Affaire Facebook-George Soros : tout était de la faute du chef de la communication

26 novembre 2018 à 14h47
3
Facebook

Elliot Schrage, responsable de la communication de Facebook, a endossé toute la responsabilité de l'affaire impliquant Facebook et l'entreprise de relations publiques Definers. La firme était accusée d'avoir orchestré une campagne de dénigrement contre George Soros, l'un de ses détracteurs.

Depuis la révélation de l'information par le New York Times, un nouveau scandale planait au-dessus de Facebook. La société était accusée d'avoir tenté de nuire à l'un de ses farouches opposants, George Soros, en payant une entreprise pour décrédibiliser le milliardaire.

Une enquête sur les motivations de Soros

Après plusieurs jours passés sans véritable explication, dans la mesure où personne à la direction de Facebook ne semblait au courant de cette histoire, la lumière est venue du chef de la communication. Elliot Schrage a ainsi pris la parole ce mercredi pour affirmer qu'il était responsable de la décision « d'embaucher Definers et des entreprises similaires ». Il implique aussi ses équipes, en affirmant que le système mis en place pour l'alerter des sujets sensibles « a failli ».

Par ailleurs, il détaille ce que l'entreprise cherchait véritablement à contrôler dans son contrat avec Definers. Dans un contexte de concurrence croissante, le géant Facebook a été la cible de nombreuses critiques, dont celles de George Soros, qualifiant le réseau social de « menace pour la société ». Schrage affirme alors avoir voulu déterminer si les déclarations de Soros « pouvaient avoir des motivations financières ».

De même, il était question de prouver que le mouvement citoyen « Freedom From Facebook » était en réalité financé par le milliardaire. En revanche, Schrage nie avoir demandé à Definers de publier de fausses informations sur George Soros.

Schrage, un simple fusible ?

Enfin, d'après le responsable de la communication, « Mark (Zuckerberg) et Sheryl (Sandberg) se reposaient sur lui » pour gérer ces missions. Des déclarations qui vont donc dans le sens de celles des deux dirigeants de Facebook, qui ont déclaré ne pas avoir entendu parler de la collaboration avec Definers.

Le mea-culpa d'Elliot Schrage semble arriver à point nommé pour la plateforme sociale. Toute la responsabilité incombant à son chef de la communication, l'entreprise pourra certainement se contenter de sanctions à son égard. Soit des sanctions contre un salarié qui avait annoncé, dès juin dernier, son intention de quitter la société... Un porteur de chapeau idéal.

Source : France 24
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
0
Nervantoss
Oui mais le but de la manœuvre médiatique ici est de mettre ceux qui attaquent Soros sur le banc des accusés. C’est plutôt malin,pas une ligne sur ce qui est reproché dans le fond à Soros.
CM35
Exactement.<br /> Il y aurait beaucoup à dire mais impossible de détailler cela ici, sans compter que le sujet est sensible…<br /> Avis aux lecteurs : renseignez-vous sur le personnage par vos propres moyens, n’espérez pas que les médias officiels le fassent de manière objective.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

L'iPhone Xr 128 Go - Rouge mat à 799 euros (+ 79.90 euros en SuperPoints)
 Le Pixel 3
La carte graphique KFA2 GeForce RTX 2070 à 509 euros
Imprimante HP Officejet 5232 + Carte Instant ink crédit de 5€ à 10 euros (via ODR de 30€ + 10€)
Environnement de travail cancérogène : Samsung indemnise ses travailleurs malades
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Haut de page