qu'il a une fois de plus martelées dimanche 5 novembre, lors d'une conférence vidéo à l'occasion du Tencent Web Summit à Pékin.

La menace réside selon Stephen Hawking dans une conjonction de phénomènes : l'accroissement rapide de la population mondiale (16,5 milliards d'individus en 2100 selon les estimations hautes), combinée aux besoins croissants en énergie et ressources naturelles, à l'activité industrielle et à ses corollaires, le réchauffement climatique et la pollution devraient à terme rendre la Terre inhabitable. Cet horizon, Stephen Hawking le voyait l'an dernier dans un millénaire. Mais le chercheur a revu ses prédictions : l'échéance aura lieu d'après lui d'ici cinq siècles.

01f4000008411948-photo-breakthrough-starshot-hero.jpg


Mars à un jour de voyage ?


Le scénario est apocalyptique : sur la trajectoire actuelle, en l'an 2600, la Terre pourrait, en cas d'emballement climatique, devenir comme Vénus, avec une température de 250°c et des pluies acides sulfuriques. Stephen Hawking n'a d'ailleurs pas de mots assez durs pour commenter le retrait décidé en juin par Donald Trump de l'Accord de Paris.

Seule échappatoire pour l'Homme selon lui, l'espace. Stephen Hawking est devenu l'un des piliers du projet Breakthrough Starshot, qui vise à envoyer tous azimuts dans notre univers proche des milliers de petites sondes spatiales sans équipage, capables, grâce à des voiles solaires, d'atteindre 20 % de la vitesse de la lumière. A ce rythme, Mars n'est plus qu'à un jet de pierre de la Terre (un an de voyage), et l'exoplanète potentiellement habitable la plus proche de nous, Proxima B, située à 4,2 années-lumière, à seulement 20 ans. Ces voyages pionniers seraient selon lui techniquement possibles d'ici 2050.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Sciences

scroll top