Uber Eats : quand l'application pousse les livreurs à jouer avec leur vie

Alexandre Boero Contributeur
25 septembre 2019 à 09h49
0
Livreur Uber Eats
© LCV / Shutterstock.com

La plateforme Uber Eats a été égratignée par une enquête diffusée sur France 2, mardi, qui dénonce la façon dont les coursiers sont malmenés.

Hasard ou coïncidence, le magazine Cash Investigation a diffusé, mardi 24 septembre, son enquête sur les pratiques des deux plus importantes plateformes de livraison de repas en France, Deliveroo et Uber Eats. Cette dernière met justement en place la nouvelle tarification destinée à ses coursiers ce mercredi 25 septembre. Mais c'est sur un point particulier que nous décidons de nous arrêter ici : le reportage évoquait en effet, et entre autres, la dangerosité de l'activité de livreur.

Un GPS pour voiture dans les mains des coursiers opérant à... vélo

Dans le fond, on se doute bien que l'activité d'un coursier présente des risques, surtout lorsque vous exercez avec un deux roues, que ce soit un scooter ou, pire encore, un vélo. Mais l'enquête de Cash Investigation permet de porter à notre connaissance quelques détails « croustillants » qui tendent à montrer que les livreurs jouent avec leur vie, quitte à la perdre.


On apprend notamment que le GPS utilisé par les auto-entrepreneurs-coursiers de la plateforme qui circulent à vélo n'est pas spécialement destiné à leur activité puisqu'il s'agit d'un système de navigation pour... Voiture. Aussi, les livreurs ont parfois la désagréable surprise de se retrouver sur des voies rapides, sur lesquelles il est interdit et extrêmement dangereux de circuler.

Un autre exemple, criant, fera bondir certains de leur chaise. Les soirs de tempête, il est forcément difficile d'imaginer que les livreurs Uber pullulent dans nos rues. Pourtant, du moment qu'il y a une demande, le coursier doit répondre présent pour acheminer les commandes. Ainsi, durant la tempête Gabriel, qui a traversé la France à la fin du mois de janvier cette année, Uber Eats avait mis en place des bonus importants, pour inciter ses coursiers à mettre le nez dehors. Et prendre des risques démesurés. « J'étais constamment déporté sur mon vélo », témoigne un livreur, conscient des dangers mais appâté par la rémunération.

Un livreur a perdu la vie, de nombreux ont été accidentés

Franck Page, coursier, fut mortellement fauché par un poids lourd, près de Bordeaux, le 17 janvier 2019, alors qu'il effectuait une livraison pour Uber Eats. Si aucun bonus n'était proposé ce jour-là, son activité le poussait à prendre des risques souvent inutiles, pour aller toujours plus vite et dégager plus de revenus.

Il n'existe pas, aujourd'hui, de statistiques officielles sur la fréquence des accidents des livreurs français, mais il y en aurait tous les jours. Pour trouver des données chiffrées, il faut traverser la frontière, direction la Belgique. Une ancienne employée d'Uber Eats, qui gérait les documents administratifs en cas d'accident d'un coursier, a consigné les données de 4 000 d'entre eux.

Si l'on prend l'ensemble des livreurs qui étaient sous sa supervision, 4 % d'entre eux auraient eu un accident. Mais le chiffre ne représente pas la réalité dans la mesure où chaque livreur avale un nombre d'heures et de kilomètres différents chaque semaine et chaque mois. En se basant sur le nombre de d'ETP (équivalent temps plein, qui exige de prendre en compte toutes les heures de travail, et de calculer à combien de livreurs à plein temps cela correspond), le chiffre grimpe à 39 % en 2017 en Belgique. Un chiffre qui aurait pu être plus important, les coursiers Uber Eats étant payés à l'heure dans le pays en 2017.

Source : france.tv
Modifié le 25/09/2019 à 09h58
12 réponses
12 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi
Dyson laisse tomber son projet de voiture électrique
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top