"Une erreur majeure" : de ministre délégué à un simple secrétariat d'État, un avocat dénonce la décision d'Emmanuel Macron sur le Numérique

Alexandre Boero
Chargé de l'actualité de Clubic
09 février 2024 à 14h34
6
Le premier ministre de la République française, Gabriel Attal, est reçu par le chancelier allemand Olaf Scholz © Juergen Nowak / Shutterstock.com
Le premier ministre de la République française, Gabriel Attal, est reçu par le chancelier allemand Olaf Scholz © Juergen Nowak / Shutterstock.com

À l'heure de l'intelligence artificielle, le Numérique est-il dénigré par le gouvernement ? Jeudi, l'Élysée a rétrogradé la discipline d'un ministre délégué à une simple secrétaire d'État.

Officiellement passé d'une petite quinzaines à 34 membres, le gouvernement n'est plus franchement resserré et comporte plus de personnalités qu'un Olympique de Marseille en fin de mercato, c'est dire ! Néanmoins, une chose est à relever : la place « accordée » au Numérique. Si, depuis 2022, le Numérique pouvait se vanter d'avoir un ministre délégué pour la première fois depuis 2014, Emmanuel Macron et Gabriel Attal ont confirmé un retour en arrière, avec la nomination de Marina Ferrari comme secrétaire d'État, ce jeudi 8 février 2024.

Un simple secrétariat d'État pour le Numérique, « un très mauvais signal »

Si elle est une illustre inconnue aux yeux du grand public, Marina Ferrari est néanmoins citée pour avoir contribué au développement de TousAntiCovid, une application qui, espérons-le, appartient définitivement au passé. Mais sans dénigrer ses compétences, le CV de l'élue et député Modem de Savoie, accessoirement ancienne présidente de l'Institut national de l'Énergie solaire, ne fait franchement pas rêver, en tout cas pour ce poste.

Mais ce qui agace d'autant plus l'avocat spécialisé en droit des nouvelles technologies, maître Constantin Pavléas, c'est la rétrogradation de la discipline du numérique. Pour lui, il s'agit d'une « erreur majeure » d'Emmanuel Macron et de Gabriel Attal.

« Cette décision est un très mauvais signal, un très mauvais signal envoyé aux acteurs du numérique, aux acteurs économiques en général, aux jeunes générations et à nos partenaires européens et aux autres pays », déplore l'avocat. Et celui-ci d'ajouter : « Elle démontre un décalage inouï par rapport aux enjeux de notre temps ». Le constat est dur, mais est-il si éloigné que ça de la réalité ?

Constantin Pavléas © Alain Guizard
Constantin Pavléas © Alain Guizard

Le Numérique a du mal à se faire une place au sommet de l'État

Constantin Pavléas a raison de le rappeler : la France est à la croisée des chemins dans la discipline numérique, avec l'impasse du stockage des données de santé, qui vont être confiées à Microsoft pour les trois prochaines années, et une intelligence artificielle générative qui inquiète jusque chez les membres de l'Autorité de la concurrence.

L'Union européenne, qui vient unanimement d'adopter un règlement sur l'IA, a ouvert la voie pour la France, qui s'est dotée d'un Comité de l'IA générative il y a quelques mois. Mais ces pas en avant semblent être aujourd'hui freinés par un manque de considération politique au sommet de l'État, qui bien qu'adepte des réseaux sociaux et autres outils numériques, ne semble pas avoir encore pris la mesure de l'importance du numérique dans notre société moderne.

La rétrogradation, couplée à un manque d'incarnation des derniers représentants français des nouvelles technologies, n'est en effet pas un bon signal envoyé aux investisseurs, aux start-up et aux profils français et européens. Espérons tout de même ne pas être à l'abri d'une bonne surprise.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (6)

Loposo
Ça va on fait des sac et parfum et champagne. le numérique, qui va gérer tout et bien plus ce n est pas important.<br /> Mais bon il me semble bien qui il y’a un ministre de l’informatique sauf qu il fait tout et en plus écrit des livres<br /> Par le Décret du 11 janvier 2024 relatif à la composition du Gouvernement, Bruno Le Maire a été nommé ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique
gothax
Macron vend la France aux USA (maladie, CNRS, numérique …) c’est normal qu’il nomme une inconnue à un poste comme celui ci ! Et puis qui veut travailler avec ces guignols qui nous gouvernent : y a plus de mise en examen dans ces gournements de macron que du coté de ma famille corse sur 20 générations
gothax
Il va sûrement écrire un nouveau livre sur la dilatation des rondelles … De castorama
sylvebarbe78
Référence : Contribution à l’application « TousAntiCovid » sacrée référence ça résume l’état de notre pays
yam103
On a bien vu que les précédents ministres n’ont pas servi à grand chose, à part se faire leur propre carnet d’adresses lorsqu’il sera l’heure du pantouflage (Pellerin, Ô, etc)
Voir tous les messages sur le forum