La transition vers les véhicules électriques sera "douloureuse", d'après le patron de PSA

le 04 mars 2019
 0
Peugeot e208

Carlos Tavares, patron du groupe PSA, a livré ses inquiétudes quant aux dernières décisions de l'Union européenne favorisant les voitures électriques, dans une interview au Figaro. D'après lui, ces mesures pourraient menacer l'industrie automobile européenne et ses 13 millions d'emplois.

En décembre dernier, le Parlement européen a voté en faveur d'une transition énergétique impliquant largement le marché automobile. Elle prévoit notamment une réduction des émissions de CO2 des voitures de 37,5 % entre 2021 et 2030, et de 31 % pour les utilitaires.

13 millions d'emplois en danger


Pour le président du directoire du groupe PSA, cet accord « met en péril les emplois de 13 millions de personnes dans l'industrie et pourrait déstabiliser certaines de nos entreprises européennes ». Se défendant pourtant de tout chantage à l'emploi, Carlos Tavares met également en avant « la suppression de plus de 20 000 postes », déjà actée dans le secteur automobile européen.

De manière générale, les sociétés du continent seraient menacées de faillite par les objectifs imposés par l'UE. Car selon Tavares, « si les constructeurs européens ne vendent pas assez de véhicules électriques d'ici 2020, 2025 et 2030, ils se retrouveront ruinés par des amendes ». Il faut noter que le dirigeant est également à la tête de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), principal lobby de l'industrie en Europe.

Une dépendance accrue aux fabricants de batteries asiatiques


Pour le patron de PSA, tout le monde ne serait pas perdant dans l'affaire. En effet, cela profiterait particulièrement à... l'Asie. Les fabricants de batteries de ce continent verraient ainsi leur nombre de commandes grimper en flèche.

Pour limiter cette dépendance, la France et l'Allemagne ont récemment signé un accord prévoyant un investissement de 1,7 milliard d'euros, afin de produire des batteries de voiture électrique en Europe. Une initiative saluée par Carlos Tavares, affirmant que PSA avait étudié le sujet avec attention, mais « le capital initial nécessaire est colossal », d'après le dirigeant. De même, le groupe Bosch se serait penché sur la question, mais aurait estimé que le projet n'était pas rentable.

Source : Business Times

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
L'UE vote en faveur d'une nouvelle limite d'émission de CO2 pour les camions
Test LIFX Beam : l’éclairage connecté au service du design d’intérieur
Oups : Facebook a
Programmation : quels langages sont les plus recherchés et rémunérateurs ?
Google et Amazon font la paix : Chromecast va désormais supporter Amazon Prime Video
Finalement, Pepsi abandonne son idée de mettre de la publicité en orbite
MSI annonce que les cartes mères en chipset AMD 300 supporteront bien les Ryzen 3000
Mi 9 SE, trottinette électrique : Xiaomi signe une distribution exclusive avec Fnac Darty
Notre-Dame de Paris : Drones, robots... La technologie de plus en plus sollicitée par les secours
Les GAFAM désarment un projet de loi protégeant les données personnelles des utilisateurs
Les Furtifs, le dernier livre phénomène d'Alain Damasio, sort aujourd'hui
scroll top