Le fisc italien rend visite à Facebook

07 décembre 2012 à 18h39
0
La police italienne a conduit plusieurs vérifications dans les locaux milanais de Facebook, en Italie. L'objectif des autorités serait de savoir si le réseau social a correctement déclaré ses revenus dans le pays.

00D2000005394005-photo-facebook-logo-mobile.jpg
Selon Reuters, la police italienne procède à des vérifications fiscales dans les bureaux de Facebook Italie. Le réseau social ne serait pas le seul ciblé par les autorités puisque Google serait également dans le collimateur du fisc du pays.

Facebook a tenu à répondre aux critiques en rappelant qu'il « paie des impôts en Italie dans le cadre de son activité dans le pays et se conforme strictement aux règles budgétaires de l'Italie. Facebook a pleinement coopéré avec la police fiscale au cours de l'enquête et entend continuer à le faire. »

En France, Facebook avait également fait l'objet d'une visite de la Direction nationale des enquêtes fiscales et des Douanes. Plusieurs documents avaient alors été recueillis afin de déterminer le chiffre d'affaires réel réalisé par le réseau social sur le territoire. L'objectif du fisc était alors de savoir si le réseau social a tenté d'échapper à l'impôt sur les sociétés et au versement de la TVA en ne déclarant qu'une partie des bénéfices réalisés sur le territoire.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Clubic Week 2.0 : Free éclate la concurrence
Revue de Web : le pire d'Instagram... en musique !
Live Japon : Les cartons commerciaux de 2012
Google Now s'inviterait dans une prochaine version de Chrome
Google et Apple s'uniraient pour le rachat des brevets de Kodak
LeWeb'12 : plus de 60 000 messages sur les réseaux sociaux
Patch Tuesday de décembre : 5 bulletins critiques pour Microsoft
Citrix rachète Zenprise pour unifier son offre sur le BYOD
Free/YouTube : plus de problème au lendemain de l'annonce de l'Arcep ? (sondage)
Abus de position dominante : SFR et Bouygues contesteraient le forfait Open d'Orange
Haut de page