Conduire une voiture électrique : moins polluant que jamais, selon cette nouvelle étude

Fred Delavie
Publié le 08 juin 2024 à 12h31
Les véhicules électriques sont beaucoup moins polluantes que les voitures à essence, selon cette étude © Tesla
Les véhicules électriques sont beaucoup moins polluantes que les voitures à essence, selon cette étude © Tesla

Une nouvelle étude révèle que les voitures électriques surpassent désormais les véhicules à essence en matière de réduction des émissions de carbone. En fonction de la répartition des ventes de véhicules électriques aux États-Unis, conduire une voiture électrique « moyenne » permet de réduire d'un tiers les émissions d'une voiture à essence moyenne neuve.

L'Union of Concerned Scientists (UCS) a récemment publié une étude démontrant que conduire une voiture électrique est nettement moins polluant que d'utiliser une voiture à essence. Ce paradigme s'explique par l'augmentation des énergies renouvelables et les progrès technologiques dans la production de batteries. Pour l'étude, ce changement est évidemment essentiel pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, majoritairement issues du secteur des transports.

Voitures électriques : nos tops de l'année 2023 !
A découvrir
Voitures électriques : nos tops de l'année 2023 !

27 décembre 2023 à 08h55

News

Réduction des émissions de CO2

Selon l'étude menée par l'UCS, conduire une voiture électrique moyenne aux États-Unis produit des émissions équivalentes à celles d'une voiture thermique consommant 94 miles par gallon (mpg), soit environ 2,5 litres pour 100 kilomètres. Cela représente moins d'un tiers des émissions générées par une voiture thermique moyenne récente.

En 2012, seulement 45 % des Américains vivaient dans des régions où une voiture électrique était plus propre qu'une voiture thermique consommant 50 mpg (4,7 litres pour 100 kilomètres). Aujourd'hui, ce chiffre atteint 93 % grâce à une production d'électricité de plus en plus décarbonée.

La production de l'électricité décarbonée permet un bilan plus propre © Tesla

Une réduction des émissions à la source

Les émissions des voitures électriques dépendent fortement de la source d'électricité utilisée pour les recharger. Par exemple, dans l'État de New York, où le réseau électrique est relativement « propre », selon l'étude, les émissions d'un véhicule électrique sont équivalentes à celles d'une voiture thermique consommant 219 mpg (moins de 1 litre pour 100 kilomètres). En revanche, dans le Texas, où plus de 60 % de l'électricité provient des combustibles fossiles, les émissions des voitures électriques sont équivalentes à celles d'une voiture consommant 82 mpg (3,4 litres pour 100 kilomètres).

La comparaison des émissions des véhicules électriques aux États-Unis en 2022 en comparaison des émissions des voitures électriques © Union of Concerned Scientists

La production des voitures électriques, notamment celle des batteries, génère plus d'émissions de CO2 que celle des voitures thermiques. Cependant, ces émissions supplémentaires sont « largement compensées par les réductions obtenues pendant la phase d'utilisation », affirme l'étude. UCS a calculé qu'une voiture électrique avec une batterie de 300 miles (480 kilomètres) réduit les émissions totales sur son cycle de vie de 52 % par rapport à une voiture thermique moyenne. Pour un pick-up électrique, la réduction atteint 57 % si l'on compare à un pick-up thermique.

Les émissions des véhicules électriques qui rejettent le moins d'émissions comparées aux voitures à essence aux États-Unis en 2022 © Union of Concerned Scientists

De leur côté, les voitures électriques varient en efficacité énergétique. Les modèles les plus efficaces peuvent parcourir plus de 6,5 kilomètres par kWh, tandis que certains pick-up électriques font moins de 3,5 kilomètres par kWh. Par exemple, sur le réseau électrique de la Floride, une voiture électrique moyenne émet autant qu'une voiture thermique consommant 75 mpg (3,1 litres pour 100 kilomètres). Cependant, un modèle efficient comme la Hyundai Ioniq 6 peut atteindre des émissions équivalentes à une voiture thermique consommant seulement 98 mpg (2,4 litres pour 100 kilomètres).

Particulièrement populaire aux États-Unis, le remplacement des pick-up thermiques par des pick-up électriques présente des avantages notables en matière de réduction des émissions de carbone. Par exemple, un pick-up électrique au Texas émet autant qu'une Toyota Prius de 2024. Toutefois, l'étude reconnaît que « passer d'une voiture thermique qui consomme peu à un pick-up électrique peut réduire ou annuler les avantages environnementaux ».

Enfin, l'étude conclut en soulignant que la réduction des émissions des voitures électriques depuis 2012 est largement attribuable à l'augmentation des énergies renouvelables. En 2012, 44 % de l'électricité aux États-Unis était produite à partir de charbon, contre moins de 20 % en 2022. En parallèle, la part de l'énergie éolienne et solaire est passée de moins de 2 à 14 % pendant la même période.

Source : UCS

Par Fred Delavie

Journaliste auto-moto, spécialiste des nouvelles technologies et de leur usages. Je décortique au quotidien l'actualité des constructeurs et analyse les tendances des nouveaux acteurs de la mobilité dans un monde en transition. Aime trop conduire et drifter pour laisser ça à une voiture autonome.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
PEPSIMAX

Puisqu’on vous le dit !
Et puis vous sauverez même un peu le système solaire si vous envoyez une Tesla sur Mars, ce sera eco responsable.
Acheter une voiture électrique c’est un peu sauver l’Univers en quelque sorte.
Et ce sont des infos totalement impartiales en plus.

cpicchio

Relisez l’article : ce n’est pas un article à la gloire d’E MUSK (débile mégalomane mais très bon en marketing) mais sur le bilan carbone d’un VE qui est évidemment meilleur qu’un véhicule thermique et qui en plus, accélère la production d’énergie décarbonnée aux USA.

Ce que vous oubliez, c’est qu’il est de plus en plus consommateur d’extraire du pétrole et que sur toute la chaîne (extraction - transport- raffinage - transport - stockage), le combustible fossile devient une hérésie. Le VE n’est pas idéal (mais globalement, l’homme non plus) mais cela devient indispensable d’aller dans cette direction pour que la terre reste vivable.

serged

Comme disait Coluche « Les experts sont formels ».

Comment traverser l’Europe (comme ont du le faire des ukrainiens) en véhicule électrique ?

  1. Il faut trouver des bornes (alimentées)
  2. Pour recharger une voiture il faut minimum 1/2 heure, alors que pour un plein d’essence, ce qui prend du temps, c’est de faire la queue et de payer…
max6

En 1920, 30 ans après le début de la fabrication à la chaine des voiture à essence il était toujours une gageure de faire le plein (souvent hors de grands axes avec des bidons) alors au lieu de couiner que l’on ne peut recharger et que de ce fait la voiture électrique est condamné d’avance vous feriez bien de regarder la progression des bornes de recharges.
Parce que ce genre d’argument devient aussi saoulant que ridicule.

Neferith

A l’époque on nous disait : Le diesel c’est génial ça pollue moins que l’essence.
Aujourd’hui, c’est l’electrique.
Les points communs : On veut en vendre.
La vérité : En fait, tout ça pollue dans tous les cas, alors y en a peut etre qui pollue moins, mais l’échelle industriel, la différence sera pas folle :slight_smile:

chicour

Les experts Facebook disent que ça pollue plus qu’une essence
Si on leur prouve le contraire et que c’est matraqué ils trouveront toujours un argument pour préférer leur Sandero qu’une électrique
La plupart sont justes des gens jaloux car voiture électrique c’est le raccourci vers propriétaire+ maison souvent individuelle
En France on aspire pas la réussite ( si tant est que cela en soit ) mais on la jalouse

PEPSIMAX

Mais j’ai très bien lu l’article. Oui bien sûr parce que c’est l’Union of Concerned Scientists qui le confirme alors totale impartialité. Et je ne peux plus lire ce martèlement du « c’est bon pour la planète », « pour que la terre reste vivable »… Le beau discours concernant le VE commence à se fissurer face à l’utilisation massive de ressources de la croute terrestre. En Norvège la compagnie Rare Earths Norway annonce avoir identifié dans le sud-est de la Norvège un gisement de terres rares estimé à près de 10 millions de tonnes de ces métaux indispensables à la transition écologique… ils font notamment état de la présence sur place de 1,5 million de tonnes d’aimants permanents, des matériaux magnétiques utilisés entre autres dans les voitures électriques et les éoliennes… On extrait pas des terres, on remue pas la croute terrestre par millions de tonnes de manière écologique, c’est du PIPEAU ! La Norvege va vendre ces métaux et ainsi faire fructifier son fond souverain et acheter encore plus d’actions pour faire encore de l’argent sur fond de transition écologique. Bullshit !
L’Allemagne qui développe les énergies renouvelables à fond doit en contrepartie bâtir de nouvelles centrales à gaz en back up… Et oui quand il fait nuer et/ou il n y a pas de vent il est nécessaire d’avoir des centrales fossiles.
Si tous les constructeurs européens avaient dit aux politiques qu’ils ne feront pas véhicules électriques dont plus de ventes de voitures en Europe, les Etats de l’UE et l’UE se seraient inclinés. Mais les constructeurs auto ont bien compris qu’ils vont faire de plus grosses marges avec des VE bien plus cher. C’est l’appât du gain qui les fait bâtir des chaines de VE, si posssible subventionnés. Et peut être vaguement pour « sauver la planète » pour faire bien dans le décor…

max6

Votre solution est donc de continuer a faire comme les 50 dernières années et de voir ce qui va se passer et tant pis pour les générations futures parce que, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi qui suis le seul qui compte je pourrais continuer jusqu’à ma mort et après moi que les autres crèvent je m’en fout ?
Ou n’auriez vous pas compris que toutes les activités humaines polluent toutes sans exception et que ce qui est tenté actuellement c’est de conserver ce qui existe en cessant de détruire plus que ce que la terre peut régénérer.
A moins que vous ne vouliez que l’on cesse immédiatement toute production sur toute la planète pour arrêter de polluer, dans ce cas il ne vous reste plus qu’à vous débarrasser de tout ce qui est fabriqué par l’industrie et d’essayer de survivre.

PEPSIMAX

Cela fait 20 ans que je roule en vélo musculaire, pas de bagnole ni thermique ni électrique. Je dois porter les mêmes fringues depuis 10 ans… Je mange pas de viande…
Qui vous a dit que j’avais une voiture thermique ?
Vous êtes dans l’extrême, ce qui est normal parce que dès lors qu’on débute une discussion et que vous êtes persuadé de votre modèle vous entrez bille en tête dans le premier point Godwin venu.
« A moins que vous ne vouliez que l’on cesse immédiatement toute production sur toute la planète pour arrêter de polluer, dans ce cas il ne vous reste plus qu’à vous débarrasser de tout ce qui est fabriqué par l’industrie et d’essayer de survivre. » Où ais-je dit cela ?
Cependant remplacer la voiture thermique par une voiture + une batterie supplémentaire et augmenter l’extraction de minerais ce n’est pas une solution. Par contre vous marteler le cerveau toutes les 10 minutes pour se faire convaincre que c’est bon pour la planète, cela ne passe pas désolé.

max6

Parce que vous pensez vraiment que sur cette planète tout le monde pourrait faire comme vous prétendez faire ? Et si cela fait 10 ans que vous n’avez pas acheté de fringues c’est que vous deviez en avoir une sacrée collection avant. J’ai quand même un gros doute sur la véracité de vos affirmations voyez-vous. Surtout votre précipitation à fermer toute discutions en parlant du point godwin c’est assez parlant en lui-même.