Droit à l’oubli : Google refuse de généraliser la réglementation européenne

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
13 septembre 2018 à 11h07
5
google

Auditionné hier devant la Cour de Justice de l'Union Européenne, Google a défendu ses intérêts et ses opinions. Pour le géant du Web, généraliser le droit à l'oubli hors de l'Union Européenne équivaudrait à une censure.

La plus haute juridiction au niveau européen doit trancher dans le litige qui oppose la CNIL à Google sur le sujet du doit à l'oubli.

Pour le gendarme français des données personnelles, la firme de Mountain View se doit de généraliser le déréférencement de liens demandés par les internautes européens au niveau mondial. Une sommation à laquelle Google n'avait pas daigné se soumettre en 2016, ce qui lui avait valu de verser une amende de 100 000 euros à la CNIL.

Le droit à l'oubli : une exception européenne

En 2014, la justice européenne jetait les bases du droit à l'oubli numérique. À partir de ce jour, tous les ressortissants européens pouvaient demander à Google le déréférencement de contenus obsolètes ou pouvant porter atteinte à leur image.

Problème : quand bien même Google accepterait votre requête, les liens en question ne disparaîtraient que des versions européennes du moteur de recherche. En d'autres termes, les contenus déréférencés sur Google.fr restent visibles sur Google.com, ou en utilisant un VPN pour simuler une connexion depuis les États-Unis, par exemple.

Une demi-mesure, donc, sur laquelle la CNIL et la Cour de Justice de l'Union Européenne espèrent bien faire flancher le géant du Web. Objectif : faire en sorte que le droit à l'oubli se généralise à l'échelle mondiale ; qu'un lien disparaissant des serveurs de Google en Europe soit également effacé sur tous les autres.

Une porte ouverte à la censure

Pour le géant du web, généraliser le droit à l'oubli équivaudrait à ouvrir grandes les portes de la censure.

Selon Thomas Hughes, le directeur exécutif d'Article 19 - une ONG britannique oeuvrant pour la défense de la liberté d'expression : « si les régulateurs européens peuvent dire à Google de supprimer toutes les références à un site Internet, alors des pays comme la Chine, la Russie et l'Arabie saoudite ne tarderont pas à en faire de même ».

Autrement dit, dès qu'une personnalité, un gouvernement ou plus généralement un pays se sentirait offusqué par une publication, il serait dans son bon droit en faisant valoir le droit à l'oubli numérique.

Un enjeu majeur dont la CJUE est bien consciente. De fait, plus de 70 associations et ONG ont été invitées à présenter leurs arguments en complément des plaidoiries des avocats au Luxembourg. La décision est désormais entre les mains des 15 juges qui prendront plusieurs mois avant de rendre leur verdict.

Selon vous, la liberté d'expression est-elle plus importante que le droit à l'oubli ?
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
0
wedgantilles
Il faut trouver un juste milieu comme pour tout. La réponse n’est pas oui ou non comme souvent.<br /> Par exemple prenons le cas d’un revenge porn ou de l’utilisation d’une image personnelle associé à son nom, évidemment il faut pouvoir aller jusque là.<br /> Par contre est-ce qu’un meurtrier peut même au droit à l’oubli demander que tous les liens d’articles le concernant soit retiré de google ? Je ne ne pense pas.
Uatu
@ wedgantilles: Le principe des Lois, c’est qu’elles ne peuvent pas faire du cas par cas.
sandalfo
Et l’effacement des profils des personnes décédées ? ça aussi c’est un sujet. Ils ont droit à l’oubli aussi.
Momozemion
On va simplifier : Google refuse la réglementation.
Nmut
Certes.<br /> Mais l’Europe ne peut pas imposer ces vues au monde (problème d’internet et des multinationales en général) et Google se bat pour une liberté primordiale du droit d’expression (pas pour la gloire bien sûr, c’est une opération marketing), même si celle-ci s’oppose à celle du droit à l’oubli, primordiale aussi je pense.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

La France investit dans les satellites et prépare une stratégie spatiale de défense
L'Europe débloque 74,5 millions d'euros pour déployer le très-haut débit en Bretagne
Changement de batteries d’iPhone : le prix repart à la hausse le 31 décembre
Le Samsung Galaxy S9 64 Go Noir Carbone à 499 euros
Nintendo Switch Online : le service payant lancé le 19 septembre
Le forfait Free mobile 30 Go à 0,99 euros par mois pendant un an
Civilization VI : une version Nintendo Switch le 16 novembre
Directive Copyright : la loi sur le droit d’auteur massivement adoptée par l’UE
NRJ Mobile lance sa box 4G illimitée (mais pas totalement) à 29,99 € par mois
Le casque Bluetooth a réduction de bruit active TaoTronics à 42 euros
Haut de page