Pour rembourser un acheteur, Paypal demande la destruction d'un violon à 2500 dollars

05 janvier 2012 à 18h54
0
012C000004857682-photo-violon-d-truit.jpg
Une histoire à la fois triste et choquante arrivée à une internaute ayant utilisé le service Paypal pour vendre un objet de valeur met le doigt sur une clause très discutable du service de transaction en ligne. Pour valider le remboursement de la transaction, Paypal a en effet demandé à l'acheteur de détruire l'objet du litige plutôt que de le renvoyer à la vendeuse... or il s'agissait d'un violon ancien, d'une valeur de 2 500 dollars.

C'est non sans amertume que la vendeuse, prénommée Erica, a raconté son histoire au site Regretsy : après avoir conclu la vente d'un violon français datant d'avant la seconde guerre mondiale, cette dernière a effectué la transaction financière d'une valeur de 2 500 dollars via Paypal et envoyé l'instrument de musique à l'acheteur, basé au Canada. A la réception du violon, ce dernier a contesté l'authenticité de l'instrument, en particulier son étiquette : « Ce n'est pas rare. Sur le marché du violon, les étiquettes signifient souvent peu et sont souvent discutées. Certains des violons les plus chers au monde ont une étiquette contestée, mais ça n'en est pas moins des œuvres d'art » a expliqué Erica, qui précise que violon avait été authentifié par un expert.

C'est là que l'affaire se complique : l'acheteur ayant contesté la transaction auprès de Paypal en arguant qu'il ne s'agissait pas d'un violon d'époque, le service, pour valider le remboursement, a demandé à l'acheteur de détruire le violon plutôt que de le renvoyer à la vendeuse... Et de transmettre une photo comme preuve. « L'acheteur était fier de lui, alors il m'a envoyé un cliché du violon détruit », ajoute Erica.

Si cette affaire s'avère très triste pour la vendeuse - et pour le violon lui-même - elle soulève un point intéressant concernant le règlement de Paypal, qui intègre effectivement une clause autorisant la destruction de biens pour valider un remboursement (13.5.d) :

04857680-photo-paypal-destruction-litige.jpg

En somme, PayPal se donne le droit de demander la destruction d'un produit s'il juge que ce dernier n'a pas à être renvoyé à son vendeur - dans le cas d'une contrefaçon, par exemple. Le problème, c'est que visiblement, seule la parole de l'acheteur compte, du moins dans cette fâcheuse affaire.

Face à la polémique, PayPal a envoyé une déclaration officielle au site Business Insider, dans laquelle le service déclare : « Bien que nous ne puissions pas parler de ce cas particulier en raison de la politique de confidentialité de PayPal, nous étudions soigneusement chaque cas, et en général, nous pouvons demander à un acheteur de détruire les marchandises contrefaites s'il fournit une preuve signée par un tiers qualifié que la marchandise est en effet une contrefaçon. La raison pour laquelle nous nous réservons la possibilité de demander à l'acheteur de détruire les marchandises, c'est que dans de nombreux pays, y compris les Etats-Unis, renvoyer des produits contrefaits à un vendeur constitue une infraction pénale».

A défaut de ramener ce pauvre violon à la vie, gageons que cette affaire va grandement motiver les vendeurs habitués à PayPal à se pencher sur les petites lignes des conditions d'utilisation du service.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
The Mandalorian : que vaut le premier épisode de la série TV Star Wars ?
Selon Bloomberg, un MacBook 16
Alain Damasio, Ken Loach... 111 assos et intellectuels se lèvent contre Amazon
Le MacBook Pro 16

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top