Pari réussi pour Virgin Galactic ! Richard Branson a volé à la frontière de l'espace

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
12 juillet 2021 à 09h13
53
Virgin Galactic Unity 22 équipage complet 2 © Virgin Galactic
Cabrioles et quelques expériences pour les occupants de l'avion fusée. © Virgin Galactic

Pratiquement 17 ans après le début de l'aventure, Virgin Galactic a transporté pour la première fois quatre passagers au-delà de 80km d'altitude. Le milliardaire Richard Branson, qui voulait être le premier passager, est revenu ravi de son vol. Au nez et à la barbe de Blue Origin.

Reste que ce n'est pas encore tout à fait du « tourisme »…

Vieille promesse tenue

Depuis quelques jours, Denis Tito doit se demander s'il a vraiment volé dans l'espace. Le milliardaire, qui était en orbite sur la Station Spatiale Internationale il y a 20 ans en avril 2001, a pu sourire des titres de journaux décrivant Richard Branson comme le pionnier du tourisme spatial. Reste que ce 11 juillet 2021, le fondateur de Virgin Galactic a enfin tenu sa promesse d'être le premier « touriste » de son entreprise à voler à la frontière de l'espace.

Après une campagne médiatique intense et réussie et avec plusieurs centaines de célébrités, journalistes et accompagnateurs invités au Spaceport America (Nouveau-Mexique), l'avion fusée VSS Unity a réalisé son vol avec un équipage complet. En effet, même s'il s'agit du quatrième vol à plus de 50 miles d'altitude (80 km) de l'appareil, ce dernier n'avait jamais embarqué 4 passagers jusqu'ici. Pour accompagner les deux pilotes Dave MacKay et Michael Masucci, on retrouvait donc dans la cabine aménagée le célèbre milliardaire Richard Branson, la responsable des astronautes chez Virgin Beth Moses, l'ingénieur en chef Colin Bennett et la vice-présidente des opérations gouvernementales et scientifiques, Sirisha Bandla.

Virgin Parabolic

L'avion porteur VMS Eve a décollé du spaceport America à 16 h 43 (Paris), puis a entamé une série de circuits au-dessus du désert, culminant à 17 h 23 par le largage de l'avion fusée VSS Unity. Ce dernier a ensuite allumé son moteur fusée avant de prendre de la vitesse et de s'élever jusqu'à environ 86 kilomètres d'altitude, franchissant la frontière de l'espace reconnue par les Américains… Rappelons qu'il y a débat vis-à-vis de la Ligne de Karman à 100 km, mais qu'au plan physique lui-même, cela n'a pas de changement significatif.

Virgin Galactic Unity 22 atterrissage © Virgin Galactic
Sirisha Bandla tout sourire en sortant de l'appareil. © Virgin Galactic

Après quelques minutes d'impesanteur, les quatre occupants de la cabine sont venus se rattacher à leurs sièges, tandis que le système de queue pivotante de l'appareil assurait sa stabilité. Après son retour dans l'atmosphère, VSS Unity a doucement plané pour rejoindre sa piste de départ, atterrissant sans incident, à 17 h 40 (heure de Paris).

Franchir la ligne à tout prix

Le direct de Virgin Galactic aura probablement fait écarquiller les yeux des plus assidus des habituels spectateurs et spectatrices des lancements. Stephen Colbert en présentateur principal (y compris avec ses blagues, créant un certain malaise), une communication martelant à quel point l'humanité toute entière allait être bouleversée par ce vol révolutionnaire, et une publicité explicite pour les marques partenaires (New Mexico True, Land Rover, Under Armour), voilà qui préfigure peut-être la véritable nouveauté des vols touristiques commerciaux…

À voir en tout cas comment cela va se préciser pour concerner de véritables touristes. Car malgré la communication intense de Virgin Galactic, les occupants du VSS Unity étaient tous des employés de l'entreprise (ainsi que son fondateur), et non les premiers membres des 600 (riches) détenteurs d'un ticket pour un vol suborbital. Mais l'essentiel n'était pas là, car le pari de Virgin Galactic et de Richard Branson, c'était aussi de « passer devant » Jeff Bezos et Blue Origin, dont le vol suborbital est prévu le 20 juillet. De ce côté-là, le pari est tenu.

Source : Virgin Galactic

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
53
22
Thierry_Arttek
Bravo, je pense qu’il y a moins de risques, en decollant avec un avion, que une fusée, , la poussée et le stress de la structure sont bien plus faibles en avion, , allez au tour de bezos maintenant il doit avoir la pression à son apogée
SPH
Je craignais une catastrophe mais, heureusement, ça n’a pas été le cas.<br /> Bien joué
Fulmlmetal
Au contraire, décoller d’un avion est une opération complexe, il faut que le largage soit réussi, il faut que l’allumage réussisse, il faut éviter une turbulence au moment du lancement du moteur fusée, lors de la rentrée il faut que la transfert de poids par la basculement des ailes soit réussit, et il ne faut pas raté le retour en plané car c’est du one shot<br /> Une fusée c’est pensé pour un vol vertical, c’est optimisé pour la charge aérodynamique et le retour se passe tranquillement ne balistique et avec un parachute. C’est classique et maitrisé
SPH
Fulmlmetal:<br /> C’est classique et maitrisé<br /> La fusée de Jeff Besos s’est déjà écrasée lors d’un test d’atterrissage…
Fulmlmetal
C’était le tout premier vol d’essai, depuis il y a eu 14 vols réussis. Et à aucun moment la capsule n’a été en danger, c’est juste un «&nbsp;premier&nbsp;» atterrissage raté.<br /> Perso ça ne me choque pas qu’il y ait des incidents lors de vols d’essais, meme SpaceX n’a pas réussi ses récupération du 1er étage dès le premier coup. Les vols d’essais sont fait pour ça, tester, affiner les réglages, détecter les défauts et les corriger.
carinae
J’avoue rester perplexe devant toute cette débauche médiatique. Autant le procédé est original et il faut saluer l’effort technique autant je ne comprends pas cette fameuse dénomination de "tourisme spatial’. C’est un vol parabolique a 80 km d’altitude. Le gars est resté 5mn en apesanteur et est redescendu …de la a parler de tourisme… Qu’est-ce que doivent dire ceux qui sont allés sur l’ISS alors ??
Fulmlmetal
La dénomination de «&nbsp;tourisme spatial&nbsp;» concerne le fait d’avoir payé sa place pour un vol dans l’espace, que ce soit en orbite (il y en a déjà eu plusieurs) ou en en vol suborbital (c’est à dire un vol en cloche où on ne reste que quelques minutes dans l’espace).<br /> Tout comme pour l’aviation à ses débuts, les vols commerciaux touristiques ont été réservés aux plus riches, et c’est une étape indispensable avant d’avoir dans le futur des vols accessibles à tous dans l’espace. L’accès à l’espace coute cher mais plus il se démocratisera plus les prix baisseront. Meme si cela ne se fera pas aussi rapidement que pour l’aviation.
juju251
@rexxie Message supprimé car hors sujet.<br /> @Fulmlmetal Message supprimé, car réponse à un message supprimé.
pecore
Je rejoins @carinae. C’est une performance technique, ok, mais ce n’est finalement qu’un vol parabolique et un avion qui vole plus haut que les autres. Oui, c’est bien de l’avoir fait. Oui, cela peut ouvrir la voie à d’autres progrès. Mais dire que «&nbsp;l’humanité toute entière était bouleversée par ce vol révolutionnaire&nbsp;», il faudrait peut être redescendre un peu sur terre.
pagnelli
J’ai regardé le déroulement de ce vol est pour moi le résultat est plutôt mitigé. Effectivement un avion qui vole plus haut que les autres plus vite et qui fait un vol parabolique. Je ne suis même pas sûr qu’il soit resté 2 minutes en apesanteur nous n’avons vu aucune image de la vue extérieure ni de l’équipage en apesanteur à part un pied en l’air… j’espère que le vol de new Sherpa sera plus impressionnant…
tfpsly
pagnelli:<br /> Effectivement un avion qui vole plus haut que les autres plus vite et qui fait un vol parabolique.<br /> Un avion pas vraiment, c’est plutôt le principe des navettes spatiales de la Nasa : la montée (après le largage) se fait à la verticale en n’utilisant que la force du moteur fusée, et pas en utilisant la portance des ailes - donc pas sur le principe d’un avion.<br /> Les «&nbsp;ailes&nbsp;» ne servent qu’à freiner puis contrôlée la trajectoire pendant la descente, comme pour l’ancienne navette spatiale.<br /> Par contre l’utilité est assez limitée : la montée sous un avion, et la rentrée en atmosphère d’une navette, ne fonctionnent que sur Terre. Sur Mars l’atmosphère trop ténue empêche ces techniques.<br /> En plus la vitesse est assez faible, ne permettant pas de se libérer de la pesanteur terrestre (2200mph ~ 3500km/h) : impossible de rester dans l’espace (il faudrait atteindre 25000km/h; et la faible vitesse semble nécessaire pour permettre la rentrée). Il faudra aller un peu plus vite pour passer la ligne de Kármán, frontière de l’espace acceptée par la Fédération Aéronautique Internationale et internationalement reconnue.
lefranstalige
Le mec a réalisé un rêve, aller dans l’espace.<br /> Que ce soit pour 30 secondes ou 24h, il l’a fait.<br /> Bravo au mec et à son équipe.<br /> Si vous faites les blasés parce que vous avez accompli autant voire mieux de votre côté, bravo à vous également.
soaf78
Ce mec a dépensé des milliards pour faire un vol parabolique dans un avion à son nom… pour en vendre à ses potes multi millionnaires…<br /> Comme l’a twitté Stephen king il y a 2jours, c’est juste la preuve que certains ne sont pas assez taxés…<br /> Traitez moi de rageux, je vous attends
ivico
Branson nous fera voyager entre paris et tokyo en quelques heures d’ici 10/15 ans.<br /> Meme si je ne suis pas certain du bien fondé et des conséquences de la chose, c’est assez hallucinant.<br /> Du temps de Louis 14 il fallait 8/ 10 jours de cheval pour un paris - Marseille.<br /> 300 ans après, on 3/4h on ira manger des sushis.<br /> Vous imaginez passer un week-end à Tokyo vous?
lefranstalige
Au début, un vol commercial était réservé à une élite.<br /> Aujourd’hui c’est accessible à beaucoup de personnes.<br /> Les innovations sont - en générale - accessibles qu’aux plus fortunés au début et la technologie se démocratise ensuite.<br /> Si vous trouvez ça scandaleux de dépenser autant dans l’espace, dites-vous que prendre l’avion pour aller en vacances peut être vu comme tout aussi scandaleux de la part d’un type qui crève la faim en Afrique. Les échelles sont différentes mais le principe est le même.<br /> Aller en vacances en avion et critiquer ce qu’il fait relève de l’hypocrisie.
soaf78
Le vol spatial n’a pas comme but à moyen terme de transporter quelqu’un d’un point A à un point B mais juste de faire un tour à la frontière de notre planète, contrairement aux avions…<br /> lefranstalige:<br /> Si vous trouvez ça scandaleux de dépenser autant dans l’espace, dites-vous que prendre l’avion pour aller en vacances peut être vu comme tout aussi scandaleux de la part d’un type qui crève la faim en Afrique. Les échelles sont différentes mais le principe est le même.<br /> Aller en vacances en avion et critiquer ce qu’il fait relève de l’hypocrisie.<br /> Je ne prends plus l’avion depuis quelques années déjà, mais je ne porte aucun jugement sur ceux qui le font…<br /> Je suis juste surpris de l’émerveillement que suscite ce délire égocentrique qu’est le vol parabolique pour millionnaires…
soaf78
on parle ou pas du cout carbone monstrueux pour gagner quelques heures ?
Fulmlmetal
@ivico «&nbsp;Branson nous fera voyager entre paris et Tokyo en quelques heures d’ici 10/15 ans.&nbsp;»<br /> Il n’existe aucun projet concret en ce sens
MisterG55
Y’a pas d’exploit, c’est pas le premier à le faire.<br /> Il s’est juste fait plaisir le gars.
Fulmlmetal
tfpsly:<br /> Un avion pas vraiment, c’est plutôt le principe des navettes spatiales de la Nasa : la montée (après le largage) se fait à la verticale en n’utilisant que la force du moteur fusée, et pas en utilisant la portance des ailes - donc pas sur le principe d’un avion.<br /> Les « ailes » ne servent qu’à freiner puis contrôlée la trajectoire pendant la descente, comme pour l’ancienne navette spatiale.<br /> Pourtant la définition de l’avion, c’est un appareil muni d’aile et volant au moyen d’un moyen de propulsion. Ce qui est le cas avec le SS2.<br /> Bon en général, comme pour le X15 en son temps on parle souvent d’avion fusée. surotut que le SS2 ne décolle pas à la verticale mais se comporte bien en avion durant sa phase propulsé, les ailes servant au guidage de l’appareil. Disons que c’est un avion particulier qui se comporte comme un avion au lancement, comme une fusée dans sa phase haute atmosphère, et comme un planeur au retour.<br /> tfpsly:<br /> Par contre l’utilité est assez limitée : la montée sous un avion, et la rentrée en atmosphère d’une navette, ne fonctionnent que sur Terre. Sur Mars l’atmosphère trop ténue empêche ces techniques.<br /> Je ne vois pas trop ce que Mars vient faire ici. On parle ici d’un appareil destiné au vol suborbital sur Terre<br /> tfpsly:<br /> En plus la vitesse est assez faible, ne permettant pas de se libérer de la pesanteur terrestre (2200mph ~ 3500km/h) : impossible de rester dans l’espace (il faudrait atteindre 25000km/h; et la faible vitesse semble nécessaire pour permettre la rentrée). Il faudra aller un peu plus vite pour passer la ligne de Kármán, frontière de l’espace acceptée par la Fédération Aéronautique Internationale et internationalement reconnue.<br /> Vous n’avez visiblement aucune notion. La vitesse ne vous libère pas de la pesanteur, ni meme de la gravité. elle permet juste de recréer un état d’apesanteur par un vol hyperbolique. L’avion retombe à la meme vitesse que ses occupants simulant une pesanteur temporaire. Le SS2 recrée les memes conditions qu’un avion Zero G mais plus haut, plus vite, donc le temps d’apesanteur est juste plus long.<br /> Quand à la ligne de Karman, ce n’est pas une frontière «&nbsp;acceptée&nbsp;» par la FAI mais un seuil purement symbolique de l’espace qui a été choisi. Mais sur ce point je suis d’accord que Virgin joue sur une astuce douteuse pour faire croire qu’ils vont dans l’espace, d’un point de vue marketing il était important de dire «&nbsp;voyage dans l’espace&nbsp;». Vu que le SS2 ne pouvait atteindre les 100km, ils ont magouillé en reprenant une vieille norme de l’Air Force datant du X-15.
Fulmlmetal
MisterG55:<br /> Y’a pas d’exploit, c’est pas le premier à le faire.<br /> Il s’est juste fait plaisir le gars.<br /> On est d’accord ce n’est pas un exploit, surtout quand bien avant des touristes partent en orbite. Mais cet évènement est symbolique, c’est le début d’une nouvelle ère, celui du vol touristique de masse dans l’espace (je préfère parler de Mésosphère dans le cas de Virgin ).<br /> après qu’il se soit fait plaisir, c’est un peu la définition du tourisme, non ?<br /> Et si la richesse et l’amusement de certains peut faire vivre des sociétés, des employés et des sous traitants, c’est une bonne chose, non ?
ld9474
Je ne vois rien d’extraordinaire dans ce qui a été fait mais ca pose de sérieuses questions:<br /> Aujourd’hui les entreprises privées sont aussi puissantes que les Etats sur des projets précis. Demain encore plus car elles n’ont pas de citoyens à s’occuper<br /> Quel est le coût écologique pour que 3 bonhommes puissent se faire plaisir?<br /> Le monde de demain n’est-il pas la fin des Etats-Nations et l’avènement des entreprises nations? Je sais que certains ce sont «&nbsp;moqués&nbsp;» de moi dans un autre post en disant que ce n’est pas demain qu’on sera des amazoniens ou des microsoftiens mais quand on voit les états endéttés et la richesse des GAFAM, la question mérite d’être posée. Et ce avec toutes les conséquences derrière.<br /> En tous cas bravo à lui il a eu une vie pleine et aboutti sur une belle réussite. Ce que l’on peut juste regretter c’ets cette course à l’égo ! C’est moi le premier et pas l’autre. On faisait la même chose en maternelle !<br />
tfpsly
Fulmlmetal:<br /> surotut que le SS2 ne décolle pas à la verticale mais se comporte bien en avion durant sa phase propulsé, les ailes servant au guidage de l’appareil<br /> Le SS2 ne décolle pas puisqu’il est largué <br /> Il est bien monté verticalement, les ailes ne servent qu’à la descente :<br /> 1200×622 89 KB<br /> Va pour «&nbsp;avion-fusée&nbsp;» et «&nbsp;navette&nbsp;». Le meilleur terme est «&nbsp;avion spatial&nbsp;» Wiki liste bien les navettes et VSS comme avions spatiaux<br /> Fulmlmetal:<br /> Vous n’avez visiblement aucune notion. La vitesse ne vous libère pas de la pesanteur, ni meme de la gravité. elle permet juste de recréer un état d’apesanteur par un vol hyperbolique. L’avion retombe à la meme vitesse que ses occupants simulant une pesanteur temporaire.<br /> Pour répondre sur le même ton : vous n’avez visiblement aucune notion de lecture. Je parlais de vitesse de libération, qu’il faut bien atteindre pour entrer et rester dans l’espace.<br /> Fulmlmetal:<br /> Quand à la ligne de Karman, ce n’est pas une frontière « acceptée » par la FAI mais un seuil purement symbolique de l’espace qui a été choisi.<br /> FAI.org - 100KM ALTITUDE BOUNDARY FOR ASTRONAUTICS<br /> 100KM ALTITUDE BOUNDARY FOR ASTRONAUTICS<br /> …<br /> c) The Karman Line: Adoption in International Standards<br /> Von Karman presented the result of this work in front of the IAF, which accepted it without much interest, because they were really not concerned with the problem of separating both fields. But the things worked differently for the FAI, deeply involved in human records for Aeronautics.<br /> … The approved rules became Chapter 8 of the FAI Sporting Code. Naturally, they started by setting the rule that a flight could only be considered an Astronautical flight, and then qualify for a record under Chapter 8 of the FAI Sporting Code, when that flight goes beyond the 100 Km line, i.e. the Karman Line.<br /> …<br /> Although the Karman Line had been a theoretical construction, it was later demonstrated to be a real thing. I do not mean there is anything magic about the exact 100 Km., but it has been shown that, about that altitude, things change.<br />
Fulmlmetal
tfpsly:<br /> Le SS2 ne décolle pas puisqu’il est largué <br /> Il est bien monté verticalement, les ailes ne servent qu’à la descente :<br /> Oui je suis d’accord sur le terme décollage, mais je te confirme que les ailes servent au début de son vol propulsé. Sans elles, il serait impossible à l’appareil de se stabiliser et de prendre la bonne direction. Le SS2 est largué à 10km environ mais les ailes servent jusqu’à plus de 30km, altitude maximum pour la portance d’un avion.<br /> Pour le reste on dit un peu la meme chose mais d’une façon un peu différente, mais on semble d’accord. disons que je trouve juste vos termes un peu mal choisis mais ce n’est qu’un détail.
MisterG55
ça peut plomber une société, les romains s’amusaient beaucoup aussi. ^^
Paraphe
Ni conscience ni civisme écologique pour si peu ? Une bonne technicité, pour un vain projet. Et pourquoi pas un projet de tourisme (de masse ?) vers mars…tant qu’à plumer quelques milliardaires qui ne savent plus comment gaspiller. Ah j’oubliais l’essentiel : se faire PLAISIR !
nordic16
Tout à fait et ceux qui sont allés sur l’ISS ont RÉELLEMENT franchis notre atmosphère au contraire de ce vol qui est resté dans l’atmosphère terrestre. Sans compter qu’au contraire du vol et des futur vols des navettes de Virgin Galactic les missions pour l’ISS sont de nature scientifiques non commerciales pour amuser les plus riches et servir de «&nbsp;buzz&nbsp;» publicitaires aux entreprises commerciales de Virgin et autres.
Urleur
on me dit dans l’oreille que Bezos a dit : Branson n’a jamais fait ce vole et n’était pas dedans.
tfpsly
Je ne sais pas si tu faisais une blague, ou déformais une information. Bezos disait il y a deux jours que Branson n’a fait qu’approcher la frontière de l’espace et ne l’a pas attteint : CNBC - Billionaires fight over what is actual outer space as Branson gets set to launch before Bezos<br /> Branson’s Virgin Galactic flies above 80 kilometers (or about 262,000 feet), which is the altitude the U.S. recognizes as the boundary of space, while Bezos’ Blue Origin flies above 100 kilometers (or about 328,000 feet), which is commonly known as the Kármán Line.<br /> Bon c’est le petit combat de coqs milliardaires, l’un utilisant la limite des USA et l’autre celles du reste de la planète.<br /> twitter.com<br /> Blue Origin (blueorigin)<br /> From the beginning, New Shepard was designed to fly above the Kármán line so none of our astronauts have an asterisk next to their name. For 96% of the world’s population, space begins 100 km up at the internationally recognized Kármán line. https://t.co/QRoufBIrUJ<br /> 3:33 PM - 9 Jul 2021<br /> 3.7K<br /> 640<br />
Stef_R
Pour gagner quelques heures ???<br /> Il n’a rien gagné en temps… il en a pris pour se faire plaisir.<br /> Je ne pense pas qu’il allait au bureau ou faire des courses au supermarché du coin.
Stef_R
Tu peux passer ta commande de Sushi grâce aux applis bien plus près de chez toi, sans gâcher du carburant juste pour frimer.
Stef_R
et qu’en pense Mimie Maty, puisque tu as l’air de connaître tellement de monde ?
Stef_R
ebottlaender
Non, «&nbsp;on&nbsp;» ne faisait pas ça dans les années 60.
ivico
J’évoque une probable tendance future. Pas un souhait personnel.
Stef_R
Il y aura de plus en plus d’optimisation pour ne pas gâcher les ressources naturelles, sauf pour les élites qui peuvent, comme à l’habitude, tout se permettre.
Stef_R
pour défendre @elminster44 , je crois bien qu’on faisait ça en effet…<br /> fr.wikipedia.org<br /> Chronologie de l'exploration spatiale<br /> L’exploration de l’espace, parfois appelée conquête de l’espace consiste en l'exploration physique de l'espace, c'est-à-dire de tous les objets extérieurs à la Terre. L’exploration du système solaire en constitue la première étape, un des événements majeurs de la seconde partie du XXe&nbsp;siècle sur le plan scientifique, mais aussi de façon plus large pour nos sociétés, par l'expansion prodigieuse de cette nouvelle frontière. Une colonisation de l'espace pourrait en effet apparaître comme l'aboutisse...<br />
juju251
elminster44:<br /> North American X-15 — Wikipédia<br /> Et c’était ouvert aux citoyens (certes assez fortunés pour se payer le prix du billet) ?<br /> Ah et pour tous ceux qui soutiennent que «&nbsp;ce n’est pas un exploit&nbsp;», allez-y, créez une société, développez la technologie pour le faire et on en reparlera.<br /> A vous lire (enfin certains), c’est le genre de choses courantes et accessibles à tout le monde en 2021.<br /> Mais bon, faut bien critiquer quelque chose …
ebottlaender
Ben oui bravo il y avait le X-15, mais si vous vous renseignez un tout petit peu, vous verrez que tout est différent entre cet appareil et celui évoqué dans l’article. La conception, les matériaux, la propulsion, le nombre de personnes dedans, le fait que ce soit privé, le nombre de pilotes, la structure… Bref, ce sont des projets qui n’ont de commun que leur finalité, celle de faire un vol parabolique suborbital.<br /> Donc non, on ne faisait pas ça dans les années 60.<br /> «&nbsp;On&nbsp;» (les USA en tant que nation) faisait autrement.<br /> Et rien ne vous empêche de trouver que le projet de Branson est un fiasco, inécologique et cher, mais cet avis qui est bien personnel n’en est pas pour autant une vérité universelle.<br /> PS si vous ne voyez pas la différence entre le X-15 et le VSS Unity, ce n’est pas chez Clubic qu’il faut venir, mais chez Afflelou…
rmichel
Je suis juste surpris qu’a aucun moment on ne parle de Burt Rutan et de Scaled Composite, l’ingénieur et de sa société derrière ce projet depuis plus de 40 ans. Un ingénieur qui a entre autre inventé le VariEze. Petit avion léger rapide en «&nbsp;plastique&nbsp;». Il a eu besoin de Branson pour continuer à financer ce projet, qui pour l’instant est loin d’être rentable, mais qui est techniquement impressionnant. Puisque que ces grosso modo les techniques du composite au profit de l’aviation légère qui est mis en oeuvre dans ce projet avec le hic, le moteur fusé qui a été très difficile à mettre au point. Normal rien à voir avec un Rotax ou un Lycoming.
juju251
elminster44:<br /> T’es fanboy de Sir Branson<br /> Ah.<br /> Tu viens de me l’apprendre.<br /> Il y a quand même une demie mesure, le monde ne se limite pas aux «&nbsp;anti&nbsp;» et aux «&nbsp;fans&nbsp;».
ebottlaender
On parle de lui… Pour ce qu’il a fait ! C’est à dire le design global du SpaceshipOne, qui a volé en 2004 (voir notre article dédié, il est en lien dans le chapeau de celui-ci). Burt Rutan et Scaled Composites ont été des éléments clés au début du projet et notamment dans la période 2004 -2014, avant de se faire purement et simplement évincer (Rutan lui-même n’était présent que dans les premières années, avant de tourner son attention ailleurs) au profit d’une internalisation.<br /> Le but dans cet article n’est pas de reprendre en détail l’historique de Virgin Galactic (17 ans, c’est long) mais de parler du vol du 11 juillet.
pecore
lefranstalige:<br /> Si vous faites les blasés parce que vous avez accompli autant voire mieux de votre côté, bravo à vous également.<br /> Tu fais exprès d’être désagréable avec tout le monde ou c’est naturel ? Si un certain nombre de personnes ici, dont moi, disent qu’ils ne sont pas impressionnés par ce vol, c’est qu’ils ne le sont pas, point. Et si nous ne sommes pas impressionnés c’est peut être parce que nous trouvons que cela n’apporte rien de nouveau, que c’est même assez biaisé niveau communication, qu’on envoi des engin au dessus des 100 km, donc VRAIMENT dans l’espace, depuis 1944 et des hommes depuis 1961. La seule différence c’est qu’ici c’est un loisir couteux, ce qui n’est pas un crime mais n’a rien de particulièrement glorieux non plus.<br /> Quant à mes accomplissements, qui ne te concernent en rien, j’en suis très satisfait, merci bien. Je n’ai nul besoin de jalouser ou de dénigrer les autres.
ebottlaender
C’est aussi pour ça qu’on évite de vous consulter en particulier pour savoir ce qui mérite ou non des articles. Le jour où vous aurez suffisamment de poids pour museler les gens et les empêcher d’écrire sur l’actualité, je saurais que je pourrais changer de métier tranquillement.<br /> Nulle part par contre je n’écris que c’est révolutionnaire. Et puis c’est rigolo, sous prétexte qu’il y a eu quelques rares vols paraboliques suborbitaux dans les années 60 (avec, j’insiste, une technologie complètement différente), il n’y aurait plus la peine d’en parler ? Ca n’a pas de sens.
Blackalf
Ce ne serait peut-être pas aussi pénible si un grand nombre de commentaires, d’avis et d’opinions n’étaient pas que ça, de la critique et de la recherche de négatif avant tout. C’est si prononcé dans certains cas qu’on en arrive même à se dire que si ces personnes ont la même attitude dans la vie, elles ne doivent ni avancer ni évoluer mais stagner.
rmichel
J’ai bien compris que l’accent était mis sur R. Branson et sa compagnie Virgin, vous faites comme les autres. C’était le moment de rendre à César ses lauriers, dommage. En cherchant sur Internet Scaled composite semble toujours exister, en tout cas ils ont un site, qui n’est pas une preuve de quoi que se soit. J’ai également trouvé que B. Rutan «&nbsp;conteste l’ampleur, les causes et les effets du réchauffement climatique&nbsp;» , comme quoi personne n’est parfait. Mais il reste un ingénieur de l’aéronautique qui compte, plus que R. Branson, en tout cas.
ebottlaender
Personne n’écrit que Scaled Composites n’existe plus, mais qu’ils ne sont plus sur le projet depuis 2014 (et Burt Rutan depuis encore plus longtemps).<br /> Mais bon puisque vous êtes visiblement persuadé(e) que c’est un ingénieur de génie et que personne ne veut parler de lui, tant pis. J’imagine que vous avez lu l’article que je vous conseillais dans le post précédent…
Zimt
Musk va rafler le haut du panier car sa fusée va beaucoup plus haut, tout simplement.<br /> Mais bon, ça restera un délire pour ultra-riches et la solution de Virgin peut être une solution plus rassurance pour beaucoup : en cas d’erreur d’allumage, il y a toujours moyen de couper le moteur et d’atterrir en vol plané sur une piste assez lingue grâce à la vitesse acquise.<br /> Bezos fera l’intermédiaire et surtout beaucoup plus de vols car les cadences possibles sont bien plus élevée.
rmichel
Je n’ai pas compris comment accéder à l’article que vous m’avez conseillé. Je vois que beaucoup de gens critique ce vol. Je ne le critique pas, j’aurai juste aimé que l’on parle de l’ingénieur qui en était à l’origine, c’est tout. Vu que vous le connaissez, cela ne mangeait pas de pain d’en parler. Cela ne fait pas de Burt Rutan un ingénieur de génie, je n’ai pas dit cela, mais un ingénieur qui compte dans l’aviation légère. Ce n’est pas si mal, comme Jean Délémontez et Pierre Robin à leur époque.
ebottlaender
Clubic.com – 8 Nov 20<br /> Avion fusée SpaceshipOne : un rêve touché du bout des doigts<br /> Premier avion fusée développé avec des fonds privés, SpaceShipOne <br /> fut le vainqueur du « X-prize » en atteignant deux fois de suite la Ligne de Karman lors de vols paraboliques en 2004. Un record qui continue d'attiser les convoitises…<br />
Fulmlmetal
Pourquoi dès qu’il y a un sujet sur l’espace ou l’aviation, il y a systematiquement les rageux de l’écoclogie qui déversent leur haine et mauvaise foi ?<br /> Et Internet ça ne pollue pas ? un humain ça pollue beaucoup aussi dans sa journée. On faiut la liste de tout ce qui pollue ?<br /> Et pour ce vol, pour ceux qui n’ont rien compris ou ne veulent pas comprendre, l’évènement dans ce vol ne réside pas forcément dans un exploit mais plutot le début d’une nouvelle ère, celui du tourisme spatial, meme si c’est encore réservé aux riches comme ce fut le cas au début pour l’aviation.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

La part de mineurs dans l'audience de Pornhub est impressionnante, selon le rapport du Sénat
Entre micmacs financiers et idéologiques, que révèlent les messages d'Elon Musk exposés par le procès Twitter ?
Greenpeace investit 1 million de dollars dans une campagne pour changer le Bitcoin
La carte d'identité numérique commence son déploiement sur iOS
David Elbaz, la course aux galaxies les plus lointaines avec le télescope James Webb
Découvrez les nouvelles voix de Google
Après Netflix, le CPF, Ameli... cette nouvelle arnaque par SMS concerne la vignette Crit'air
Le Dyson V8 Extra profite d'une remise à ne pas louper !
Windows 11 : vous avez des problèmes d'imprimante ? C'est
Comment ce cadre d'Apple s'est fait virer à cause d'une blague grossière tirée d'un film
Haut de page