Pour rendre les voitures autonomes plus réactives, le MIT les rend plus humaines

Sylvain Nawrocki Contributeur
27 mai 2019 à 19h34
0
voiture autonome

Dans le but de rendre le raisonnement des véhicules autonomes plus proche de celui des humains, des chercheurs ont mis au point un système qui utilise uniquement des cartes et des informations visuelles pour leur permettre d'évoluer dans des environnements complexes.

L'un des avantages de l'humain sur la machine est sa capacité d'adaptation, lorsqu'il est confronté à une situation nouvelle dans un environnement qu'il ne connaît pas, simplement en glanant les informations qu'il trouve dans son champ visuel. Nous sommes ainsi capables de faire des correspondances entre les éléments qui sont à notre portée, et les indications qui se trouvent sur une carte ou l'écran de notre GPS, pour déterminer où nous nous trouvons et la direction à prendre. Les voitures autonomes actuelles vont en revanche batailler avec toutes ces informations, et se montrer incapables d'une telle efficacité dès qu'elles seront confrontées à un nouvel environnement, mettant beaucoup de temps à analyser les nouvelles routes. La plupart du temps, les cartes à analyser sont, qui plus est, générées à partir de scans 3D demandant énormément de ressources à l'ordinateur.

Vers des machines plus humaines

Dans un article présenté la semaine dernière lors de l'International Conference on Robotics and Automation, des chercheurs du MIT ont décrit un système capable d'apprendre la façon dont les humains se repèrent dans l'espace. La machine n'utilise alors que les données fournies par les caméras embarquées et une carte, comme celles que l'on trouve dans nos GPS. Le système, une fois entraîné à analyser ces données, serait capable de contrôler une voiture sans chauffeur, en imitant le comportement humain.

À la manière des humains, ce système serait en effet capable de détecter les incohérences qui pourraient se trouver entre la carte et la réalité, permettant à la voiture d'ajuster sa trajectoire. La machine utilise un modèle de réseau neuronal convolutif, couramment utilisé pour la reconnaissance d'images. Pour entraîner le système, un conducteur a d'abord contrôlé une Toyota Prius sans chauffeur, afin de réunir les données d'une zone sub urbaine, comprenant différents types de routes, ainsi que des obstacles. Dans un second temps, la voiture a été laissée au milieu d'une zone forestière dédiée aux essais de véhicules autonomes, et elle a réussi à s'y repérer en utilisant sa capacité d'adaptation.

« Avec notre système, il n'est pas nécessaire d'entraîner la voiture à circuler sur toutes les routes, explique Alexander Amini, diplômé du MIT. On peut charger une nouvelle carte dans l'ordinateur, et laisser la voiture se diriger au milieu de routes qu'elle n'avait jamais prises avant ».

Contrairement aux systèmes de navigation autonome actuellement utilisés, cette nouvelle méthode permettrait aux véhicules sans chauffeurs de se déplacer d'un point à un autre sans nécessairement connaître tous les détails du trajet.

Source : Science Daily

1 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées
La majorité des publicités anti-vaccins sur Facebook issue de seulement deux organisations

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top