Windows 7 : le test

22 octobre 2009 à 00h00
0

Quid de la sécurité ?

Difficile de dresser un bilan de la sécurité d'un système d'exploitation alors même qu'il n'est pas encore massivement déployé. Naturellement le sujet est sensible et il a déjà fait couler beaucoup d'encre. Windows 7 reprend nombre des avancées introduites avec Windows Vista et déjà esquissées avec le Service Pack 2 de Windows XP. On retrouve le DEP qui arrête un programme dès que celui-ci effectue une opération non conforme en mémoire mais aussi le pare-feu logiciel intégré au système. Celui-ci s'enrichit du WFP ou Windows Filtering Platform qui permet à des applications tierces de tirer parti du pare-feu en activant ou désactivant certaines fonctions alors qu'il est possible de choisir quel logiciel pare-feu protégera le système. Ainsi lors de l'installation d'un logiciel utilisant un port spécifique pour communiquer avec l'extérieur, le programme d'installation vous demandera si vous autorisez ou non l'ouverture du port dans le pare-feu Windows.

Et Microsoft d'introduire un changement notable au niveau de l'application des profils de protection de son pare-feu. Avec Windows Vista, le même profil de pare-feu est appliqué à toutes les interfaces réseau alors que Windows 7 autorise une granularité supérieure en permettant d'appliquer un profil différent par adaptateur ou carte réseau (pratique lorsque l'on connecte son ordinateur portable soit en Wi-Fi soit sur le réseau avec un câble RJ45).

000000EB02462898-photo-microsoft-windows-7-rtm-parefeu.jpg

Pare-feu Windows et différents profils de protection par interface réseau

La fameuse fonctionnalité UAC de protection des comptes utilisateurs reste d'actualité mais Microsoft a revu son mode de fonctionnement. Non seulement le nombre de boîtes de dialogue de sécurité est moindre, mais il est dorénavant possible de rendre l'UAC encore moins intrusif. Pour ce faire, Microsoft permet de sélectionner le type d'alerte souhaité en fonction de l'événement via une barre de défilement à quatre positions. Il reste bien sûr possible de désactiver complètement l'UAC bien que cela ne soit pas conseillé pour l'utilisateur lambda : en prime, la désactivation de l'UAC n'oblige plus à redémarrer l'ordinateur comme c'était le cas sous Windows Vista. D'après les statistiques de Microsoft, collectées en télémétrie, près de 85% des installations de Windows Vista (toutes versions confondues, Gold, SP1, SP2) bénéficient au quotidien de l'UAC.

000000DC02463086-photo-microsoft-windows-7-rtm-uac.jpg

Réglage de l'UAC sous Windows 7 : un peu plus de flexibilité

Si Windows 7 intègre toujours le logiciel Windows Defender, permettant de protéger le système contre les logiciels espions et autres menaces de ce type, le centre de sécurité apparu avec le Service Pack 2 de Windows XP disparaît. À la place, Microsoft propose le centre de maintenance qui regroupe les options et alertes ayant trait à la sécurité, mais aussi les fonctions de sauvegarde et de maintenance du système. C'est notamment lui qui aura en charge l'analyse des rapports de plantage et proposera éventuellement des solutions pour les résoudre.

000000F502053416-photo-windows-7-rc-fr-19.jpg
000000F502462870-photo-microsoft-windows-7-rtm-maintenance-1.jpg

Windows Defender et le centre de maintenance de Windows 7

On retrouve également dans Windows 7 des modifications apportées au mode Autoplay, dit d'exécution automatique, afin de limiter l'utilisation de cette fonctionnalité pour propager des virus. Les travailleurs en entreprise bénéficient pour leur part de la fonctionnalité DirectAccess leur permettant de se connecter depuis un ordinateur portable à l'ordinateur de leur bureau via une connexion sécurisée sans passer par la configuration manuelle d'un VPN. L'idée est, comme l'indique Cyril Voisin, chef de sécurité pour Microsoft France, de permettre une utilisation de l'ordinateur dans les mêmes conditions que dans les locaux de l'entreprise et ce où qu'il se situe dans le monde. Signalons la présence de la fonction BitLocker qui se propose de crypter les disques durs. Déjà inaugurée avec Windows Vista, celle-ci est désormais activable via un simple clic droit sur un disque alors que les périphériques portables de type clés USB, formatés en FAT, peuvent maintenant en bénéficier. Il s'agit de BitLocker To Go disponible uniquement dans les éditions Entreprise et Intégrale de Windows 7.Les clés USB ainsi protégées par BitLocker To Go restent accessibles, une fois le mot de passe saisi, sous Windows XP et Windows Vista.

000000DC02057654-photo-windows-7-rc-fr-85.jpg
000000DC02057652-photo-windows-7-rc-fr-84.jpg

Fonctionnalité BitLocker et BitLocker To Go

Terminons en signalant la prise en charge des lecteurs biométriques via une nouvelle API, mais ironiquement pas celui de Microsoft, le FingerPrint reader n'étant plus supporté sous Windows 7, et la prise en charge de l'insertion à chaud des cartes à puce, dans le cadre des solutions d'identification numérique.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Les camions électriques Volvo sont désormais en vente (et bientôt sur nos routes)
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau
Selon Bloomberg, un MacBook 16
Le MacBook Pro 16

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top