L'arrêt des véhicules thermiques d'ici 2040 coûterait 500 milliards sur 20 ans

Alexandre Boero Contributeur
30 mai 2019 à 17h40
0
Voiture electrique

La fin des ventes des véhicules à moteur thermique à l'horizon 2040 coûterait très cher à la France. La cause : l'arrêt de la TICPE, une taxe ô combien rémunératrice.

En mars dernier, l'Assemblée nationale et le Sénat déposaient un rapport tendant vers une interdiction définitive des ventes de véhicule diesel et essence à horizon 2040, pour ensuite viser une neutralité carbone en 2050. Les rapports ont établi plusieurs pistes, électrique, hybride et hydrogène pour franchir le cap. Mais le coût de cette transaction sera colossal, du fait de la fin de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE).

500 milliards d'euros de moins sur 20 ans


Pour mettre fin aux véhicules thermiques, l'État va devoir se passer de recettes fiscales colossales. Si la TICPE devrait rapporter environ 37,7 milliards d'euros à l'administration fiscale, le manque à gagner d'ici à 2040 pourrait s'élever à 500 milliards d'euros. Alors comment compenser la disparition de cette poule aux œufs d'or, dont près de la moitié des recettes (45%) reviennent directement au budget général de l'État, tout en respectant l'objectif prescrit par le rapport parlementaire ? Les élus ont établi trois scénarios distincts.


Le premier est le scénario Médian. Il se cale sur les attentes des scientifiques en matière de batteries et de piles à combustible. Ici, les rapporteurs tablent sur l'émergence des hybrides non rechargeables, grâce au faible surcoût à l'achat et au gain de consommation immédiat. Dans ce scénario, les EV (véhicules 100% électrique) équiperaient 59% du parc de véhicules français, les hybrides non rechargeables 22%, et les PHEV (hybride rechargeable avec électrique pour la ville et thermique pour l'extra-urbain) 19%. Il n'y aurait donc plus de véhicules 100% thermiques.

Développement souhaité des batteries et de l'hydrogène


Le second scénario, Pro-batterie, concentre les efforts sur les batteries pour en faire baisser les coûts. Ce dernier peut faire écho à la volonté franco-allemande de s'unir pour ériger un « Airbus des batteries ». Ici, on imagine un développement rapide des batteries, à la fois sur le plan technique et sur le plan économique. Le pack batterie en 2040 tomberait ainsi de 120 €/kWh à 50 €/kWh.


Le troisième et dernier scénario, Pro-hydrogène, fait la part belle aux piles à combustible et aux réservoirs à hydrogène, pour en faire baisser les prix. Dans ce scénario, le prix de l'hydrogène à la station atteindrait non pas 5€/kg (comme le préconise le scénario Médian) mais 3€/kg en 2040. Avec un véhicule de taille moyenne vendu à 27 200 euros, les livraisons pourraient décoller dès 2030. Mais ce scénario n'a de sens que si l'hydrogène venait à être sollicité par le secteur industriel, comme le recommande le plan national.

Le rapport prédit en tout cas de réelles baisses des émissions de CO2. Mais ces dernières ne déboucheront sur une neutralité carbone à horizon 2040 que dans le cas où les biocarburants se développent, au détriment des carburants fossiles.

Source : Journal Auto.
35 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait
Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top