🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Test Sonos Ray : une barre de son efficace doublée d'une enceinte connectée performante

Alban Amouroux
Spécialiste Audio Vidéo
01 juin 2022 à 18h18
0
Test Sonos Ray
© Sonos

Sonos descend en gamme dans le monde du home cinema avec Ray, sa nouvelle mini barre de son. L'objectif affiché ici est de faciliter l’accès à l’écosystème Sonos sans rentrer dans des considérations tarifaire et pratique complexes. La Sonos Ray propose juste le nécessaire pour améliorer grandement le son d’un téléviseur de taille petite à moyenne. Voyons à qui s’adresse vraiment cette nouvelle proposition signée Sonos.

Sonos Ray
  • Très facile d’utilisation
  • Grande ambiance frontale
  • Précision des dialogues
  • Registre grave performant
  • Enceinte sans fil pertinente
  • Désynchronisation du volume optique/app mobile
  • Virtualisation non appliquée à la musique

La Sonos Ray est la cinquième barre de son du fabricant américain. C’est la plus petite, la moins chère, et par conséquent la moins bien équipée du catalogue. Tout cela est évidemment volontaire : la grande barre de son Sonos Arc est certes performante mais son budget la réserve à une cible premium, tandis que la Sonos Beam, plus accessible, plus facilement logeable et très bien équipée, peut encore rebuter certains utilisateurs potentiels qui n’ont pas besoin de toutes ses fonctionnalités.

Pour ceux et celles qui cherchent simplement à améliorer le son de leur TV sans trop dépenser ni avoir besoin d’ajouter des enceintes dans la pièce, la Sonos Ray paraît tout indiquée. Surtout, il ne faut pas la voir comme une simple barre de son. C’est aussi un enceinte connectée donnant accès à la musique en réseau et à tous les services de streaming audio, or ce deux-en-un n’est pas si courant dans la gamme de prix visée par la Ray. Les concurrentes ne sont tout simplement pas connectées, ou se contentent d’AirPlay ou de Chromecast, des solutions bien moins pratiques ou complètes que ce que propose l’application Sonos.

Test Sonos Ray famille de barres de son
©Sonos

Fiche technique Sonos Ray

Performances

Kit d'enceinte
5.1
Système de compression numérique
Dolby Digital, DTS-HD
Format(s) audio supportés
Dolby Digital, DTS Digital Surround

Caractéristiques techniques

High-Res audio
Non
Entrée audio
Audio numérique S/PDIF Optique
Supports de stockage supportés
Carte Micro SD
Nombre de haut-parleurs
4
Nombre de voies
2

Connectivité

Wi-Fi
Oui
Version Wi-Fi
Wi-Fi 4 (IEEE 802.11n)
Multiroom
Oui
Ethernet
Oui
Bluetooth
Non
NFC
Non
AirPlay
AirPlay 2

Caractéristiques physiques

Hauteur
71mm
Largeur
559mm
Profondeur
95mm
Poids
1 950g

Design : Sonos explore une nouvelle voie esthétique

Le seul point commun de la Sonos Ray avec les autres barres de son de la marque est la grille parsemée de minuscules ouvertures. Le design de la Ray est par ailleurs totalement différent de tout ce qui a porté le logo Sonos jusqu’ici. La face avant se termine par des extrémités arrondies, et le coffret a une forme fuyante vers l’arrière. Le tout permet de réduire visuellement encore plus le volume, déjà compact, de la Ray.

Test Sonos Ray face avant
©Alban Amouroux pour Clubic

La barre de son Ray est disponible en blanc ou noir, comme tous les produits Sonos. La finition douce du boîtier est agréable au toucher, même si elle marque les traces de doigts, tout en donnant une bonne impression de robustesse grâce à des ajustements impeccables. Sur le dessus, trois touches sensitives permettent de lancer la lecture, mettre en pause, gérer le volume et changer de plage. La Ray est dépourvue de micro bien qu’elle puisse être pilotée à la voix depuis une autre enceintes Sonos avec micros.

Test Sonos Ray dessus
©Alban Amouroux pour Clubic

Invisible lorsque éteinte, une LED prend place en façade derrière la grille, juste au-dessus du logo, pour confirmer différents états de fonctionnement de la barre. Elle est indispensable pour suivre le bon déroulement de l’installation au gré de changements de couleur, du vert initial au blanc. Le capteur infrarouge pour la télécommande du téléviseur à la base de la façade est également peu visible.

Test Sonos Ray infrarouge
©Alban Amouroux pour Clubic

Équipement : 4 haut-parleurs, 2 diffuseurs acoustiques

Avec seulement 55,9 cm de côté, il était évidemment difficile de faire rentrer un grand nombre de haut-parleurs dans cette barre de son. La Sonos Ray fonctionne en stéréo. L’équipement se compose de deux médiums placés au centre, flanqués des deux tweeters. Ceux-ci sont orientés vers l’extérieur et placés derrière une sorte de lentille acoustique qui élargie la dispersion sonore. Chaque haut-parleur bénéficie de son propre canal d’amplification en classe D.

Test Sonos Ray inside
©Sonos

Il n’y a donc aucun haut-parleur destiné spécifiquement au surround ou aux réflexions sur le plafond. Le son sera virtualisé à travers les quatre haut-parleurs présents. La Ray supporte en outre le Dolby Digital et le DTS HD afin de pouvoir reproduire n’importe quelle bande son. Si vous lui donnez du Dolby Atmos, les effets verticaux seront tout simplement ignorés.

Test Sonos Ray dessous
©Alban Amouroux pour Clubic

En ne plaçant aucun haut-parleur sur le dessus ou sur les côtés, Sonos a voulu simplifier l’installation de la Ray. La diffusion étant uniquement frontale, cette barre de son peut être placée dans une étagère, ce qui ne gênera en rien la restitution. Les évents bass-reflex pour le grave débouchent également en façade, aux extrémités de la barre. À noter qu'il existe en option un support mural spécifique. 

Test Sonos Ray dans meuble
©Sonos

Connectivité : numérique optique ou rien

Toujours dans un objectif de simplification pour toucher le très grand public, la Sonos Ray fait l’impasse sur la connectivité HDMI. Un non-sens en 2022 ? La sortie audio HDMI ARC ou eARC est de fait disponible sur tous les téléviseurs, offrant une connexion audio haute résolution mais aussi un contrôle synchronisé.

Pourtant, elle peut rebuter ceux et celles qui ne connaissent absolument rien à la technique. Elle peut même être source de problème si le bon paramètre n’a pas été activé dans les menus.

Test Sonos Ray connexions
©Alban Amouroux pour Clubic

Aussi, pour s’adresser au plus grand nombre, Sonos a choisi d’équiper la Ray d’une entrée audio numérique optique uniquement. Tous les téléviseurs possèdent ce type de sortie, même les plus anciens qui n’avaient pas de HDMI ARC. L’universalité est donc assurée. Elle empêche en revanche la lecture en Dolby Atmos, ce qui n’est finalement pas un problème puisque la Ray n’est de toute façon pas compatible. Au final, si le choix peut sembler anachronique, il n'implique concrètement aucune contrainte particulière. Et pour aller au bout des choses, Sonos fourni un cordon optique de 1,5 mètre dans le carton de la Ray.

Test Sonos Ray cordon optique
©Alban Amouroux pour Clubic

Ergonomie : télécommande infrarouge et application Sonos

L’absence de connexion HDMI empêche le contrôle automatique de la barre Ray depuis la télécommande du téléviseur. Pour une utilisation efficace au quotidien, il est donc nécessaire d’associer la télécommande de sa TV à la Sonos Ray. C’est l’une des étapes initiales de l’installation, qui peut aussi être réalisée par la suite. Il suffit d’appuyer sur la touche Volume+ de sa télécommande pour que la barre reconnaisse la marque et le modèle.

Avec notre téléviseur Sony, cela a fonctionné du premier coup. La Sonos Ray est également compatible avec certaines télécommandes Bluetooth ou Radio Fréquences, comme celles des téléviseurs LG ou de l’Apple TV.

Test Sonos Ray app remote

Cependant, il n’y a pas de synchronisation entre le niveau de volume affiché sur le téléviseur et celui de la Ray. Cela peut être problématique si vous passez souvent du contrôle du volume par l’application à celui par la télécommande de la TV. Le volume affiché sur la TV ne correspondra en effet jamais à la réalité et sera toujours décalé. Pour pallier ce souci, nous vous conseillons donc d’utiliser uniquement la télécommande ou seulement l’application, et de ne pas y déroger. 

Test Sonos Ray install

Comme tous les autres modèles de la marque, la Ray s’utilise avec l’application Sonos. La procédure d’installation très simple sur smartphone s’effectue en quelques dizaines de secondes à l’aide d’illustrations. Ensuite, vous avez accès à tous les services de streaming, aux webradios et à la lecture de votre bibliothèque locale stockée dans un PC ou un NAS. L’app permet de piloter plusieurs zones, de les grouper et de les dégrouper facilement. La Ray peut d’ailleurs être associée à une paire d’enceintes surround comme les Sonos One et au caisson de basse Sonos Sub pour faire du multicanal réel en 4.1.

Test Sonos Ray réglages

Du côté des réglages audio, la Ray ne déroge pas à la règle : le loudness est actif par défaut lors de la première utilisation. Vous pouvez le conserver car il apporte un regain de chaleur sans donner l’impression que la barre force exagérément les basses fréquences. Vous pouvez par ailleurs régler le niveau de grave et d’aigu. La Sonos Ray comprend deux réglages spécifiques à une utilisation avec un téléviseur : l’accentuation des dialogues et le mode nuit. Enfin, il ne faudra pas oublier de suivre la procédure de calibrage audio Trueplay dont bénéficie la barre de son, et qui améliore le rendu en accord avec les caractéristiques de la pièce d’écoute.

Test Sonos Ray app lecture

Analyse : une belle ambiance frontale

Comme d’habitude avec les produits Sonos concernés, le calibrage s’impose avant toute écoute. Celui-ci s’effectue en deux temps : en position principale assise, puis en se déplaçant dans la pièce, le micro utilisé étant celui de votre smartphone. Le Trueplay a dégraissé le grave et redonné un peu de vigueur au haut-médium/aigu pour plus de précision. En écoute musicale depuis les services de streaming, nous avons profité d’une bande passante étendue avec du coffre et de l’impact. Le grave est limité dans le bas, mais les fréquences que la barre sait reproduire tombent bien sur la batterie et toutes les autres sonorités électro qui passent sans encombre.

Quand on augmente le volume, le contrôle des haut-parleurs s'active et l’équilibre est modifié afin que le grave reste présent sans risquer d’endommager les haut-parleurs. Les voix restent très proches de la barre, sans aucun effet d’ouverture ajouté. La musique avec la Sonos Ray se rapproche de ce que l’on peut obtenir avec une enceinte sans fil telle que la Sonos Five, avec un peu moins de force si jamais on les comparait. La Ray correspondrait plutôt à l’ancienne Sonos Play:3 qui n’a pas été remplacée dans la gamme pour l’instant.

Test Sonos Ray logo
©Alban Amouroux pour Clubic

Lorsque l’on passe en vidéo, la Sonos Ray applique une virtualisation sur tout ce qui vient de l’entrée optique, que la source soit stéréo ou multicanale d’origine. De cette façon, le résultat est assez cohérent, quoi que l’on regarde. Il n’y a pas de différence marquée et heureusement, car aucun mode sonore spécifique ne permet d’accentuer ou non cette virtualisation. Bien réalisée, elle remonte légèrement les dialogues pour les faire correspondre à ce qui se passe à l’écran.

Si vous possèdez un téléviseur de taille moyenne, jusqu’à 50-55", ça fonctionne sans mal. Avec des écrans de taille supérieure, les dialogues resteront trop bas et trop collés à la barre comme nous avons pu l’expérimenter avec un écran de 85". Mais ce n’est pas le but de la Ray de compléter de si grands téléviseurs. Dans une pièce de 15-20 m2, elle n’a aucun mal à déployer l'ambiance en largeur et en hauteur pour accompagner l’action. Il n’y a pas d’effets forcés désagréables tels que de la réverbération. 

Test Sonos Ray coté
©Alban Amouroux pour Clubic

Passons maintenant sur des films à grand spectacle. La Sonos Ray délivre une certaine forme de pression et de présence qui dépasse largement les capacités sonores de n’importe quel téléviseur. Sans avoir besoin d'activer l’amélioration des dialogues, ceux-ci restent clairs et compréhensibles, même lorsque le reste de la bande son est truffé d’effets et d’explosions.

Cela dit, ne vous attendez pas à suivre les déplacements des voitures ou des avions, ni à entendre des objets isolés dans l’espace. La Ray crée une grande zone sonore tout autour d’elle, où les sons principaux restent assez flous mais plutôt fidèles, sans coloration exagérée. Malgré tout, la barre prend bien les flux audio multicanaux 5.1 et non uniquement la stéréo. Il arrive qu’à certains moments précis, on puisse entendre quelques sonorités initialement dédiées aux canaux surround projetés loin de la barre sur les côtés.

Test Sonos Ray logo Ray
©Alban Amouroux pour Clubic

Évidemment, le résultat n’est pas aussi aéré et réaliste que la Sonos Beam que nous avons remis en place au moment de ce test par curiosité comparative. La Beam ouvre l’espace sur les côtés, vers le centre de la pièce et en hauteur, en tentant de nous englober dans une bulle sonore. La Ray crée quant à elle une ambiance en face des spectateurs, sans les intégrer dans le son. Ces deux barres ne délivrent pas le même résultat mais ne s’adressent pas non plus aux mêmes utilisateurs.

Terminons sur l’absence de connexion HDMI ARC sur la Ray (contrairement à la Beam). Mis à part le problème de désynchronisation du volume entre l’application et l’affichage sur la TV, c’est la limite de la liaison optique, une connexion HDMI sur une barre simplifiée de ce type n’apporterait absolument rien au niveau de la restitution sonore. 

Test Sonos Ray face arrière
©Alban Amouroux pour Clubic

Prix et concurrence

La Sonos Ray est proposée à 299 €. Le choix est large en termes de barres de son à ce tarif. Nous avons testé récemment la JBL Bar 2.1 Deep Bass qui a l’avantage d’inclure un caisson de basse séparé pour le même prix. Il est un peu trop démonstratif, mais cela peut plaire. En revanche, cette barre JBL ne possède pas de connectivité audio réseau.

La TCL TS9030 Ray-Danz comprend également un caisson séparé, mais elle ajoute surtout le Dolby Atmos. L’immersion est bien mieux gérée qu'avec la Sonos Ray, même si elle est limitée en hauteur par rapport à des barres Atmos plus chères. 

Plus proche encore de la Sonos Ray, la Samsung HW-S61T est également un modèle simple sans caisson. Elle mise déjà sur son esthétique avec une jolie finition tissus. Elle est plus performante que la Ray en termes d’ouverture sonore, avec un son qui ne reste jamais collé à la barre grâce à ses transducteurs qui diffusent vers le haut. En revanche cette caractéristique empêche de l’intégrer dans un meuble, comme on peut le faire avec la Sonos Ray. En outre, la barre de son de Samsung n’a accès qu’à Spotify Connect pour la musique en réseau.

Test Sonos Ray lifestyle
©Sonos

Sonos Ray : l'avis de Clubic

8

La Sonos Ray est une barre de son de compromis. Sa diffusion uniquement frontale permet de l'installer n'importe où, même dans une meuble. En contrepartie, elle fait l’impasse sur l’immersion sonore et la virtualisation Atmos. Cependant, elle offre une ouverture sonore suffisante, renvoie des dialogues clairs et précis et un grave très correct dans les pièces de taille moyenne.

La Ray est aussi une enceinte connectée assurant l’accès à toute la musique en réseau via l’application Sonos, ultra complète, avec des qualités sonores identiques à celles d’une enceinte de prix équivalent. Il faut donc la voir comme un produit à double emploi qui sera avantageusement utilisé en tant que tel : tantôt pour accompagner la TV, tantôt pour écouter la musique.

Les plus

  • Très facile d’utilisation
  • Grande ambiance frontale
  • Précision des dialogues
  • Registre grave performant
  • Enceinte sans fil pertinente

Les moins

  • Désynchronisation du volume optique/app mobile
  • Virtualisation non appliquée à la musique

Films 8

Musique 8

Gaming 7

Connectivité 7

Ergonomie 8

Finition 9

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Lectures liées

Xiaomi TV A2 : une gamme de téléviseurs sous Android TV au très bon rapport qualité-prix
Samsung Galaxy Buds Pro 2 : on en apprend un peu plus grâce à leur passage devant la FCC
Huawei FreeBuds Pro 2 : les prochains écouteurs de Huawei réglés par Devialet ?
Vers des téléviseurs OLED moins chers ? Un nouveau concurrent dans la production de dalles TV OLED
Philips dévoile Screeneo U4, un projecteur ultra-courte focale et ultra-compact
Sennheiser MOMENTUM 4 : un design très inspiré par le Sony WH-1000XM5
L'app Xbox arrive sur les TV Samsung, découvrez la liste des modèles compatibles
Samsung Galaxy Buds Pro 2 : ils entrent en production et on découvre les coloris définitifs
Loewe revient sur le marché français et frappe fort avec pas moins de 11 nouveaux produits
- 40% : c'est la remise incroyable sur ce vidéoprojecteur chez Amazon !
Haut de page