Après Ubisoft, Insomniac Games éclaboussé par une vague de témoignages de harcèlement sexuel

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
26 novembre 2020 à 06h43
17
Insomniac Games
© Insomniac

À l’instar du septième art, l’industrie vidéoludique est en train de faire sauter les verrous de l’omerta. Les employées sont de plus en plus nombreuses à remonter les cas de harcèlement sexuel ou de discrimination dont elles sont victimes. Après Ubisoft, qui a entamé la semaine dernière une série d’enquêtes pour faire la lumière sur de multiples et inquiétants témoignages , c’est Insomniac Games qui voit ces derniers jours son image écornée par de troublantes accusations.

Sur Twitter, une ex-employée du studio responsable de la licence Ratchet & Clank ou, dernièrement, Spider-Man, explique avoir quitté l’entreprise « à cause de la façon dont elle traite les femmes ». Un cri d’alerte qui, depuis, a poussé de nombreuses et nombreux employés à remonter des cas similaires au sein du studio.

Une culture d’entreprise qui prend la défense des prédateurs sexuels

Dans le fil qui découle de ce tweet, Sol Brennan explique avoir été confrontée à au moins trois collègues masculins qu’elle qualifie de prédateurs sexuels durant sa carrière de quatre années chez Insomniac. « L’un a démissionné de son propre chef, un autre a été viré (malgré le fait que la direction avait été prévenue plus tôt) lorsqu’il est devenu trop dangereux et qu’il a agressé sexuellement des gens. Le dernier était toujours en place, précise-t-elle, malgré la montagne de preuves qui pesait sur lui ».

Un cadre supérieur des ressources humaines, que la jeune femme considère comme un bon ami, et qui — outre les blagues graveleuses et les remarques insistantes — lui aurait avoué son attirance à deux reprises alors qu’ils étaient seuls dans une salle de réunion. Tout cela « alors que mon compagnon de l’époque était également employé dans l’entreprise ». Une relation qui était connue de tous, ajoute Sol Brennan.

Mais les choses sont rapidement devenues plus explicites, raconte encore l’ex-employée. Les aveux d’attirance sont devenus des déclarations ouvertement sexuelles mettant l’artiste 3D particulièrement mal à l’aise. Lorsqu’elle quitte Insomniac, l’homme est toujours en poste. Elle apprendra plus tard qu’il a été mis à la porte après avoir — une énième fois, précise-t-elle — eu une aventure avec une stagiaire.

Sol Brennan n’est pas un cas isolé. En racontant son expérience au sein d’Insomniac Games, elle évoque « des dizaines » de femmes qui auraient été blessées d’une manière ou d’une autre au sein du studio. « Certaines au point qu’elles ont refusé de m’en dire plus », regrette la jeune femme qui, dans son premier tweet, se dit consciente qu’elle risque d’être mise sur liste noire et de ruiner sa carrière pour dénoncer ainsi le sexisme systémique dont elle a été victime.

Des opportunités d’évolution quasi nulles

N’oubliant pas de préciser que c’est la mort dans l’âme qu’elle a décidé de quitter Insomniac, c’est avant tout un système que Sol Brennan dénonce. Un système déjà mis en lumière maintes fois, notamment lors du mouvement #MeToo qui a bouleversé l’industrie cinématographique.

Selon Sol Brennan, Insomniac entretient tous les mécanismes nécessaires pour empêcher les femmes de se sentir valorisées dans l’entreprise. « Ma carrière a été entravée. J’ai observé des hommes autour de moi obtenir des promotions (et à raison — ils étaient extraordinaires !) alors qu’on ne faisait que m’agiter une carotte sous le nez pendant des années ». Mais cela n’était pas un traitement réservé qu’aux femmes, précise l’ex-employée, mais à tous celles et ceux qui osaient le dénoncer.

C’est notamment ce qui est arrivé à @Xavierck3d, un ex-employé d’Insomniac que Sol Brennan considérait être un allié masculin dans l’entreprise, et qui a selon ses dires été mis de côté pour ses prises de paroles visant à dénoncer le sexisme dans le studio.

Andy Burke, responsable des outils de développement chez Insomniac entre 2005 et 2009, confirme également qu’à l’époque l’entreprise opérait des différences salariales importantes entre ses employés et employées. 

Insomniac défend sa gestion « familiale »

Malmené sur les réseaux sociaux, le studio californien a rapidement pris la parole pour tenter d’éteindre l’incendie ou, du moins, en ralentir la propagation.

Une prise d’acte plus qu’une réelle position sur le sujet, qui a poussé cette fois Rachel D. Mark a raconter son expérience au sein d’Insomniac Games, laquelle s’est déroulée entre 2006 et 2010, et qui tend à prouver qu’une décennie n’aura pas suffi à régler les problèmes de sexisme systémique au sein du studio.

Dans un fil distinct, l’ex-programmeuse corrobore les dires de Sol Brennan. Les fausses promesses, les opportunités d’évolution illusoires, et bien entendu les remarques, gestes et paroles déplacées, voire le harcèlement. Rachel D. Mark qui, écœurée de son expérience au sein de Insomniac Games, a tout simplement mis un terme à sa carrière de programmeuse, regrette enfin que pour seule défense, son ex-employeur se soit contenté de mettre en avant la dimension « familiale » du studio. Une posture culpabilisante et lâche, analyse-t-elle, qui fait porter aux accusateurs le risque de détruire ladite famille.

Bref, un statu quo qui ne passe plus en 2020 et qui, répétons-le, ne se limite pas à Insomniac Games. La semaine dernière, Ubisoft a publié un communiqué regrettant d’avoir pérennisé un environnement de travail toxique, et promettant une série d’enquêtes pour faire la lumière sur les différents cas de harcèlement qui lui sont remontés aux oreilles.

Ubisoft déclaration harcèlement sexuel © Capture d'écran
Capture d'écran

Source : Twitter

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
17
15
Popoulo
« Les fausses promesses, les opportunités d’évolution illusoires » : y a quoi comme harcèlement sexuel là-dedans ? Vous n’avez jamais travaillé dans une grosse boite ? ou travaillé tout court ?
Pierre_C
Vous avez lu le paragraphe au-dessus ? Vous savez, celui où il est question de « vannes graveleuses et insistantes » et de « déclarations ouvertement sexuelles ».
tfpsly
Il y a hélas de plus en plus de commentaires assez déplacés sur Clubic…<br /> Pour ajouter plus d’infos : des articles en Anglais (ex: Kotaku) parlent même de relations sexuelles forcées ("sinon ta carrière est foutue) et de viols. Une bien belle boite tout à fait normale? J’espère que non.
Pierre_C
Vous avez raison.<br /> Merci pour l’info sur Kotaku, je vais aller lire ça et déprimer un bon coup.
lfr
Une solution…On fait comme ça existait à une époque pour les écoles (écoles pour filles et écoles pour garçons) et on applique ça aux entreprises, comme ça fini les plaintes pour harcèlement (en tout cas du sexe opposé).
PierreKaiL
Il y en a qui tournent vraiment pas rond sur Cluclu, les femmes ont a subir des comportements abusifs, machistes, dans beaucoup de domaine, les boites high tech sont aussi touchées par ce que j’appellerai un fléau, merci @Pierre pour cette article qui, j’espère fera ouvrir les yeux à l’opinion publique et forcera ces abuseurs de situation et autres débiles machistes à aller se soulager dans leur coin sans importuner les autres et à garder leurs blagues sexistes pour eux. Le pire aussi c’est que même en tant qu’homme si on ne rigole pas à la blague ou la remarque sexiste et foireuse d’un chef ou d’un groupe de collègue on devient suspect. Si un gars me dit «&nbsp;tiens tu as vu la dernière stagiaire elle est bonne hein ?&nbsp;» si je lui répond que c’est un gros con je deviens un homosexuel ? un prout prout snobinard ? ou je ne sais quoi encore. Dans tous les cas je serai exclus à la première occasion. SI cela en fait rire certains, perso pas du tout. J’ai honte d’être un homme dans ces moments là.<br /> PS : bien joué la modération, c’était insupportable. J’aimerai bien voir leur tête si c’est leur fille ou leur femme qui se fait harceler.
tfpsly
lfr:<br /> Une solution…On fait comme ça existait à une époque pour les écoles (écoles pour filles et écoles pour garçons) et on applique ça aux entreprises, comme ça fini les plaintes pour harcèlement (en tout cas du sexe opposé).<br /> Non pour deux raisons :<br /> c’est nier le problème au lieu de le corriger;<br /> ce problème de sexisme est propre à l’informatique; les autres domaines ont bien moins de problèmes. Voir par exemple le ratio homme/femme dans quelques domaines demandant des formations assez poussées, il y en a un qui cloche à cause de c******s qui poussent les femmes dehors depuis la seconde moitié des années 80s :<br /> 708×518 35.4 KB<br />
PierreKaiL
C’est pareil dans tous les domaines, en priorité ceux plutôt masculin au départ mais pas que, le milieu automobile, les transports, même la grande distribution est touché etc… SI il y avait plus de femmes sur Clubic elles pourraient en témoigner.
KaspOu
Non, la solution n’est pas de masquer le problème pour l’amplifier, mais d’arrêter les auteurs de ces soucis, que l’on apprenne à vivre ensemble et à dénoncer les horreurs de quelques uns (qui sont bien trop).
i5i5
Les statistiques montrent que le harcèlement sexuel au travail est majoritairement (attention pas seulement) le fait de femmes sur d’autres femmes.<br /> C’est exactement comme les noirs aux Etats Zunis, ceux qui tuent le plus de noirs sont d’autres noirs.
Blackalf
i5i5:<br /> C’est exactement comme les noirs aux Etats Zunis, ceux qui tuent le plus de noirs sont d’autres noirs.<br /> J’imagine qu’il y a aussi des statistiques là-dessus ?
jleheurteur
Vous devriez avoir honte de tenir de tels propos, outre le fait que vous n’avez clairement pas lu (ou su lire l’article), votre allusion à une situation «&nbsp;normale&nbsp;» en grosse boite comme vous dites est tout simplement affligeante.<br /> Travailler dans une boite qu’elle soit petite ou grosse doit se faire dans le respect.<br /> La drague, la provocation, le harcèlement, l’intimidation, le chantage et j’en passe n’y on pas leur place tout comme dans le reste de la société !<br /> J’espère sincèrement que vous n’êtes pas responsable de quelqu’un dans votre grosse boite ou que vous ne le deviendriez jamais, car avec une telle mentalité c’est vraiment effrayant.
tfpsly
Les statistiques montrent que le harcèlement sexuel au travail est majoritairement (attention pas seulement) le fait de femmes sur d’autres femmes.<br /> De l’art de balancer une intox puante invérifiable et probablement fausse pour nier le problème… Source?<br /> Les relations sexuelles forcées et viols dont parle l’article seraient donc «&nbsp;le fait de femmes sur d’autres femmes&nbsp;»?<br /> C’est exactement comme les noirs aux Etats Zunis, ceux qui tuent le plus de noirs sont d’autres noirs.<br /> Cette info est répétée à tort et à travers par les fachos de l’extrême droite américaine et répétée par la notre. Elle est surtout HS dans le contexte actuel (et encore plus dans les commentaires de cet article) : si on regarde les civils non armés tués sans raison par les flic aux USA, les noirs sont ultra-sur-représentés.<br /> Balancer d’autres chiffres n’ayant rien à voir (comme le nombre de tués armés par les flics, ou le nombre de tués par des non-flics, ou sans normaliser par la taille des différentes population) s’appelle «&nbsp;noyer le poisson&nbsp;».<br /> 1000×922 105 KB
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Cyberpunk 2077 : l'édition standard contiendra de nombreux bonus
Asus Vivobook et Zenbook : deux PC portables à prix cassés avant les Soldes
Bon plan : une Smart TV LED LG 55
Chute de prix sur le PC gaming Asus ROG STRIX 17,3'' avec une GeForce RTX 2070
Bon plan : le casque sans fil Sony WH-CH710N à moins de 100€
L'école 42 va ouvrir son quatrième campus à Nice !
Le nouveau Audi Q5 adopte une motorisation hybride
Polar lance Unite, sa nouvelle montre connectée pour les sportifs
Mediatek dévoile deux nouveaux SoC économiques à destination des joueurs
Des satellites de transport en orbite : un nouveau service à la mode
Haut de page