Streaming : la communauté du libre en appelle à Google

22 février 2010 à 09h07
0
00AA000002911256-photo-fsf.jpg
Au mois d'août dernier, Google avait annoncé le rachat de la technologie de compression vidéo d'On2. Cette firme est notamment connue pour avoir développé les architectures des codecs VP3, VP4, VP5, TrueMotion VP6, TrueMotion VP7 et VP8. Ce dispositif de compression est utilisé au sein de plusieurs appareils, de la télévision au téléphone en passant par l'ordinateur. C'est ainsi qu'Adobe l'a implémenté au sein de son lecteur Flash. Par ailleurs depuis 2001 la communauté open source s'y intéresse pour Theora.

0078000002339900-photo-on2-logo.jpg
Mercredi dernier Google et On2 ont finalisé leurs accords ainsi que la transaction des brevets technologiques. Dans un communiqué directement adressé à Google, la Free Software Foundation (Fondation pour le logiciel libre) en appelle à Google pour que le géant de la Toile choisisse de libérer cette technologie tout en l'implémentant au sein de YouTube.

« Avec le rachat d'On2, vous possédez désormais non seulement le plus gros site de vidéo (YouTube) mais également tous les brevets relatifs à un codec vidéo de haute performance - VP8 », explique la fondation en ajoutant : « nous voulons tous que vous fassiez le bon choix. Libérez VP8 et utilisez-le sur YouTube ». En distribuant librement le codec, cela permettrait aux internautes, aux éditeurs, aux développeurs et aux fabricants de diffuser de la vidéo sans aucune restriction de propriété intellectuelle. Pour la communauté du logiciel libre, il s'agirait alors d'une victoire fracassante d'Ogg Theora face à son concurrent propriétaire H.264.

00C8000002038366-photo-youtube-mikeklo-logo.jpg
« Apple a eu le courage de refuser Flash sur ses iPhone et ses iPad - même si les raisons sont assez suspectes et détestables (DRM) - et cela a encouragé les développeurs web à proposer des versions sans Flash de leurs sites web. Vous pourriez en faire autant avec YouTube », continue d'expliquer la fondation. Pour cette dernière Google devrait même aller plus loin et revoir sa stratégie dans son ensemble. Une fois YouTube proposant de la vidéo de haute qualité au format libre, la firme de Mountain View pourrait déployer une mise à jour de son navigateur ainsi qu'un plugin pour les internautes utilisant un logiciel plus ancien. Finalement, « des initiatives de ce type sur YouTube accéléreraient la prise en charge des formats libres par plus de 50% des navigateurs ».

La technologie de compression devrait en tout cas trouver sa place sur différents sites de Google. Sundar Pichai, vice-président du département Product Management de la firme américaine, expliquait cet été : « aujourd'hui la vidéo est une partie importante de l'expérience Internet et nous estimons qu'une technologie de compression vidéo de haute qualité devrait être intégrée à la plateforme web ». Cependant, la société Google, qui s'est souvent défendue de respecter la communauté du logiciel libre, souhaite-t-elle pour autant libérer le codec VP8 ou compte-t-elle le monétiser à des éditeurs tiers ? Parmi ses clients, On2 comptait de grosses marques telles que AOL, Skype, Nokia, Sony ou encore Yamaha. Reste à savoir si la devise Don't be Evil de Google saura triompher de cette nouvelle poule aux oeufs d'or qui fut tout de même rachetée pour 134 millions de dollars.
Modifié le 18/09/2018 à 14h42
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Netflix menace les partages de compte entre amis
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
19 heures et 16 minutes : Qantas s'offre le record du plus long vol du transport aérien
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
Une nouvelle taxe appliquée sur les billets d'avion dès 2020, pour financer les transports propres
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Sortie extravéhiculaire 100 % féminine : suivez l'événement en direct !
Vers des batteries lithium-CO2 rechargeables ?

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top