Surprise (non) : voitures électriques et basses températures ne font pas bon ménage

Par
Le 11 février 2019
 0
tesla

AAA, une organisation à but non-lucratif au service des automobilistes, a effectué une batterie de tests sur cinq voitures électriques dans des conditions climatiques extrêmes. Résultats : à très basse température, l'autonomie chute de 41 %.

Si l'un des principaux points noirs des véhicules électriques de notre époque réside dans leur autonomie souvent trop modeste, l'étude publiée par AAA, une organisation à but non-lucratif au service des automobilistes, ne risque pas nous rassurer. Car selon ses tests réalisés sur cinq voitures électriques, l'autonomie perd clairement de sa superbe lorsque les conditions climatiques se veulent extrêmes.

Voiture électrique et froid, un divorce consommé

La BMW i3s (2018), Chevrolet Bolt (2018), Nissan Leaf (2018), Tesla Model S 75D (2017) et Volkswagen e-Golf (2017) ont ainsi été mises à l'épreuve du froid, à des températures avoisinant les -6 °C. Tout en activant le chauffage à l'intérieur de l'habitacle. Conséquence : l'autonomie des véhicules chute de 41 % en moyenne, réduisant considérablement le nombre de kilomètres normalement parcourus.

À titre d'exemple, si la batterie de votre véhicule électrique vous permet encore de parcourir 100 kilomètres, mais que la température extérieure se trouve en deçà des -6 °C et que le chauffage est activé, alors votre modèle ne tiendra que 59 kilomètres environ. Le constat semble similaire au contact de températures très élevées, mais dans une moindre mesure tout de même.

Les très hautes températures ont un impact également négatif

Selon les observations de AAA, une voiture électrifiée perdrait 17 % de sa durabilité lorsque les températures tutoient les 35 °C et que la climatisation aère l'ensemble des passagers. Dans les deux cas, l'utilisateur sera contraint de recharger les batteries de son bien de manière plus régulière, gonflant de facto la note d'électricité dédiée à son véhicule électrique.

« Tant que les conducteurs comprendront qu'ils sont limités lors de l'utilisation d'un véhicule électrique dans des conditions climatiques extrêmes, alors ils ne seront pas pris au dépourvu lorsque l'autonomie du véhicule chutera de manière inattendue », tient à signaler Greg Brannon, Directeur de l'ingénierie automobile chez AAA.

Morale de l'histoire : il vaut encore mieux utiliser son véhicule électrique dans des pays au climat modéré.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités Voiture électrique

scroll top