Fichier des "honnêtes gens" : le Conseil constitutionnel censure

le 23 mars 2012 à 08:54
 0
Saisi en mars dernier, le Conseil constitutionnel devait donner sa position au sujet du projet de création d'une carte d'identité biométrique et d'une base de données contenant ces informations. Les neuf sages ont censuré le recours à un tel fichier et condamné ainsi la possibilité pour les autorités d'y accéder lors d'enquêtes sur le terrorisme.

00FA000002212642-photo-conseil-constitutionnel.jpg
Le Conseil constitutionnel vient de rendre une décision sévère contre la proposition de mettre en place une carte d'identité nationale numérique. L'institution a censuré 3 aspects majeurs du dispositif adopté récemment par les deux assemblées. En effet, les sages ont refusé la création d'un fichier contenant les données biométriques des français (article 5). Ils ont également condamné le recours au lien fort, lorsque les services de police souhaitent consulter cette base de données (article 10). Enfin, la puce électronique facultative contenue sur la prochaine carte et pouvant servir à des opérations d'E-commerce (article 3) a également été retoquée.

La carte d'identité numérique pourrait être prochainement mise en place en France. Toutefois, son dispositif vient d'être largement amputé de plusieurs mesures. Dans leur décision, les neuf sages estiment que la constitution d'une base de données contenant « l'état civil et le domicile du titulaire, sa taille, la couleur de ses yeux, deux empreintes digitales et sa photographie » créait « au droit au respect de la vie privée une atteinte qui ne peut être regardée comme proportionnée au but poursuivi ».

Cela signifie qu'un tel fichier ne doit pas être constitué car il pourrait limiter la vie privée des Français. Le Conseil constitutionnel pointe clairement les risques de dérives de ce type de fichiers puisqu'il souligne que ces « données biométriques, notamment les empreintes digitales, sont particulièrement sensibles ». Ce fichier pourrait ainsi être interrogé « à d'autres fins que la vérification de l'identité d'une personne » s'inquiètent les sages.

Second volet censuré, le Conseil refuse sur les mêmes motifs le droit accordé aux « agents des services de police et de gendarmerie nationales d'avoir accès à ce traitement de données à caractère personnel, pour les besoins de la prévention et de la répression de diverses infractions, notamment celles liées au terrorisme ». Ce recours au lien fort permettait ainsi aux autorités de consulter ce fichier d'informations dans le cadre d'enquêtes.

Enfin, la carte d'identité numérique devait contenir deux types de puces. L'une obligatoire contenant les informations civiles, l'autre facultative et permettant de réaliser des signatures électroniques sur Internet pour des échanges commerciaux et administratifs. Là encore, la mise en place de cette seconde puce non-obligatoire n'a pas été acceptée par le Conseil constitutionnel. Dans sa décision n° 2012-652 DC rendue le 22 mars, l'institution estime que la loi ne précise pas suffisamment quelles données seront contenues dans cette puce.

Il ajoute que l'article 3 du texte ne donne : « ni la nature des données au moyen desquelles ces fonctions pouvaient être mises en œuvre ni les garanties assurant l'intégrité et la confidentialité de ces données. La loi ne définissait pas davantage les conditions d'authentification des personnes mettant en œuvre ces fonctions, notamment pour les mineurs ».

Plusieurs pans majeurs du projet de carte d'identité ont donc été censurés. Toutefois, le dispositif (sans ces mesures jugées anticonstitutionnelles) pourra être mis en place suite à de nouveaux débats et votes dans les différentes assemblées. Pour ce faire, les députés et sénateurs devront donc revoir leur copie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Cette édition 2019 de la Game Developers Conference aura suscité un intérêt tout particulier chez les joueurs grâce à la présentation de Stadia par Google. Mais aussi, et comme chaque année, l'événement à destination des professionnels de l'industrie du jeu vidéo a récompensé les meilleurs titres de ces derniers mois.
21/03 | Jeux vidéo
Un prototype du vaisseau spatial Starship va faire l’objet d’un premier essai sur le site de Boca Chica, au Texas. Une étape à la fois symbolique et importante dans la course à la conquête spatiale menée par SpaceX.
21/03 | Espace
Le constructeur va lancer en Inde son propre de système de paiement mobile. Contrairement à ses concurrents, Xiaomi n’utilise pas de puce NFC pour régler un commerçant mais met en avant le paiement par QR Code.
Incriminé pour son manque de réactivité, voire son inertie face au live diffusé par un terroriste lors de la fusillade de Christchurch, le réseau social Facebook promet de perfectionner son IA pour détecter les vidéos à caractère terroriste.
21/03 | Facebook
En pleine conférence à la Game Developers Conference, Tim Sweeney, patron d’Epic Games, a fait pleuvoir les annonces concernant le futur de sa boutique lancée en fin d’année dernière.
Alors que les écrans percés se généralisent peu à peu après la déferlante de « notchs » observée en 2018, Samsung confirme une fois encore sa volonté d’en finir avec ce genre de solutions.
21/03 | Samsung
L’horloger suisse présente une montre connectée qui enregistre les performances des golfeurs et leur donne des informations adaptées pour améliorer leur jeu, dont une cartographie 3D du parcours.
Dans le domaine spatial, les retards sur le calendrier initial d’un programme sont légion, ce qui reste assez compréhensible compte tenu de la complexité d’un lancement, de la conception d’un lanceur ou d’un moteur de fusée.
21/03 | Espace
La plateforme, lancée le 18 mars, répond aux questions posées par les Européens dans le cadre des élections qui vont avoir lieu au mois de mai. Mais sa mission ne s’arrête pas là.
21/03
Malgré sa présentation retentissante durant la Game Developers Conference cette semaine, Stadia, le service de cloud gaming signé Google, suscite encore beaucoup d'interrogations chez les joueurs.
Nvidia lance son nano-ordinateur équipé d’un processeur ARM et d’un GPU Maxwell, un kit de développement proposé pour seulement 99$ (87 €). Il ambitionne de conquérir, à l’instar du Raspberry Pi, un marché de > intéressé par le deep learning et les réseaux de neurones artificiels.
21/03 | Mini-PC
Les opérateurs mobiles ont une "fâcheuse" tendance à prolonger les offres sur les forfaits mobiles et on ne va pas s'en plaindre ! Bouygues ne déroge pas à la règle et annonce le prolongement de son offre B&YOU 40 Go à 9,99€ par mois. Et parce qu'on ne s'en lasse pas, faisons une nouvelle fois le tour de cette offre !
21/03 | Bon plan
Une pétition en ligne visant à abroger l’article 50 été victime de son succès en obligeant le site hébergeur à fermer momentanément
La filiale sportive de Mercedes accélère sa transition vers l’électrique : l’ensemble de sa gamme aura le droit à des versions hybrides rechargeables au cours des prochaines années.
Si la version française de la plus grande encyclopédie du monde se pose des questions, d’autres versions européennes ont décidé de baisser pavillon, face à la réforme du droit d’auteur.
scroll top