L'appli Houseparty offre 1 million à qui prouvera qu'elle est victime d'une campagne de dénigrement

02 avril 2020 à 08h20
0
houseparty-couv.jpg

L'éditeur américain est prêt à offrir une belle récompense à celle ou celui qui montrera que les accusations de piratage à l'encontre de son application de visioconférence en groupe sont infondées.

À l'inverse d'un bon vieux « Wanted » placardé dans le bureau du shérif du coin, Houseparty n'est pas à la recherche du coupable, non m'sieurs-dames, mais bien de son sauveur. L'éditeur Life On Air, qui a propulsé l'application, n'hésite pas à provoquer en duel le destin, alors que de curieux témoignages publiés sur les réseaux sociaux puis relayés dans des tabloïds britanniques comme The Sun, The Express ou Mirror Online, font état d'un piratage survenu peu après le téléchargement du service de visioconférence.


L'appli Houseparty accusée d'être un nid à hackers

Plusieurs individus prétendent avoir été victimes de piratage informatique après avoir installé l'application Houseparty sur leur smartphone. Ces derniers feraient partie des utilisateurs du logiciel américain, particulièrement dans le vent, surtout chez les jeunes, en cette période de confinement planétaire, téléchargé plus de 10 millions de fois via Android, selon Google.

Les internautes potentiellement ciblés indiquent que des hackers en auraient profité pour pirater leurs comptes Instagram, Netflix, Spotify, Snapchat ou eBay en transitant par l'application. Les comptes PayPal des victimes, puis leurs comptes bancaires auraient aussi été hackés. Et les accusations vont même encore plus loin puisque des agressions et des vols - bien physiques, eux - ont été rapportés, postérieurement après l'installation de l'appli californienne.


L'éditeur, convaincu d'être victime d'une campagne diffamatoire

Les messages publiés ont fait un tel scandale qu'ils ont contraint Houseparty à réagir sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, les équipes de l'éditeur Life On Air (racheté par un certain Epic Games, créateur de Fortnite, pour plusieurs dizaines de millions d'euros en 2019) ont directement publié un message via le compte de l'application, le lundi 30 mars, indiquant que « tous les comptes Houseparty sont sécurisés », et que « le service est sécurisé et n'a jamais été compromis. Il ne collecte pas de mots de passe pour le compte d'autres sites ».


Mais le message le plus intéressant distillé par Houseparty a été posté le lendemain, 31 mars, toujours sur Twitter. « Nous enquêtons sur des signalements selon lesquels les récentes rumeurs de piratage auraient été diffusées via une campagne diffamatoire commerciale rémunérée pour nous nuire ». Une sombre éventualité que le shérif ne saurait tolérer.

Pour tenter de prouver sa bonne foi, l'éditeur offre donc une prime à quiconque lui fournira la preuve que l'application a bien été victime d'une campagne de dénigrement. La récompense s'élève à... 1 million de dollars. Bonne chance à toi, chasseur de primes.


Source : BBC
Modifié le 02/04/2020 à 09h25
0
1
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
Malgré le coronavirus, Tesla sauve les meubles au second trimestre 2020 avec plus de 90 000 livraisons
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
Airbus officialise la suppression de 5 000 emplois en France, 15 000 au total
Windows : le futur design du menu démarrer montre ses variantes
Les jeux PS5 et Xbox Series X plus onéreux que sur les consoles actuelles ?
PlayStation suspend temporairement ses publicités sur Facebook et Instagram
5G : à Singapour, Ericsson et Nokia sont préférés à Huawei, encore...
Crysis Remastered revient en vidéo et annonce déjà son report
scroll top