Julie Chapon, cofondatrice de Yuka, reçoit le Bold Future Award

02 décembre 2019 à 17h39
0
Recommandations Yuka
© Yuka

Dans le cadre du programme Bold by Veuve Clicquot, qui soutient les femmes entrepreneures, la marque de champagne a choisi de récompenser Julie Chapon, cofondatrice de Yuka. Au-delà de sa réussite en tant que cheffe d'entreprise, c'est également son engagement pour l'environnement que l'entreprise a souhaité mettre en avant.

La marque Veuve Clicquot, appartenant au groupe LVMH, tire son nom de son ancienne dirigeante. En effet, en 1805, à la disparition de son mari, Barbe-Nicole Clicquot-Ponsardin devient la première femme à prendre la tête d'une maison de champagne. Surnommée « la Veuve Clicquot » après cet événement, elle aidera la société à devenir une référence internationale.

Récompenser les femmes entrepreneures

C'est en hommage à cette cheffe d'entreprise que fut créé, en 1972, le prix Veuve Clicquot de la femme d'affaires. Par la suite, pour pouvoir mettre en avant différentes réussites féminines, la marque a décidé de concevoir un programme dédié aux femmes entrepreneures, baptisé Bold by Veuve Clicquot. Parmi les différentes actions prévues par l'initiative, l'entreprise remet chaque année le Bold Woman Award, héritier du prix Veuve Clicquot de la femme d'affaires, et le Bold Future Award, pour récompenser celle qui représente l'avenir de l'entrepreneuriat féminin, aux yeux de la maison de champagne.

Lors de l'édition 2019, le premier prix cité a été remis à Chrystèle Gimaret, fondatrice d'Artupox International, entreprise de nettoyage écologique BtoB. Quant au second, il a été attribué à Julie Chapon, cofondatrice de l'application Yuka. Les deux femmes ont été célébrées pour « leur audace entrepreneuriale, leur capacité à réinventer les codes et traditions de leur industrie et leur approche éthique et engagée ».


Une application vouée à disparaître ?

Après cinq années passées au sein du cabinet de conseil Wavestone (ex-Solucom), Julie Chapon a cofondé Yuka avec deux amis, à l'issue d'un hackathon (un événement dédié à la programmation informatique), en 2017. Son but : permettre aux consommateurs de comprendre l'impact sur leur santé des produits alimentaires et cosmétiques qu'ils achètent. En scannant le code-barres, ils peuvent ainsi obtenir un score de qualité pour l'article considéré, mais également des suggestions de produits du même type avec une meilleure note.

Aujourd'hui, Yuka recenserait 17 millions d'utilisateurs. Un succès qui pousse les industriels, tels que Nestlé, Carrefour ou Unilever, à revoir leurs recettes, afin d'améliorer leur score sur l'application.

Pourtant, Julie Chapon n'a pas pour ambition de faire de l'entreprise une licorne, loin de là. Si l'application va prochainement s'enrichir d'informations sur l'empreinte environnementale des produits, elle n'aurait pas pour vocation à durer. D'ici dix ans, sa cofondatrice espère même que « Yuka n'existera plus, car les industriels auront fait le job ».

Source : Les Echos
Modifié le 02/12/2019 à 18h47
3
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Contrôle technique : le CNPA alerte sur d'importants retards en 2019
Malgré l’essor des voitures électriques, les constructeurs pourraient supprimer 80 000 postes

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top