Facebook, Instagram, WhatsApp : au tour de Meta de licencier des milliers de salariés

Alexandre Boero
Chargé de l'actualité de Clubic
07 novembre 2022 à 11h00
18
Mark Zuckerberg, contraint de licencier des salariés de Meta (© Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com)
Mark Zuckerberg, contraint de licencier des salariés de Meta (© Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com)

La maison-mère de Facebook, Meta, se préparerait à licencier plusieurs milliers de salariés. Il s'agirait d'une première dans l'histoire de l'entreprise.

Après Twitter, qui a annoncé la semaine dernière se séparer de la moitié de ses effectifs, c'est au tour de Meta de licencier une partie de ses salariés. Selon Reuters ou encore le Wall Street Journal, la firme de Mark Zuckerberg devait dès cette semaine procéder au licenciement de plusieurs milliers d'employés, pour répondre peut-être à des perspectives de croissance pas franchement rassurantes du point de vue de ses investisseurs. L'entreprise a subi la dégringolade de sa valorisation boursière, après avoir vu ses bénéfices et son chiffre d'affaires plonger au dernier trimestre.

Meta doit dégraisser alors que ses perspectives sont moins éloquentes que par le passé

18 ans après sa création, Meta n'avait encore jamais procédé à une telle coupe dans ses effectifs. Le groupe, propriétaire des réseaux Instagram, Facebook, WhatsApp et Messenger, ne licenciera évidemment pas dans les mêmes proportions que Twitter. L'entreprise, qui revendiquait à la fin du mois de septembre employer plus de 87 000 personnes, va dégraisser.

Néanmoins, les licenciements auxquels devrait procéder Meta dans les prochains jours pourraient être les plus importants de l'année dans le monde des nouvelles technologies. Le géant des réseaux sociaux a vu son chiffre d'affaires reculer de 4 % sur un an, et ses bénéfices chuter de 52 % entre le troisième trimestre 2021 et le troisième trimestre 2022.

En marge de ces résultats, le 26 octobre dernier, Mark Zuckerberg annonçait un peu la couleur de ces futurs licenciements. Rappelant consacrer ses futurs investissements sur certains domaines de croissance prioritaires, il avait déclaré que « certaines équipes se développeront de manière significative, (et que) la plupart des autres équipes resteront stables ou se rétréciront au cours de la prochaine année ». Pas de quoi être franchement surpris donc par les révélations de nos confrères américains.

Mark Zuckerberg avait prévenu

En septembre, le Wall Street Journal annonçait justement une réduction potentielle de 10 % des effectifs dans les mois à venir (entre 8 000 et 9 000 salariés pourraient être concernés, si l'on se réfère aux derniers chiffres communiqués par le groupe). Depuis plusieurs mois déjà, Meta opère des réductions d'effectifs plutôt ciblées. Sans oublier que Mark Zuckerberg lui-même avait lâché une petite bombe en juin dernier lors d'une réunion d'entreprise : « En réalité, il y a probablement un tas de personnes dans l'entreprise qui ne devraient pas être ici ».

Si l'ampleur des chiffres évoqués paraît être choquante, la situation n'est néanmoins pas si catastrophique pour le groupe californien. Depuis le début de la pandémie de Covid-19 en 2020, Meta a embauché plus de 40 000 salariés, gonflant ses effectifs pour répondre à une activité intense.

Ces derniers mois, la maison-mère de Facebook a perdu de l'argent, mais aussi au moins momentanément des utilisateurs, qui se tournent davantage vers des alternatives comme TikTok, bête noire de l'entreprise. Sans oublier un ciblage publicitaire plus délicat que par le passé et des dépenses massives sur la réalité virtuelle au service du metaverse, dont les investisseurs semblent encore douter du potentiel à long terme.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (18)

g-m1n1
Twitter venant de licencier 50% de son personnel, autant en profiter maintenant…<br /> Mais 87.000 personnes chez Meta… c’est vraiment beaucoup…
AtomosF
Clair, c’est hallucinant, c’est plus que des grands groupes industriels qui font des « vrais » projets comme des métros, des bâtiments, des avions, … Et pas du metavers ou l’intégration de plus en plus de pub dans des réseaux sociaux.
Zimt
« Vous avez reçu un email. »<br /> …
Zimt
Malheureusement tout ce que vous citez ne satisfait pas le système limbique du quidam, et est donc beaucoup moins « puissant »
gemini7
Il faut attendre de savoir combien d’employés, vont être licenciés, mais dans sa situation actuelle, Meta (Facebook), qui perd de plus en plus d’utilisateurs, a certainement un peu trop d’employés, c’est triste pour ceux qui vont perdre leur poste.
Arthur_12
Le grand patron qu’il devrait mettre à la porte, c’est lui qui coûte des milliards…
toast
« Ces derniers mois, la maison-mère de Facebook a perdu de l’argent »<br /> Ah bon ?<br /> Investing.com France<br /> Facebook (META) Compte de résultats<br /> Cette page présente les comptes de résultats (bilan/résultat net) de NAME_TRANS%%. Vous découvrirez les performances financières de l'entreprise, son chiffre d'affaires, et bien plus encore.<br />
mrassol
Un groupe mondial comme Bouygues c’est 120000 personnes …
Zimt
@toast : oui pas assez de gain pour redistribuer les parts promises, sur le gain global obligatoire d’environ 12-14% - fonctionnement classique des entreprises capitalisées.
Francis7
Et bien Zuckerberg a contracté un prêt de plusieurs milliards pour financer Meta. Or les choses ne se passent pas aussi vite que prévu.<br /> Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
Bondamanmanw
Quand ça licencie chez nous à tour de bras aux USA ils s’en foutent.
manu_XP
vraiment hate que cette bouse de meta disparaisse.
toast
Gain global obligatoire ?
philumax
Les rats quittent le navire…
romain280
Il suffit d’une seconde et tout peut s’écrouler quand les rêves sont battis sur du sable.
arbor111
Facebook, l’application la plus buguée de l’histoire de l’informatique. S’ils imaginent créer un monde virtuel avec les mêmes développeurs, je crains le pire. Ou alors on va bien rigoler
norwy
Certains avaient cru que le plan lunaire de Métavers allait s’accomplir comme une lettre à la poste avec leur appli 3D des années début 2000 type second life et leurs casques à prix d’or.<br /> Aujourd’hui ils portent leurs cartons en se demandant si c’est de leur faute ou bien on leur a menti… Pauvres employés crédules
Voir tous les messages sur le forum