Itzik Kotler : "A l'avenir, des Stuxnet viseront les professionnels"

08 avril 2011 à 17h52
0
00FA000004157766-photo-itzik-kotler-security-art.jpg
Invité du Hackito Ergo Sum, le spécialiste en sécurité Itzik Kotler (directeur technique de Security Art) est connu dans le monde du hacking. En 2009, lors du Defcon 17, il avait présenté un outil très particulier.

Baptisé Ippon, il permettait à un pirate de faire passer un malware pour une mise à jour logicielle. A l'époque, Ippon était donc capable d'intercepter les requêtes de mises à jour de Skype, par exemple...

En tant que spécialiste des malwares et des installations critiques (SCADA), comment a été élaboré ce type d'attaque ?

En le décortiquant, on se rend compte que Stuxnet a été compliqué à élaborer. Il utilisait 5 failles 0-Day et a été conçu par des équipes qui ont dû travailler un certain temps afin de le réaliser. Par contre, je ne pense pas que ce soit le fait d'hacktivistes, je ne dis pas que certains d'entre eux ne pourront pas agir ainsi dans le futur mais je réfute cette hypothèse.

Il s'agissait donc visiblement d'un gros projet, qui nécessite une certaine coordination. Après le choix est logique, si je vous paie pour réaliser un outil, vous travaillerez surement plus vite que si on collabore dans un environnement déstructuré.

Si ces menaces se précisent, qui doit tenir le rôle de vigie d'alerte ? Les éditeurs, les Etats, les chercheurs, les hackers...

Notre idée est que s'il est possible d'attaquer une centrale nucléaire, on peut facilement attaquer un smartphone ou aller regarder du côté de l'activité personnelle ou professionnelle d'une personne. On risque donc de voir des techniques similaires se diffuser plus amplement. Des actions ciblées et bien préparées qui sont chargées de viser un brevet, un projet...

Afin d'éviter ce type de généralisation, il est important de partager les informations dans ce jeu d'échecs entre les Labs et les universités par exemple. Chaque communauté doit donc constamment échanger ses connaissances afin de mieux connaître les développements et les attaques actuelles.

En 2009, Ippon avait provoqué certaines remises en question. Pensez-vous que les mentalités ont progressé depuis ?

La première réaction à la présentation d'Ippon au Defcon de 2009 fut la stupéfaction. Certains ne pensaient pas que l'on pouvait reproduire le même signal qu'une requête de mise à jour. Par ce moyen, il était possible de rediriger un utilisateur vers un logiciel malveillant sans qu'il ne s'en rende véritablement compte.

Montrer que cela était possible nous a ainsi permis d'échanger le fruit de nos travaux avec d'autres donc, en ce sens, mettre le doigt où cela fait mal était une bonne chose...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Le CSA monte une équipe de professionnels des médias pour lutter contre les fake news
Malgré l’essor des voitures électriques, les constructeurs pourraient supprimer 80 000 postes
SFR augmente le prix de ses forfaits internet fixe
Amazon dévoile le calendrier pour recevoir ses commandes avant Noël

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top