Le smartphone pour identifier les moustiques

Alexandre PAULSON
12 novembre 2017 à 15h30
0
Une équipe de Stanford appelle le public à enregistrer le son émis par les battements d'ailes des moustiques, afin de constituer une base de données inédite pour identifier les milliers d'espèces dans le monde. A vos smartphones !

Ces données permettront de cartographier les bassins de vie des différentes espèces de moustiques et de suivre leur expansion.

20 espèces identifiées sur 3 500



Quoi de plus agaçant à l'oreille que le bruit du vol d'un moustique ? Ce bruit immédiatement reconnaissable est dû aux battements très rapides de leurs ailes : de 400 à 2 300 battements par seconde. Ce bzzz sert d'abord aux femelles à signaler leur présence aux mâles. Il est aussi une mine d'informations pour les chercheurs.

Car le son du moustique est une signature : celle de son espèce. C'est un fait connu de longue date, mais pour la première fois, une équipe d'ingénieurs de l'université de Stanford a commencé à rassembler des enregistrements afin de constituer la première base de données mondiale. Les débuts sont modestes : sur 3 500 espèces répertoriées, les chercheurs sont capables d'en identifier une vingtaine rien qu'au bruit de leurs ailes. Mais ils comptent accélérer grâce au concours du grand public.

01F4000006060524-photo-alerte-aux-moustiques-dans-20-d-partements.jpg


Une aide précieuse contre les épidémies



Pour cela, inutile de s'équiper d'un matériel professionnel. Un simple smartphone, même bas de gamme, suffit à enregistrer dans une qualité suffisante le son du moustique qui s'apprête à vous piquer. Ensuite, il suffit d'envoyer votre enregistrement sur leur site baptisé Abuzz, en y ajoutant la localisation. L'algorithme exploité par Stanford permet une identification précise à 68%. Mais la collecte mondiale va permettre d'identifier de plus en plus d'espèces et d'enrichir une carte presque en temps réel de l'empire des moustiques.

Les spécialistes du diptère (la famille d'insectes à laquelle appartient le moustique) ont déjà reçu 200 enregistrements, principalement des régions du monde où il représente une menace réelle de santé publique : c'est le cas de l'Inde, du Brésil et des régions rurales d'Afrique, où certaines espèces sont le vecteur de maladies graves, voire mortelles, comme la dengue, la malaria ou le virus Zika. Chaque année, près d'un demi-million de personnes dans le monde meurent de ces pathologies colportées par le moustique.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait
Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top