Linux 3.3 et Android : début de fusion du noyau

19 mars 2012 à 12h23
0
Linus Torvalds a annoncé hier la mise en ligne de la version 3.3 du noyau Linux, qui franchit un cap en intégrant enfin l'essentiel des spécificités d'Android, entre autres nouveautés.

000000F000092171-photo-linux-tux-logo-officiel.jpg

Le système d'exploitation mobile de Google repose effectivement sur un noyau Linux, mais enrichi de fonctions adaptées à son utilisation qui étaient jusqu'à présent réservées à une branche distincte. La fusion des deux branches a longtemps fait débat entre les deux parties, qui sont finalement parvenues à un compromis.

Le débat tient principalement du fait que certains composants distincts des deux branches répondent — plus ou moins — aux mêmes nécessités. Les partisans de la branche principale du noyau Linux souhaiteraient ainsi que ceux de la branche Android adoptent les fonctions natives, mais celles-ci ne répondent parfois que partiellement aux besoins.

L'enjeu est de simplifier le développement en permettant de démarrer Android avec un noyau Linux conventionnel.

Le « Linux kernel 3.3 » y parvient d'ores et déjà en intégrant notamment ces fonctions spécifiques :
  • le binder, assurant la communication interprocessus (comme le fait le mécanisme IPC mais sans certaines fonctions supplémentaires).
  • le logger, qui enregistre exclusivement l'activité d'Android (et non du noyau Linux).
  • le low memory killer, qui libère de la mémoire vive en quittant les applications suspendues. Sur Android les applications ne se ferment effectivement pas d'elles-mêmes.
  • et de nombreux pilotes adaptés aux smartphones, tablettes et autres smartbooks.
Ce n'est quoi qu'il en soit qu'un premier pas puisque le wakelock, qui gère la consommation d'énergie et fait encore débat, n'a pas encore été intégré. Un appareil peut donc démarrer Android avec un noyau Linux 3.3 mais son autonomie sera limitée.

Le kernel 3.3 améliore par ailleurs la gestion du stockage, en améliorant notamment l'agrandissement de partition ext4, il améliore également la connectivité réseau, en particulier la concaténation d'interfaces et la priorisation de trafic, et prend désormais pleinement en charge l'EFI.

Le « Linux kernel 3.3 » est donc disponible dès à présent depuis son site officiel. Il sera progressivement adopté par les distributions les plus populaires et proposé sous forme de mise à jour conventionnelle.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Le vaisseau Starship de SpaceX est homologué par la FAA
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
scroll top