Test Philips PicoPix MaxTV : un vidéoprojecteur que vous aurez envie d'emmener partout

Alban Amouroux
Spécialiste Audio Vidéo
08 avril 2022 à 12h00
5
Philips PicoPix MaxTV objectif

La vidéoprojection rime désormais avec mobilité. Les vidéoprojecteurs compacts prêts à délivrer une grande image n’importe où sont bien plus nombreux que les gros 4K pour salles dédiées. Loin de nous l’idée de les comparer, mais on voit clairement dans quelle direction va la tendance. Philips n’est pas nouveau sur ce créneau avec de multiples références disponibles depuis des années. Le dernier PicoPix MaxTV renouvelle le genre avec une qualité d’image encore améliorée.

Philips PicoPix MaxTV
  • Image éclatante dans les hautes lumières
  • Section sonore de qualité
  • Android TV avec le support de Netflix
  • Silence relatif de fonctionnement
  • Connectivité suffisante
  • Peu de détails dans les basses lumières
  • Cadre gris autour de l’image
  • Pas de sacoche de transport

Les téléviseurs sont de plus en plus grands et de moins en moins chers. Certains ne peuvent s’en satisfaire car ce grand rectangle noir sur le mur leur est insupportable, telle une verrue au milieu de leur déco. Et puis il y a aussi cette volonté de ne pas avoir de télévision tout simplement. Pourtant, on veut pouvoir regarder un film de temps en temps, un grand événement sportif ou un concert. Le vidéoprojecteur portable est l’appareil incontournable pour cet usage : il propose une grande image pour une ambiance salle de cinéma et il se range dans le placard une fois la séance terminée.

Les vidéoprojecteurs nomades sont suffisamment performants désormais pour s’acquitter de cette tâche sans arrière-pensée. Il fallait auparavant faire appel à des projecteurs destinés aux présentations PowerPoint dans les entreprises. L’image était délavée, la résolution trop faible et le bruit du ventilateur à la limite du supportable. La miniaturisation des composants a permis de développer des projecteurs grand public encore plus compacts que les modèles pour salles de réunion au fonctionnement adapté en appartement ou en maison. Les derniers modèles comme ce Philips PicoPix MaxTV sont même connectés pour éviter d’avoir à connecter une source vidéo.

Philips PicoPix MaxTV lifestyle
©Philips

Fiche technique Philips PicoPix MaxTV

Caractéristiques techniques

Système d'exploitation
Android TV

Connectiques

Entrées vidéo
HDMI
Sorties audio
Audio numérique S/PDIF Optique, Prise Casque - Jack 3.5mm
Connecteur(s) additionnels
USB 2.0 Type A, USB 3.0 Type C

Connectivité

Wi-Fi
Oui
Version Wi-Fi
5
Bluetooth
Oui
Version Bluetooth
5
Ethernet
Non
Assistant vocal
Google Assistant
NFC
Non
AirPlay
Non

Projection

Technologie de projection
DLP
Résolution native
1080p
Résolution d’affichage
1 920 x 1 080 pixels
Durée de vie de l'éclairage
30 000h
Taux de contraste natif
1000/1
Zoom optique
Numérique
Lens shift horizontale
Oui
Lens shift verticale
Oui
Correction trapézoïdale horizontale
Automatique
Correction trapézoïdale verticale
Automatique

Caractéristiques physiques

Hauteur
158mm
Largeur
150mm
Profondeur
119mm
Poids
1 960g
Haut-parleurs
2 x 12 w

Design : un mini cube à poser ou à fixer sur un trépied

Le PicoPix MaxTV prend la forme d’un pavé noir brillant aux arêtes arrondies. C’est un design classique pour les mini vidéoprojecteurs portables. D’autres fabricants font un peu plus d’efforts avec des coloris qui changent ou l’application de tissu pour réduire les surfaces en plastique. Contrairement à d’autres, le Philips n’a pas de poigné de transport. Bien que son encombrement soit minimal, il ne sera pas facile de l’attraper à une seule main malgré un poids inférieur à 2 kg.

Philips PicoPix MaxTV face avant
©Alban Amouroux pour Clubic

L’ensemble est dépouillé avec une face supérieure accueillant quelques touches de contrôles sensitives. A l’avant, l’objectif est protégé par une mini trappe coulissante manuellement. Les côtés sont constellés de multiples ouvertures pour laisser s’échapper les calories produites par la source lumineuse. 

Philips PicoPix MaxTV côté
©Alban Amouroux pour Clubic

En-dessous, Philips a prévu un pas de vis classique pour pied photo. Vous pourrez ainsi positionner à bonne hauteur le projecteur n’importe où, sans même avoir besoin de table basse. Nous l’avons essayé avec un trépied Joby Gorillapod qui permet d’orienter précisément le PicoPix dans toutes les directions.

Philips PicoPix MaxTV sur trépied
©Alban Amouroux pour Clubic

Équipement : une vraie image Full HD

Qui dit mobile, dit batterie. Celle du PicoPix MaxTV tient 4 heures en moyenne, ce qui est largement suffisant pour regarder un film sans risquer de tomber en panne sèche. Les haut-parleurs intégrés de 2x12 Watts peuvent être utilisés en mode son sans image via le Bluetooth. Dans ce cas, l’autonomie du PicoPix est de 10 heures.

Philips PicoPix MaxTV objectif
©Alban Amouroux pour Clubic

La source lumineuse est une lampe LED délivrant 900 lumens. Un chiffre moyen qui nécessitera d’attendre la nuit tombée ou de fermer les rideaux pour profiter au mieux du ratio de contraste de 1000:1. Philips indique par ailleurs une compatibilité HDR10 et une couverture à 100% du Rec.709. La lampe LED n’aura sans doute jamais besoin d’être changée grâce à ses 30.000 heures de durée de vie. Cela permet au MaxTV de s’allumer quasi instantanément, comme un téléviseur. 

Philips PicoPix MaxTV dessus
©Alban Amouroux pour Clubic

L’objectif est fixe avec un ratio classique de 1.2:1. Il est complété par un zoom numérique et toute la panoplie habituelle pour régler finement l’image. La mise au point est automatique, tout comme la correction de trapèze. Un capteur de luminosité agit sur l’image de façon automatique là aussi.

Philips PicoPix MaxTV 3/4
©Alban Amouroux pour Clubic

La résolution native du PicoPix MaxTV correspond au Full HD (1920x1080 pixels). Beaucoup de vidéoprojecteurs mobiles sont encore en simple HD. De plus, le MaxTV accepte les flux vidéo en 4K qu’il adapte pour les afficher correctement sur sa matrice mono DLP. Philips précise que cette technologie est celle utilisée dans la plupart des salles de cinéma du monde entier. Ce qui est partiellement vrai puisque dans les cinémas, les vidéoprojecteurs sont équipés de trois matrices DLP (RVB) pour un tout autre niveau d’image évidemment.

Connectivité : tout ce qu’il faut, Chromecast en bonus

La connectique présente sur le Philips MaxTV est limitée mais suffisante. Nous disposons d’une entrée HDMI. Elle n’est pas 2.1 mais cela n’aurait pas de sens avec les capacités du vidéoprojecteur. Le port USB-C accepte la connexion avec un smartphone pour en afficher le contenu. Tandis que le port USB-A est présent pour alimenter un éventuel dongle multimédia par exemple. Côté audio, il y a une sortie casque sur mini-jack et une sortie numérique optique. Celle-ci sera sans doute peu utilisée, ou peut-être avec une enceinte active équipée de ce genre d’entrée.

Philips PicoPix MaxTV connexions
©Alban Amouroux pour Clubic

Pour ne pas avoir besoin de connecter des sources externes, le PicoPix MaxTV tourne sous Android TV, comme les téléviseurs Philips. Cela lui donne accès directement aux applications vidéo et autres. La connexion au réseau sera nécessaire via le WiFi. En outre, la fonction Chromecast permet de transmettre le contenu vidéo d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur directement vers le vidéoprojecteur, sans liaison physique.

Philips PicoPix MaxTV Android TV

Ergonomie : des menus simples dans lesquels on ne se perd pas

Bien qu’il soit présenté comme un appareil nomade, Philips n’a pas pensé à fournir de sacoche de transport. On peut estimer que le plastique noir sera suffisant en guise de protection et qu’il absorbera chocs et rayures. Mais une sacoche ou un équivalent aurait été le bienvenu, pour le transporter comme pour le ranger en toute sécurité avec ses accessoires.

Philips PicoPix MaxTV cordons
©Alban Amouroux pour Clubic

Car il faut noter que l’alimentation n’est pas intégrée à l’appareil. Un bloc déporté, identique à celui d’un chargeur d’ordinateur portable, devra être souvent emporté avec le PicoPix, au minimum dès que sa batterie interne sera vidée. Philips fournit également un cordon HDMI et un cordon USB-C vers USB-C. C’est tout cela que nous aurions bien aimé ranger dans une sacoche.

Philips PicoPix MaxTV télécommande
©Alban Amouroux pour Clubic

La télécommande propose l’essentiel. On retrouve le bouton Home d’Android TV ainsi que la touche Google Assistant pour les ordres vocaux. Le micro se trouve intégré à cette télécommande. Deux grandes touches offrent un accès direct à Netflix et Amazon Prime Video. Tandis qu’il est possible d’accéder directement aux réglages et de changer de source à la volée.

Philips PicoPix MaxTV menu OSD

La présence de Netflix est un excellent point ! Beaucoup de vidéoprojecteurs, y compris des modèles aux tarifs bien supérieurs, n’ont pas accès à Netflix. On sait que le service de SVOD n’accepte pas facilement que son application soit disponible sur les vidéoprojecteurs, même sur ceux équipés d’Android ou Google TV. Cela permet au PicoPix MaxTV d’offrir un avantage majeur par rapport à ses concurrents.

Analyse : une image précise et lumineuse proche d’un téléviseur

Au démarrage, la ventilation fait beaucoup de bruit comme souvent. Mais elle se calme une fois le menu principal affiché, pour se faire quasiment oublier. L’image est entourée d’un cadre plus clair, même lorsque le zoom est inactif et que l’image est à l’horizontale, c’est-à-dire quand la matrice est remplie totalement. Quand le projecteur vise vers le haut, la partie grise prend une forme de trapèze qui attire l’œil quand il fait sombre, comme avec tous les mini projecteurs. 

Philips PicoPix MaxTV dessous
©Alban Amouroux pour Clubic

L’image est douce par défaut avec les sources non Full HD, non pas qu’elle manque de définition, mais c’est comme s’il y avait une sorte d’aplat pour estomper trop de détails et de netteté et ainsi mieux faire passer la compression. En full HD, la plupart des caractéristiques de l’image sont respectées et l’on ressent que le MaxTV donne son maximum. Lorsque l’image est lumineuse, on en prend plein les yeux avec une colorimétrie éclatante et un excellent contraste dans les hautes lumières. Il y a quelques marches d’escalier sur les dégradés, mais rien de grave. Les panoramiques sont souvent hachés, c’est là aussi le lot de beaucoup des mini projecteurs.

En revanche, les noirs sont complètement bouchés. Même en effectuant nos tests en soirée, il y a un manque cruel d’informations dans les parties les plus sombres de l’image qui se mélangent pour ne faire qu’une vaste zone sombre uniforme plus grise que noire. C’est là le plus gros défaut de ce PicoPix MaxTV. Car sur tout le reste, et sans avoir à perdre des heures dans les réglages à l’aide d’outils spécifiques, qui sont de toute façon limités ici, l’image est vraiment belle. Même sans être un expert, vous avez peu de chance de vous retrouver avec une image totalement faussée.

Philips PicoPix MaxTV boite
©Alban Amouroux pour Clubic

La partie sonore est plutôt bien réussie. La dynamique est limitée sans être tassée et le grave est absent. Cependant, ce qui est restituée est clair et propre, sans coloration excessive. De plus le positionnement des deux haut-parleurs en stéréo sur chaque face latérale permet d’obtenir un son ouvert et large. A partir d’un film en 5.1, il y a même quelques effets sonores éloignés du projecteur ! Le PicoPix fait aussi bien, voire mieux que pas mal de petites enceintes Bluetooth. Vous pourrez donc vous en passer et confier sans crainte le son au vidéoprojecteur. Petit détail : après réinitialisation des paramètres, le son est à fond au premier lancement de l’appareil. Ca surprend !

Prix et concurrence

A 899 €, le PicoPix MaxTV se place dans le haut du panier des vidéoprojecteurs nomades. A ce titre, il a peu de concurrents. Il y a tout d’abord le Xgimi Halo dont le format est plus étiré en hauteur que le Philips. La grande majorité des caractéristiques est identique entre les deux appareils : Android TV, lampe LED, 30.000 heures de durée de vie, 900 lumens, HDR10… Ce sont presque des frères jumeaux, à l’exception de la batterie qui tient deux heures sur le Xgimi, contre 4 pour le Philips. La puissance sonore est aussi plus élevée avec le PicoPix. Quant à la taille d’image, elle est de 3m maximum chez Philips alors que Xgimi annonce jusqu’à 7,76 mètres de diagonale.

Le Samsung The Freestyle SP-LSP3 se limite à 2,5m de diagonale. Il est mobile mais sa batterie est en option. HDR10, il embarque moins de lumens mais promet un contraste plus élevé. Il embarque aussi une partie Smart TV sous Samsung Tizen. The Freestyle a pour lui son design original, mais il coûte 100 € plus cher que le Philips et le Xgimi.

Philips PicoPix MaxTV lifestyle
©Philips

L’avis de Clubic

8

Le Philips PicoPix MaxTV réussit la prouesse de délivrer une image proche d’un grand téléviseur en termes de contraste et de colorimétrie. Cependant, pour vraiment en profiter, il faut attendre la fin de journée ou bien fermer les volets. Car les détails inexistants dans les parties les plus sombres de l’image représentent son talon d’Achille. Si vous pouvez vous satisfaire de ce défaut, car rien n’est jamais parfait en ce bas monde, alors le MaxTV est un vidéoprojecteur portable incontournable.

La présence d’Android TV avec Netflix en version complète lui permet de fonctionner de façon autonome si une connexion WiFi est disponible. Dans le cas contraire, vous pourrez toujours transmettre l’image d’un autre appareil via le Chromecast. Enfin, il fallait absolument mentionner la partie sonore qui a su nous étonner par son étendue sur les films, quasiment aussi bonne qu’une barre de son d’entrée de gamme et meilleure que la plupart des mini enceintes Bluetooth.

Les plus

  • Image éclatante dans les hautes lumières
  • Section sonore de qualité
  • Android TV avec le support de Netflix
  • Silence relatif de fonctionnement
  • Connectivité suffisante

Les moins

  • Peu de détails dans les basses lumières
  • Cadre gris autour de l’image
  • Pas de sacoche de transport

Qualité vidéo 7

Qualité audio 8

Connectivité 9

Ergonomie 8

Finitions 7

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
Buttman
J’adorais me prendre un petit pico comme celui-ci, mais pour mon utilisation ça reste un trop gros investissement
pagnelli
Bonjour merci pour ce test. savez-vous s’il est compatible avec GeForce now où le cloud gaming de Microsoft ? Aussi vous n’avez pas parlé du bruit est-il équipé d’un ventilateur ?
Shinpachi
Il n’y a pas encore de Xbox Cloud sur Android TV.<br /> Et les projecteurs, c’est généralement pas top à médiocre pour jouer, avec des inputs lags allant de 30 à 100 ms.
Shirogetsu
Il y a une petite erreur dans les caractéristiques physiques, « 1 960kg » , un peu lourd pour être transporté x)
bmustang
un peu de sport, de gonflette et tu devrais pouvoir le soulever, pour l’abonnement de 12 mois, adresses toi à clubic qui te l’offrira généreusement.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Les AirPods Pro 2 dès cette année, mais sans passer à l'USB-C ?
Sony lance les LinkBuds S, des WF-1000Xm4 simplifiés mais next-gen... et brouille encore les pistes
On connaît le prix des Google Pixel Buds Pro en France... et c'est une bonne surprise !
Après sa
Turtle Beach dévoile une oreillette-micro gamer pour smartphone et ordinateur
Cette barre de son Sony voit son prix diminuer de plus de 100€ !
Sony WH-1000Xm5 : le roi des casques nomades révolutionne enfin son design et perfectionne sa technologie
Officiellement abandonnés par Apple, les iPod sont déjà en rupture de stock
Workspace, Google Assistant, Android 13, Pixel 6A, Pixel Buds Pro : ce qu'il faut retenir de la Google I/O 2022
Pixel Buds Pro : Google annonce ses nouveaux écouteurs sans-fil à réduction de bruit active
Haut de page