Élisabeth Borne fait plusieurs références au numérique dans son discours : que doit-on comprendre ?

07 juillet 2022 à 13h05
8
Élisabeth Borne à l'Assemblée nationale
Élisabeth Borne, lors de son discours de politique générale, le 6 juillet 2022 (© Capture d'écran)

Boudé pendant et après l'élection présidentielle, le numérique a fait son retour sur le devant de la scène lors du discours de politique générale d'Élisabeth Borne, mercredi à l'Assemblée nationale.

Le numérique fut coincé dans un placard ministériel après la nomination du premier gouvernement d'Élisabeth Borne, le 20 mai dernier. Celui-ci a été remis au goût du jour à l'occasion du remaniement du 4 juillet 2022 et presque sacralisé lors de la déclaration de politique générale de la Première ministre mercredi devant l'Assemblée nationale. Celle-ci va même jusqu'à qualifier la France de « grande nation numérique », un jugement peut-être volontairement un poil exagéré aujourd'hui. Pour mieux apaiser un secteur historiquement boudé par les gouvernements successifs ?

Le numérique, une position toujours inconfortable au sein du gouvernement

Il n'échappe à personne que le numérique, au sens large, inonde littéralement nos vies ainsi que l'ensemble des secteurs de notre société. Mais alors que la dématérialisation s'accélère et que la cybersécurité constitue un marché d'enjeu planétaire pour aujourd'hui et pour demain, le numérique a clairement été boudé ces dernières semaines.

Rappelez-vous, le 20 mai dernier, personne n'incarnait le numérique dans le premier gouvernement Borne, si ce n'est Bruno Le Maire, nommé ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique. Pas de ministère ni de secrétariat d'État dédié donc, ce qui avait été très mal pris par le secteur, ses acteurs ayant pour beaucoup le sentiment d'être totalement laissés pour compte. En « off », de nombreux professionnels de la Tech et de la cyber ne cachaient alors pas leur déception, voire leur dépit face à ce manque de prise de conscience et de considération.

Le coup de gueule semble avoir été entendu. Il y a quelques jours, le gouvernement remanié a mis (un peu plus) en lumière le numérique. Si Bruno Le Maire, premier ministre dans l'ordre protocolaire, conserve officiellement les portefeuilles de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, voilà que Jean-Noël Barrot a fait son apparition.

Le député MoDem de 39 ans est en effet le tout nouveau ministre délégué à la Transition numérique et aux Télécommunications. Le « nouveau Cédric O », pourrait-on dire. Dans nos colonnes, nous vous le présentions il y a quelques jours comme « diplômé de HEC Paris et de Sciences Po Paris, ayant enseigné au MIT, où il a mené des recherches dans l'innovation et le financement des entreprises ». On découvre ainsi un profil plutôt économique, orienté vers l'investissement et le monde de l'entreprise, sans trace d'intérêt notable pour le vaste monde des nouvelles technologies et encore moins de la cybersécurité. Mais peut-être sera-t-il l'une des bonnes surprises de ce gouvernement ? Le secteur ne demande qu'à voir.

Un discours sur la Tech qui a du mal à évoluer

Si ce gouvernement remanié laisse donc davantage de place au numérique, est-ce réellement une priorité ? Le président Emmanuel Macron a récemment affirmé sa volonté d'atteindre les 100 licornes (ces start-up valorisées à plus d'un milliard de dollars) d'ici 2030. Mais les licornes sont-elles suffisantes à faire de la France une « grande nation numérique » ? Ou n'est-ce pas ce fameux arbre qui cache la forêt ?

Dans son discours de politique générale d'un peu plus d'une heure et demie, la Première ministre a évoqué pour la première fois le numérique au moment de parler du chantier du plein emploi et de la formation, au bout d'une vingtaine de minutes. « Grâce à cela, ces prochaines années, nous pourrons former un million de jeunes dans les métiers d'avenir, dont la moitié dans le numérique », a-t-elle lâché. Puis plus rien pendant 45 minutes.

Au-delà du fait que lâcher l'expression « métiers d'avenir » et la notion de « numérique » dans la même phrase semble révélateur du fait que la France a toujours plusieurs trains de retard en la matière, on aimerait en savoir plus. Et pour cela, il a fallu attendre le dernier quart d'heure de la déclaration d'Élisabeth Borne, lorsqu'elle a évoqué le sujet de la « souveraineté » au sens large, puis la souveraineté industrielle et numérique un peu plus tard. Enfin. « Une France plus forte dans une Europe plus indépendante, c'est la souveraineté industrielle et numérique ».

« Accélérons aussi en tenant notre rang de grande nation numérique. Une nation qui soutient sa French Tech. Une nation capable d'apprendre à ses jeunes les bons usages, capable, à travers la régulation, de lutter contre le cyber-harcèlement et la haine en ligne […]. Nous lutterons contre la fracture numérique. Nous irons au bout de la couverture mobile et très haut débit de notre territoire. Nous accélérerons les formations et l'accompagnement aux usages numériques ».

Il y a évidemment des points intéressants à soulever de ces dernières déclarations, toutes arrivées, insistons là-dessus, dans le dernier quart d'heure du discours. La lutte contre la fracture numérique, contre le cyber-harcèlement et la haine en ligne sont évidemment des chantiers majeurs et indispensables. Soutenir la French Tech paraît impératif aussi.

Mais prenons un peu de hauteur là-dessus, car finalement rien n'a été dit, au grand dam des acteurs du secteur, sur la façon dont la France pourrait s'affirmer en tant que vraie nation numérique. La France justement, aujourd'hui et à l'image de toute l'Union européenne, est prise dans une sorte d'étau technologique entre le précurseur bloc nord-américain, emmené par les États-Unis et ses géants du numérique, et le mastodonte chinois et ses BATX.

Plutôt que de réglementer (attention, cela ne signifie pas que réguler est une mauvaise chose) toujours plus un secteur qui peine à véritablement émerger en Europe, les professionnels des nouvelles technologies et de la cybersécurité aimeraient peut-être davantage être entendus sur les besoins réels du secteur. Sans doute attendent-ils aussi les solutions qui pourraient faire enfin émerger de vrais champions technologiques. Mais il est peut-être, et sans doute, déjà trop tard…

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
6
Popoulo
Très bonne vision de l’auteur de l’article, certes pessimiste mais malheureusement très réaliste.<br /> Est-ce que la dame connait vraiment le domaine ou c’est juste pour le fun qu’elle raconte tout ça pour au final ne rien dire ?
SplendoRage
On peut dire ce qu’on veut, c’est quand même pas des flèches au gouvernement …
Popoulo
Connaissais pas cette Dame et après quelques recherches je pense qu’elle devait être dans l’armée vu tous les parachutages qu’elle a encaissés <br /> Mais on ne parlera pas des casseroles, certainement maintenant obligatoires pour être admis dans le monde politique.
mrassol
Popoulo:<br /> Dame et après quelques recherches je pense qu’elle devait être dans l’armée vu tous les parachutages qu’elle a encaissés <br /> Mais on ne parlera pas des casseroles, certainement maintenant obligatoires pour être admis dans le monde politique.<br /> meme dans les entreprises, plus tu montes moins tu est compétent.
SplendoRage
Ça dépend des entreprises … Regarde Intel, Nvidia ou AMD. Leur CEO sont des ingénieurs à la base, ce qui leur permet d’avoir un regard avertit sur les produits et les recherches du département R&amp;D de la société !<br /> Le précédent CEO d’AMD était un businessman. Un manque total de connaissances dans le domaine, ce qui a conduit à une gestion catastrophique de la société qui a été au bord du gouffre pendant des années.<br /> A contrario, Intel n’a eu que des ingénieurs à sa tête.
AlexLex14
Merci J’ai en fait essayé de retranscrire au mieux la pensée globale du secteur de la Tech au sens large.
Urleur
Toujours le même pipeau, rien n’a changé réellement depuis très longtemps, seul la belgique fait vraiment office de bon élève.
pecore
Quant on nommera des ingénieurs en informatique ou l’équivalent comme conseiller d’état au numérique, j’y croirai. En attendant je nous vois toujours assez mal partis, même s’il y a quelques tentatives pour se mettre au moins au niveau.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

La mémoire Micron GDDR6X à 24 Gbps entre en production de masse
La DDR5-6000
Stadia permet à ses joueurs de streamer un jeu en petit comité
Cet ancien employé de Twitter espionnait les utilisateurs pour le compte de l'Arabie saoudite
Cyberharcèlement : en Europe, les parents protègent moins leurs enfants que dans le reste du monde
Apple déploie la 3e bêta publique d'iOS 16, d'iPadOS 16 et de macOS Ventura
Google veut faire de votre TV votre coach sportif
Taïwan a subi un pic de cybermenaces en marge de la visite de l'Américaine Nancy Pelosi
Ce vidéoprojecteur sera parfait pour vos soirées d'été !
Samsung annonce les Galaxy Watch 5 et ses Gala Buds 2 Pro
Haut de page