Google Trends suspendu en Nouvelle-Zélande après avoir dévoilé l'identité d'un suspect

Benoît Théry Contributeur
09 juillet 2019 à 11h19
0
statistiques tablette

Elles sont utilisées par des milliers de personnes, notamment pour connaître les sujets les plus en vogue. Mais les Néo-Zélandais devront se passer des alertes de Google Trends durant quelques temps. Suite à un faux pas et à un face-à-face du géant américain avec les grands élus, le service est suspendu dans le pays.

Cette suspension fait suite à la diffusion publique, via les mails automatiques générés par Google Trends, du nom d'un individu suspecté de meurtre.

Un nom rendu public

Reprenons les faits dans l'ordre chronologique. Le 2 décembre dernier, Grace Millane, une étudiante britannique en vacances à Auckland, est enlevée et assassinée. Six jours plus tard, un homme de 26 ans est interpellé : il est considéré comme le principal suspect. L'affaire avait fait grand bruit sur la scène internationale.

Cela explique peut-être qu'elle ait été mentionnée dans les e-mails générés automatiquement, et envoyés par Google Trends à des milliers d'internautes. Mais alors que la justice néo-zélandaise avait accordé un droit à l'anonymat au suspect, les e-mails reçus précisaient son identité.

S'en est suivi, pendant des mois, un bras de fer entre Google et les pouvoirs publics néo-zélandais. Andrew Little, le ministre de la justice, a rendu public un message de Google, qualifiant simplement l'incident de « relativement unique, dans une affaire très médiatisée [...] abondamment traitée par la presse étrangère ». Le géant américain reconnait une erreur, mais n'apporte aucune modification à son service. Selon lui, moins de 200 utilisateurs auraient reçu l'e-mail indiscret.

Google fait un pas en arrière

Pour Andrew Litttle, cette déclaration revient à « faire un doigt d'honneur à la justice néo-zélandaise et à la famille de Grace Millane », menaçant de faire pression sur le géant américain, par des accords internationaux ou pour la voie de la justice.

En réponse, Google a donc suspendu le service Google Trends, reconnaissant une mauvaise communication et qualifiant le débat de « malentendu ». « Nous comprenons le droit à un procès équitable, et reconnaissons qu'il s'agit là d'un élément fondamental du système judiciaire. Nous comprenons qu'il y ait une sensibilité autour de cet incident, et nous avons suspendu les e-mails de Google Trends en Nouvelle-Zélande ». Andrew Little a alors qualifié cette décision de « bienvenue ».

Aucune date de rétablissement du service d'alertes n'a été communiquée pour la Nouvelle-Zélande. La situation entre le pays et le vaste Internet devient plus tendue, en particulier depuis l'attaque terroriste de Christchurch. En mars dernier, un suprémaciste blanc a fait 51 morts, et a filmé son acte pour le diffuser sur les réseaux sociaux. Une semaine plus tard, la première ministre Jacinda Ardern a reçu des menaces de mort par ces mêmes réseaux. L'élue a rencontré le Président Emmanuel Macron en mai, ce qui a abouti à un engagement pour le contrôle des « contenus en ligne terroristes ou extrémistes violents ».

Cela dit, Andrew Little souhaite rester ouvert aux géants des réseaux : « Je continue de chercher des engagements constructifs avec Google et les autres multinationales de la high-tech, pour des solutions à long terme », dit-il.

Source : 9to5Google
13 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
The Mandalorian : que vaut le premier épisode de la série TV Star Wars ?
Selon Bloomberg, un MacBook 16
Alain Damasio, Ken Loach... 111 assos et intellectuels se lèvent contre Amazon
Le MacBook Pro 16

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top