Renault s'associe au Chinois Geely pour concevoir des voitures hybrides

09 août 2021 à 13h00
37
Renault Twingo Electric © Renault
© Renault

Le groupe français Renault et le Chinois Geely ont signé un accord visant à mettre en commun leurs ressources pour révolutionner le marché des véhicules hybrides, à destination de l'Asie notamment.

Le constructeur automobile chinois Geely, maison-mère de Volvo notamment, et le groupe français Renault ont annoncé, lundi, avoir signé un protocole d'accord pour développer des modèles hybrides en Chine et en Corée du Sud. Les deux entreprises pourraient même pousser leur collaboration et favoriser les synergies jusqu'à proposer, ensemble, des véhicules tout électriques.

Renault met - à nouveau - le cap sur la Chine

Pour comprendre les contours du protocole d'accord signé entre Renault et Geely Holding Group, il faut d'abord dissocier les deux marchés ciblés par ce dernier.

En Chine, Renault n'a jamais su véritablement s'imposer. Le constructeur français a même « quitté » l'empire du Milieu, en avril 2020, en cédant ses parts dans Dongfeng Renault Automotive Company à Dongfeng Motor Corporation, à l'aide de laquelle elle assemblait sur place des Captur ou encore des Kadjar, modèles thermiques. Mais voilà que Renault veut se relancer, sous un autre prisme, par l'intermédiaire d'une nouvelle coentreprise.

Premier pan de sa coopération avec Geely, Renault veut en effet propulser en Chine, et par cet accord, des véhicules hybrides qui seront commercialisés sous la marque au losange. Les deux groupes introduiront conjointement des modèles qui reposeront sur des technologies existantes de Geely d'un côté, et les stratégies de marque, canaux de vente, services digitaux et expérience client de Renault de l'autre. En somme, Geely aura en charge la partie technologique du véhicule, Renault les missions vente et marketing.

Explorer le potentiel de l'hybride loin de l'Union européenne

Direction la Corée du Sud maintenant, le deuxième pan de l'accord Renault/Geely. Sur place, le groupe français jouit d'une expérience de plus de vingt ans. Son ancrage lui permettra d'aider Geely à y vendre ses véhicules hybrides regroupés sous la marque Lynk & Co, peut-être là aussi au travers de cette fameuse coentreprise, qui pourrait être contrôlée par le géant chinois.

Le partenariat global conclu entre Renault et Geely ne devrait pas s'arrêter aux seuls marchés chinois et sud-coréen. Les deux groupes envisageraient en effet de développer, ensemble, des voitures entièrement électriques.

Le constructeur au losange pourrait donc ainsi se relancer en Chine, le premier marché automobile mondial, et en Corée du Sud où le groupe est déjà présent avec sa filiale Renault Samsung Motors. La marque française, qui a connu un rebond de ses bénéfices au premier semestre après la crise de 2020, mise désormais sur le marché asiatique. Marché où l'hybride est bien accueilli, au contraire de l'Union européenne, qui veut mettre fin au moteur thermique d'ici 2035. Ce qui anéantirait la filière de l'hybride.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
37
23
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Londres : la plus grande entreprise de taxis privés sera 100 % électrique dès 2023
Pour le P.-D.G. de Toyota, le passage à la voiture électrique doit être progressif
Tesla met fin à son système de parrainage
BYD dévoile son prototype électrique Ocean-X d'une autonomie annoncée de 1 000 km
Cadillac écoule la production 2023 de sa Lyriq Debut Edition en seulement 19 minutes
Zero dévoile les mises à jour 2022 de ses motos électriques
Gen Z : Mike Horn concourra au rallye raid 2023 à bord d'une voiture hydrogène développée avec le CEA
Lucid annonce une meilleure autonomie que les Tesla pour sa Lucid Air Dream Edition
Toyota lève le voile sur son pick-up hybride Toyota Tundra
Waze, Coyote et TomTom n’indiqueront plus certaines présences des forces de l’ordre à partir du 1er novembre
Haut de page