Remplacement des manettes de Switch, l'UFC-Que Choisir met Nintendo France en demeure

05 novembre 2019 à 12h12
0
joy-cons

Nintendo est de plus en plus mis dans l'embarras à cause des problèmes de Joy-Con Drift qui touchent ses Switch. Cette fois, c'est l'UFC-Que Choisir en France qui passe à l'action contre le constructeur nippon.

L'association de défense des consommateurs fait savoir, ce mardi 5 novembre 2019, la mise en demeure Nintendo pour régler le problème du Joy-Con Drift. L'UFC-Que Choisir exige que le fabricant prenne en charge la réparation ou l'échange des accessoires défectueux.

Le SAV de Nintendo mis en cause

Alors que la Nintendo Switch cartonne en termes de ventes, la console souffre d'un important défaut qui ternit son image. En effet, un problème de joysticks provoque des mouvements fantômes, faisant par exemple avancer un personnage ou naviguer dans un menu sans que le joueur ne touche à rien : c'est ce que l'on a appelé le Joy-Con Drift, dont son victimes de nombreux consommateurs dans le monde entier.

L'UFC-Que Choisir dénonce plusieurs manquements de Nintendo en France à cet égard. Tout d'abord, l'association lui reproche de continuer à vendre ses Switch (même la nouvelle Switch Lite est concernée) en connaissant le fort risque que les Joy-Con souffrent du problème après seulement quelques mois d'utilisation. Elle met aussi en cause le SAV du groupe, qui n'est selon elle pas à la hauteur de l'enjeu.

Et pour cause : quand un client constate qu'il est victime du Joy-Con Drift, le revendeur auprès duquel la console a été acquise le redirige naturellement vers le service après-vente de Nintendo France. C'est la que l'utilisateur rencontre la première difficulté : le SAV de Nintendo France ne prend en charge la réparation ou le remplacement des Joy-Con seulement pendant l'année suivant l'achat de l'appareil. Or, cela est illégal : en Europe, la garantie constructeur d'un produit neuf est fixée à deux ans par défaut. Ici, après 12 mois, Nintendo facture 45 euros la réparation d'un Joy-Con.

Et si un consommateur qui a envoyé l'appareil au SAV refuse de payer ce prix, il doit s'acquitter de 15 euros de frais de retour pour récupérer l'objet.

Une plainte collective aux États-Unis

Face à l'absence de bonne volonté de la part de Nintendo en France, l'UFC-Que Choisir a donc choisi de passer à l'attaque. Une mise en demeure a été adressée à la filiale hexagonale, l'incitant « à prendre en charge la réparation des consoles Nintendo Switch et Joy-Con présentant les dysfonctionnements évoqués » et à « rembourser les consommateurs ayant avancé les frais de réparation ». Sans réponse jugée convenable de Nintendo dans les 15 jours, l'association brandit la menace d'une action en justice. Elle a d'ailleurs publié un formulaire pour recueillir de nouveaux témoignages d'utilisateurs.

Cette décision de l'UFC-Que Choisir fait suite au dépôt d'une class action aux États-Unis il y a plusieurs mois de cela. Nintendo avait alors été forcé de réagir pour éviter un procès.

Outre-Atlantique, Nintendo prend désormais les réparations en charge gratuitement, même hors garantie, en cas de Joy-Con Drift. Bientôt un service similaire en France ?

Source : UFC-Que Choisir
26
15
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Rachat de Maxwell : Elon Musk s'exprime enfin sur l'impact sur les batteries Tesla
Un groupe d'associations et de collectivités va attaquer Total en justice pour
Une enquête choc montre comment l'antivirus Avast vend vos données de navigation
Fnac Darty : le groupe a perdu 70 millions d'euros au T4 2019, conséquence des mouvements sociaux
Star Wars: Knights of the Old Republic pourrait avoir droit à un remake
10 ans après, l'iPad peine toujours à tenir ses promesses
Un recours à Marseille déposé contre le dispositif de vidéosurveillance automatisée
Selon Apple, l’uniformisation des chargeurs en Europe tuerait l’innovation
Audi : la production de l'e-tron au ralenti, l'approvisionnement de batteries en cause
Xavier Niel détient maintenant 70% d'Illiad, le cours de l'action remonte

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top