La justice condamne Veepee pour le dépôt frauduleux de la marque "vente-privée"

Alexandre Boero Contributeur
22 octobre 2019 à 11h31
0
Vente_Privee_Logo.jpg

La société Showroomprive.com avait assigné son concurrent Veepee en justice dans le but de faire annuler la marque vente-privee, pour avoir nui aux règles de libre concurrence.

Jusqu'en janvier 2019, Veepee était historiquement connue sous le nom Vente-privee.com. Créée en 2001, la société, spécialiste et leader des ventes événementielles de courte durée, possédait une URL du même nom, la majuscule en moins. Né cinq ans plus tard, en 2006, le concurrent Showroomprive.com avait fait assigner Vente-privee.com en justice, en 2016, au motif que l'expression « vente privée » appartenait au langage courant, et qu'elle ne pouvait donc pas être pleinement appropriée par une société.

La marque semi-figurative, annulée pour dépôt frauduleux

Dans un jugement rendu le 3 octobre 2019, le tribunal de grande instance de Paris a d'abord commencé par reconnaître que la marque « vente-privee », semi-figurative (c'est-à-dire dont la forme combine logo et mot ou phrase), avait fini par acquérir un caractère distinctif dans le temps et par l'usage. Mais cela ne l'a pas empêché d'annuler la marque, considérant qu'elle avait fait l'objet d'un dépôt frauduleux.


Le tribunal rappelle que l'expression « ventes privées » a toujours désigné des ventes événementielles destinées à un public d'invités. En l'état, Vente-privee.com ne pouvait donc pas s'approprier ce que l'on considère comme des termes génériques. Il n'existe par exemple pas de marque « Eau de source » pour désigner un produit du même nom.

Vente-privee.com, et aujourd'hui Veepee, était identifiable par son nom mais aussi par le dessin de papillon, dont les juges ont estimé que la faible dimension était exclusivement décorative.

Vente-privee.com n'était pas légitime à monopoliser les deux termes génériques

Pour aller plus loin, le tribunal a justifié sa décision en précisant que Vente-privee.com ne pouvait pas s'attribuer les termes génériques car ceux-ci doivent « rester disponibles pour tous les acteurs économiques de ce secteur ». Pour le TGI, l'entreprise n'avait aucune légitimité à monopoliser à son seul profit les termes « vente-privee », extrêmement proches de « vente privée », à titre de marque. En agissant ainsi, Veepee a privé ses concurrents de l'usage de ces mots et créé une distorsion dans les règles de libre concurrence.


Outre la nullité juridique de la marque semi-figurative « vente-privee », le tribunal de grande instance a condamné la société Veepee aux dépens ainsi qu'à la somme de 15 000 euros à payer à Showroomprive.com, ce qui reste anecdotique. Notons que les juges ont indiqué que la décision de ne pas pouvoir utiliser « vente privée » comme nom de marque sera inscrite au registre national des marques tenu par l'Institut national de la propriété industrielle, l'INPI.
Modifié le 23/10/2019 à 08h58
15 réponses
10 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
The Mandalorian : que vaut le premier épisode de la série TV Star Wars ?
Selon Bloomberg, un MacBook 16

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top