Loot boxes : EA souhaite les maintenir sur FIFA, la Belgique ouvre une enquête

Grégoire Huvelin
Expert automobile
14 septembre 2018 à 09h05
0
lootbox.jpg

Voyant Electronics Arts refuser de retirer ses lucratives loot boxes de FIFA 18 et FIFA 19, la Commission belge des jeux de hasard a fait appel au parquet de Bruxelles pour ouvrir une enquête à l'encontre du studio américain.

La querelle des loot boxes entre la Belgique et Electronic Arts a pris une toute autre dimension en ce début de mois de septembre 2018. Mais permettons-nous de jeter un œil sur le passé des deux intéressés pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire. Tout commença en novembre 2017 lorsque la Commission belge des jeux de hasard s'est penchée sur la question suivante : les jeux vidéos proposant un système de « boîte à butin » peuvent-ils être considérés comme un jeu de hasard ?

Les loot boxes, un business model juteux

Explication : une « boîte à butin », ou loot boxes, s'échange contre une somme d'argent souvent modique. C'est ce que l'on appelle un micropaiement. En payant le montant demandé, un joueur reçoit de manière aléatoire divers objets ou autre améliorations capables de booster ses performances lors d'une partie en ligne. A savoir maintenant si ces microtransactions, puisque aléatoires, s'apparentent à un jeu de hasard.

La Commission belge n'a pas mis longtemps à trancher, en répondant par la positive par la voie d'une simple note explicative. Sans que la législation n'intervienne pour autant sur ce juteux business model de plus en plus appliqué par les éditeurs de jeux vidéo. Sauf qu'en novembre 2017 toujours, et face à la grogne des joueurs, EA supprime temporairement les « caisses à butin » de son jeu phare Star Wars Battlefront II.

lootbox.png

EA refuse de se plier à la législation belge

Les choses se sont alors accélérées en avril 2018, lorsque la Commission des jeux de hasard du royaume, après après avoir étudié les cas Overwatch, Counter-Strike : Global Offensive, FIFA 18 et Star Wars Battlefront II, reconnaît les loot boxes comme un jeu de hasard - et donc interdit aux mineurs. Rapidement, Blizzard et Valve se plient à la législation en retirant les micropaiements de leurs titres pour les joueurs belges.

Electronic Arts, quant à lui, n'en fait qu'à sa tête, et refuse d'appliquer la décision prise par l'instance administrative. Le studio fait ainsi savoir qu'il conservera son business model sur ses licences FIFA 18 et FIFA 19, attendu le 28 septembre prochain. Mais la Belgique ne l'entend pas de cette oreille et vient ainsi d'ouvrir une enquête à l'encontre d'EA en vertu de son verdict législatif prononcé quelques mois plus tôt. La bataille judiciaire ne fait donc que commencer : à savoir maintenant qui sortira vainqueur de ce bras de fer.
3
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
Taxation du numérique : après une discussion Macron/Trump, la taxe provisoirement suspendue
Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
Rachat de Maxwell : Elon Musk s'exprime enfin sur l'impact sur les batteries Tesla
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
Lucid Air : la berline électrique concurrente de la Model S ouvre ses précommandes en France
La Toyota Mirai propulsée à l'hydrogène, prévue en 2020, promet 650 km d'autonomie
Kaamelott : un premier teaser et une date de sortie avancée pour le film

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top