Elementary OS

Télécharger Elementary OS pour Linux

Note rédaction :
(3.5)
Avis utilisateurs :
(5.0)
Version : / Editeur : elementary, Inc / Téléchargements : 93 (7 derniers jours)
Version : / Editeur : elementary, Inc / Téléchargements : 93 (7 derniers jours)

Avis de la redaction

Vous voulez une distribution GNU/Linux très simple d'accès ? Alors jetez un œil à ElementaryOS. Cette distro basée sur Ubuntu met tout en œuvre pour simplifier son utilisation à l'extrême. C'est d'ailleurs son point faible : à vouloir être trop abordable, ElementaryOS en oublie de laisser un peu de liberté à ses usagers qui auront bien du mal à aller plus loin que ce qui est proposé de base. Cette distribution est donc à réserver aux grands débutants qui ne seront pas tentés d'installer trop de logiciels ou de bidouiller l'environnement de bureau en profondeur.
20 septembre 2021 à 14h05

Quelles nouveautés pour ElementaryOS 6 Odin ?


  • Arrivée du mode Sombre et nouvelles couleurs d'accentuation
  • Migration du Centre d'Applications vers Flatpak
  • Centre de contrôle pour les permissions des applications Flatpak
  • Nouveaux gestes tactiles
  • Notifications améliorées
  • Amélioration de l'application Tâches
  • Nouveau système graphique de mise à jour des pilotes

ElementaryOS 2


Pourquoi utiliser ElementaryOS ?


Nous le disions en préambule, la grande force d'ElementaryOS est sa simplicité d'accès. Avec son design très typé macOS, cette distribution embarque tous les logiciels nécessaires à la plupart des utilisateurs. Ici, pas besoin d'utiliser la ligne de commandes, tout est fait pour une simplicité maximale. Les débutants dans le monde GNU/Linux sont donc les utilisateurs privilégiés de cette distribution. On est sur un système encore plus simple à appréhender qu'Ubuntu ou que Manjaro !

ElementaryOS, c'est quoi ?


ElementaryOS est ce qu'on appelle une distribution GNU/Linux. Celle-ci s'appuie sur Ubuntu, qui est elle-même une distribution. ElementaryOS se différencie toutefois de son aînée avec l'emploi d'un unique environnement de bureau nommé Pantheon. Ce dernier est modifié afin de ressembler à ce qu'on trouve chez Apple. Les utilisateurs qui viennent du monde Mac ne seront donc pas dépaysés !

ElementaryOS est une distro un peu à part dans le monde GNU/Linux. Elle propose en effet tout un set d'applications pré-installées et développées spécifiquement pour son usage. De la boîte mail au lecteur de musique en passant par le calendrier, vous aurez de quoi utiliser votre PC de fond en comble dès le premier lancement.

ElementaryOS 3


Cette distribution a aussi l'avantage d'utiliser Flatpak, un système de paquets universels en plein boom ces dernières années. ElementaryOS intègre même un centre de contrôle qui permet de gérer les permissions que vous voulez accorder à vos logiciels. Tout ceci se rapproche de l'usage qu'on a des tablettes Android et iOS, mais avec un environnement conçu pour les PC de bureau !

Les avantages et inconvénients d'ElementaryOS


Lors de nos essais sur ElementaryOS, nous avons apprécié son approche très simple, idéale pour les débutants. Tout est possible - ou presque - sans jamais invoquer la ligne de commandes ou procéder à des manœuvres ardues.

Il faut néanmoins composer avec quelques petits couacs au quotidien. Ainsi, la première configuration des applis Mail et Calendrier n'est pas forcément évidente quand on débute. On pourra aussi reprocher à ElementaryOS de n'utiliser que des paquets Flatpak. Si un logiciel n'est pas présent sur le Centre d'Applications ou Flathub, il sera très difficile de se le procurer au format adéquat et donc de l'installer sur la distribution...
En somme, vous devrez rester dans les limites imposées par ElementaryOS, ce qui est parfois contraignant. Vous aurez probablement affaire à quelques bugs de la part des applications pré-installées. Même si ces derniers sont sporadiques, ils peuvent parfois nuire à l'expérience et risquent même de rebuter les néophytes qui seront désarmés face à ces petits soucis.

ElementaryOS 4





Test complet et avis


Le test du jour est basé sur la version 6 d'ElementaryOS, nommée Odin. Contrairement aux distributions plus connues du secteur, ce système utilise l'environnement de bureau Pantheon. Il est aussi axé sur les paquets universels Flatpak. Le programme semble donc très sympathique, avec en sus la promesse qu'il ne sera pas nécessaire de bidouiller la ligne de commandes pour obtenir un OS efficace dès le premier usage !

Note : pour ce test, nous nous sommes mis dans la peau d'un néophyte qui souhaiterait découvrir le monde de GNU/Linux. Notre objectif est de vérifier si les distros testées sont simples d'accès ou non. Il ne sera donc pas question de tâter la ligne de commandes ou autres joyeusetés, sauf si nécessaire !

Configuration de test


Si vous avez déjà lu nos essais d'Ubuntu et de Manjaro, vous savez que nous testons toutes les distributions avec le même matériel, ceci afin de vérifier les éléments bien gérés - ou non - par nos cobayes.

Pour rappel, voici les spécifications de notre Lenovo MiiX 700 de test :

  • Écran 12″ IPS 2160 x 1440 px
  • Processeur Intel Core M5-6Y54 à 1.1 GHz
  • IGP Intel HD 515
  • 4 Go RAM
  • 128 Go SSD
  • APN 5 MP et 5MP avec technologie 3D Intel RealSense
  • Port USB 2.0, USB 3.0, micro-HDMI, micro-SD, prise casque 3.5 mm
  • Wifi 802.11 a/b/g/n/ac, bluetooth 4.0
Une vieille machine qui date de fin 2016, toujours vaillante malgré son âge mais clairement plus de toute fraîcheur. C'est donc une plateforme idéale pour savoir si les pilotes sont bien pris en charge et surtout si les systèmes utilisés tournent correctement avec une configuration aussi modeste.

ElementaryOS 4


Installation


Dès les premières secondes, ElementaryOS ne fait rien comme les autres. En effet, cette distribution utilise une installation de type OEM. Vous devrez donc configurer les composants de base avec des réglages minimaux avant de relancer la machine pour finaliser les dernières étapes de la configuration.

Nous vous rassurons néanmoins : ce fonctionnement atypique n'a rien de compliqué, même pour les débutants. Vous devrez donc en passer par les étapes classiques de toute installation GNU/Linux. On commence par le choix de la langue et de la disposition du clavier. Puis on passe directement au formatage du disque dur, avec possibilité de chiffrement des partitions ou non.

Une fois la distribution installée, nous sommes invités à redémarrer le PC. Ce second lancement verra la finalisation de la configuration, avec la création du compte administrateur. On arrive ensuite sur le bureau Pantheon fraîchement installé. Il ne reste plus qu'à paramétrer le Wi-Fi. L'heure et le fuseau horaire sont réglés automatiquement par la suite.

ElementaryOS ne demande donc pas de compétence particulières pour s'installer. La procédure est très rapide, sans aucun couac à signaler !

Interface Pantheon


Vous aimez le look macOS ? Alors vous allez très certainement apprécier l'environnement de bureau Pantheon. Au passage, c'est le seul DE disponible sur ElementaryOS. Pas de Gnome, de KDE ou de Cinnamon en vue. L'équipe de développement se concentre sur un seul environnement afin de le poncer dans les moindres détails.

Lors du premier démarrage du système, vous serez invités à choisir un thème clair ou sombre, ainsi que la couleur dominante de l'interface. D'autres détails de personnalisation comme la taille des icônes du dock ou son comportement sont aussi à votre disposition. Sans aller aussi loin que Manjaro, ElementaryOS offre quelques touches de personnalisation sympathiques !

Investiguons maintenant ce fameux Pantheon. Au premier abord, on a la furieuse impression d'être face à un macOS. Le bas de l'écran est occupé par un dock où on peut ajouter nos applications favorites. ElementaryOS propose déjà de quoi faire avec un navigateur web, un calendrier, une appli mail, un lecteur de musique et un autre de vidéos. Il y a aussi un magasin d'applications. L'essentiel est là, hormis une suite bureautique.

Le haut de l'écran fait penser à Gnome Shell, légèrement modifié. On a ainsi un menu d'applications sur la gauche, un accès rapide au calendrier au centre et une zone de raccourcis tout à droite de l'écran. En fouillant les options, on trouve même un contrôle du temps d'écran, histoire de mettre quelques limites quand on prête le PC aux enfants.

Le système GNU/Linux met aussi en place quelques gestes tactiles pour les écrans adaptés. Faites un glissement avec trois doigts vers le haut pour activer la vue multi-tâches. Le même glissement vers la gauche ou la droite change le bureau virtuel actif. On y prend vite goût tant c'est simple et pratique !

Il est indéniable que Pantheon est une interface très simple d'accès. Elle reprend certains codes de macOS comme le bouton de fermeture des fenêtres à gauche, le dock... Il semble bien que la simplicité promise par les concepteurs soit au rendez-vous pour l'instant.

ElementaryOS 7


Magasin d'applications


On rentre maintenant dans ce qui est à la fois la force et la faiblesse d'ElementaryOS : son Centre d'Applications. Tout comme le Software Center sur Ubuntu, ce magasin est sensé vous donner accès à des centaines d'applications, gratuites ou payantes. Plusieurs écueils apparaissent cependant à l'usage...

Le premier est un bug - connu et en cours de résolution - qui empêche le magasin d'afficher tout son contenu au premier lancement. Vous devrez donc faire preuve de patience lors des premiers tours dans ce store.

Le second point qui pénalise ElementaryOS est la pauvreté de son Centre d'Applications. Si nous avons trouvé LibreOffice pour la bureautique, nous avons dû faire l'impasse sur le navigateur Vivaldi, l'appli de synchro cloud InSync et le serveur de musique Emby que nous utilisons couramment pour le boulot et les loisirs.

Cela ne serait pas très pénalisant si ElementaryOS ne fonctionnait pas exclusivement avec les paquets universels Flatpak. Ce format, aussi attractif soit-il, reste encore peu utilisé par les développeurs. Les débutants risquent ainsi de devoir faire l'impasse sur certaines de leurs applications favorites. Impossible pour nous de trouver le Flatpak pour Vivaldi. Pour InSync, même topo. Seul Emby propose de tels paquets, mais il faut passer par la ligne de commandes pour installer ce très chouette logiciel.

En somme, dès qu'on sort des clous, ElementaryOS peut se révéler incroyablement frustrant dans sa gestion des logiciels. L'idéal est donc de se contenter de ce qui est fourni par défaut ou dans le Centre d'Applications. Flathub peut aussi aider à trouver quelques logiciels. Pour le reste, il faut croiser les doigts en espérant que les développeurs sortent - et maintiennent - vos logiciels préférés au format Flatpak un de ces jours. Sinon, il va falloir jouer de la ligne de commandes avec compilation à la clé, ce qui est loin d'être le top quand on débute...

ElementaryOS 1


ElementaryOS en pratique


Durant plusieurs jours, nous avons eu l'occasion de tester ElementaryOS comme notre principal système d'exploitation. Une expérience qui s'est révélée sympathique malgré quelques couacs à droite et à gauche.

Après une installation rapide, la distribution GNU/Linux se prend en main très rapidement. Toutes les applications de base sont intégrées au dock. La plupart des formats multimédia sont pris en charge sans aucun problème, que ce soit pour l'audio ou la vidéo. Il n'y a que pour la bureautique qu'il faut télécharger LibreOffice depuis le Centre d'Applications. Après ça, vous aurez un système capable de faire l'essentiel, sans fioritures à foison comme sur Manjaro.

Nous avons donc pu lire nos vidéos de test, de même que nos albums en MP3 et FLAC du premier coup. Idem pour ce qui est de la création de documents au format Word et Excel. La navigation web se fait elle aussi en toute simplicité avec le navigateur intégré. Même notre imprimante réseau fût détectée sans aucun souci.
Pour ce qui est de la gestion des pilotes de notre hybride, c'est là aussi plutôt satisfaisant. L'écran tactile est bien reconnu, de même que le clavier amovible. Le gyroscope et la luminosité automatique sont au point, au même niveau que sur Ubuntu. Normal, ElementaryOS est basé sur cette distribution !

Les choses se gâtent toutefois quand on tente d'utiliser le MiiX en tant que tablette, sans clavier physique. Il n'y a pas de clavier virtuel dédié aux machines hybrides. Tout comme Manjaro, ElementaryOS est avant tout prévu pour un usage sur PC fixe.

Durant nos essais, nous avons aussi été confrontés à quelques bugs de la part des applications pré-installées. Par exemple, l'application Mail se ferme sans raison après avoir été ouverte et avoir actualisé les mails depuis le serveur. Le même problème se produit avec l'application Musique quand on a une carte micro-SD branchée sur le MiiX 700. Rien ne dit que vous rencontrerez les mêmes soucis, qui ne sont de toute façon que sporadiques.

Notons au passage que la configuration des logiciels Mail et Calendrier demande de manipuler les protocoles IMAP et CalDAV. Par défaut, Google bloque les connexions externes de ce type, ce qui oblige à faire des manipulations pour autoriser l'accès à ElementaryOS. Les débutants risquent de grincer des dents et passeront probablement sur des logiciels plus évolués et plus simples d'accès.

On sent bien qu'ElementaryOS a quelques progrès à faire. L'idée de proposer un système « prêt à l'emploi » a du bon, mais la façon dont c'est opéré sur cette distribution n'est pas encore optimale...

Pour qui recommande-t-on ElementaryOS ?


Voici une question à laquelle nous avons eu du mal à répondre. ElementaryOS a clairement une bonne base. Le système en lui-même est stable, propose de bonnes idées et vise clairement le grand public avec une approche très simple.

Mais il y a pas mal de petits couacs qui viennent entacher l'expérience. Entre les bugs sur les applications pré-installées et la quasi-impossibilité d'installer autre chose que des paquets Flatpak, on aura du mal à recommander ce système aux débutants. Ou alors, il ne faut vraiment pas sortir des clous de cette distribution, se contenter de ce qui nous est donné sans chercher à aller plus loin.

ElementaryOS 6


Conclusion


ElementaryOS est une distribution qui vaut le coup d'œil. Avec son look façon macOS, ses logiciels pré-installés simples d'accès et son utilisation des paquets Flatpak, elle vise avant tout les débutants qui pourraient se sentir impressionnés par les distros plus classiques comme Ubuntu ou Manjaro.

Malheureusement, à vouloir faire trop simple, ElementaryOS en devient parfois lourd. Difficile de sortir des clous à cause de l'usage exclusif de Flatpak. Difficile aussi de supporter les bugs qui émaillent les applications pré-installées.

Les débutants qui n'ont que peu de notions en informatique risquent de ressentir pas mal de frustration lors des premières heures d'usage. Mais une fois l'essentiel assimilé et configuré, ElementaryOS se révèlera être une distribution très sympathique, élégante et qui fait tout ce qu'on attend d'un système d'exploitation moderne.

Elementary OS : versions précédentes

Elementary OS
Publié le 01/09/2021
Télécharger
Version gratuite

Les rubriques liées à Elementary OS