🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% ! 🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% sur le high-tech

Les 15 000 applications de Facebook à l'assaut du web

28 janvier 2008 à 15h38
0
00FA000000507335-photo-facebook-f8.jpg
Mark Zuckerberg pendant F8
Microsoft 2.0 ? Moins d'un an après avoir officialisé la “facebook application platform” (FAP) lors de la conférence F8 et autorisant tous les développeurs tiers à proposer leur application sur le réseau social, les équipes de Facebook confirment leurs ambitions dans le logiciel en annonçant le portage de ces petits programmes informatiques en dehors du site web facebook.com.

Concrètement, les 14 810 applications (au 28 janvier) développées pour Facebook resteront hébergées sur le réseau de mark-zuckerberg mais pourront être accessibles, sous la forme d'un bout de code javascript encapsulé dans un iFrame, sur n'importe quel site web ou n'importe quel blog.

Face à l'opensocial de Google, qui propose un portage des applications auprès de ses seuls partenaires, l'initiative de Facebook devrait permettre d'ouvrir ces applications à n'importe quel site web affichant du code HTML, ce qui devrait encore augmenter l'attractivité de la plate-forme auprès des développeurs informatiques.

Un positionnement technologique qui n'est pas sans rappeler celle de Microsoft avec Windows, un éditeur par ailleurs actionnaire de Facebook et qui pousse de plus en plus d'observateurs à voir dans Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, l'hériter spirituel d'un Bill Gates en passe d'ailleurs de prendre sa retraite.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

SFR : 6,3 millions de musiques mobiles téléchargées en 2007
Du neuf pour  Red Orchestra  : modes, cartes, engins
Gmail en IMAP devient compatible avec les terminaux Windows Mobile 6
  Culpa Innata : The World Union  s'illustre
Skyfire : nouveau navigateur web mobile en préparation
<b>Joyeux Noël</b>
  Sublustrum  dévoile les limites de la conscience
Nokia souhaite se séparer de sa division 'Automotive'
Surveillance P2P : la Cnil autorise la SPPF
Harold Goldberg, Zend :
Haut de page