Après le projet DART de la NASA, l'ESA prépare Hera, sa mission de déviation d'astéroïdes

16 septembre 2020 à 14h10
0
mission Hera
© ESA

L’Agence Spatiale Européenne (ESA) vient de signer un contrat avec le constructeur allemand OHB pour la construction de la sonde Hera, qui quittera la Terre pour se rendre vers un astéroïde binaire en 2024. Le but de la mission est de préparer l’humanité à la possible déviation d’un astéroïde géocroiseur. 

D’un montant de 129 millions d’euros, ce contrat est une réussite pour l’ESA, dont un projet similaire baptisé Asteroid Impact Mission avait été abandonné en 2016 par manque de fonds. La mission sera réalisée conjointement avec 17 États membres de l’Union européenne. 

La suite de la mission DART

OHB, troisième constructeur de satellites européens derrière Airbus et Thales Alenia Space, sera donc chargé de réaliser la sonde qui se rendra vers Didymos, un astéroïde de 780 mètres de long orbité par un plus petit astre appelé Dymorphos, dont la taille est similaire à celle de la pyramide de Khéops. Lancée par une fusée Ariane 6 en 2024, Hera devrait arriver à destination en 2026 pour mener à bien « cette première mission de défense planétaire ». 

En effet, Hera fera suite au Double Asteroid Redirection Test (DART) de la NASA. Ces deux missions visent à tester les capacités humaines à dévier un astéroïde. En 2021, DART décollera à bord d’un lanceur Falcon 9 de SpaceX, et arrivera vers Didymos en septembre 2022. Il viendra alors s’écraser sur le plus petit astéroïde du système, Dymorphos, à 6,25 km/s. Si tout se passe comme prévu, la collision déviera l’orbite de l’astre. 

Hera servira à étudier la zone d’impact

DART sera accompagné d’un CubeSat qui récoltera les premières données après l’impact, mais c’est surtout ici que la mission d’Hera entre en jeu. La sonde sera dotée d’outils de pointe comme un lidar et un instrument infrarouge thermique, ainsi que de deux CubeSats capables de s’approcher au plus près du site. Ces derniers vont être mis au point par l’entreprise danoise GomSpace et la firme américaine Tyvak Internationals. 

Tous ces appareils pourront étudier la zone en profondeur et les données permettront aux scientifiques d’analyser en détail les effets de la collision sur l’astéroïde. Il s’agira de la première fois que l’être humain tente de dévier la trajectoire d’un objet spatial. 

Sources : Les Échos, SpaceNews

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers actualités

Cyberharcèlement d'Eddy de Pretto : 3000 messages et seulement 17 prévenus à la barre
Voir plus (ou voir moins) une publication : Facebook va vous aider à personnaliser votre fil
Google Pixel 7 Pro : on connaît même ses performances (et ce n'est pas mal du tout)
Un système d'exploitation pour la Nintendo NES ? Mais quelle est cette magie noire ?!
Amazon Prime Day : les super promos Amazon sont de retour !
Le smartphone Google Pixel 6a est en nette baisse sur Amazon
Entre le rachat de Twitter et son X App : quels sont vraiment les projets d'Elon Musk ?
Benchmark : 3DMark ajoute un nouveau test pour le XeSS d'Intel
Intel Arc A750 et A770 : faut-il les acheter ? Que disent les premiers tests ?
Conférence Google Pixel : smartphone, montre intelligente, à quoi s'attendre (et comment la regarder) ?
Haut de page