Affaire Sony : Obama critique le studio, la Corée du Nord se défend

22 décembre 2014 à 10h56
0
Les derniers jours ont été mouvementés dans l'affaire du piratage de Sony. Alors que Barack Obama a critiqué la décision du studio d'annuler la sortie de L'Interview qui tue, la Corée du Nord nie toujours son implication dans l'histoire.

00FA000007513325-photo-barack-obama.jpg
« Sony a fait une erreur » : vendredi soir, Barack Obama a critiqué la décision du studio Hollywoodien d'annuler la sortie de son film L'Interview qui tue, suite aux menaces de représailles faites par les pirates du groupe Guardians of Peace à l'encontre des cinémas américains. « J'aurais préféré qu'ils m'en parlent avant. Nous ne pouvons pas vivre dans une société dans laquelle un dictateur lointain peut commencer à imposer une censure aux Etats-Unis. »

La déclaration du président américain est intervenue quelques heures seulement après un nouveau communiqué du FBI, dans lequel l'autorité fédérale pointe officiellement du doigt la Corée du Nord comme responsable de l'attaque informatique contre Sony. « Rien n'indique que la Corée du Nord ait agi avec un autre pays » a ajouté Obama.

Pyongyang campe sur ses positions

Il a fallu peu de temps à la Corée du Nord pour répondre aux accusations américaines : le pays a démenti une nouvelle fois être à l'origine de l'attaque, et a demandé, samedi, une enquête conjointe avec les USA dans l'optique de prouver son innocence. Mais Pyongyang n'a pas arrêté là ses déclarations, et a, dans la foulée, menacé les Etats-Unis de « graves conséquences » si les accusations ne cessaient pas rapidement, évoquant au passage son potentiel nucléaire.

« Au cas où nous aurions à exercer des représailles, nous ne mènerions pas d'attentats terroristes contre des spectateurs innocents dans des cinémas mais des attaques frontales contre ceux qui se livrent à des activités hostiles » a ainsi déclaré le pouvoir nord-coréen en place.

De son côté, Barack Obama a estimé dimanche sur CNN que le piratage s'apparentait davantage à « un acte de cyber-vandalisme très coûteux » qu'à un « acte de guerre ». Les Etats-Unis n'excluent pas la possibilité de placer la Corée du Nord sur la liste des pays soutenant le terrorisme.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Nvidia : la RTX 3080 déclinée en trois modèles se confirme et arriverait dès septembre
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Hyperion dévoile une supercar à hydrogène dotée d'une autonomie de 1 600 km
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Microsoft lancera son smartphone Surface Duo le 10 septembre à 1 399 $
En Allemagne, les ventes de véhicules électriques ont explosé en juillet
La Hyundai Kona passe la barre des 1 000 km d'autonomie
Google rejoint Apple et bannit Fortnite du Play Store Android
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
scroll top