YouTube a envisagé de regarder toutes les vidéos de YouTube Kids avant de faire marche arrière

26 décembre 2019 à 15h30
0
Youtube kids

La plateforme de vidéos en ligne avait constitué une équipe de 40 personnes pour contrôler chacune des vidéos postées sur YouTube Kids, rapporte Bloomberg dans une enquête.

L'idée derrière ce projet, nommé « Crosswalk », était de limiter, voire d'éradiquer, les vidéos problématiques et inappropriées du site destiné aux enfants. La plateforme entame toutefois un rétropédalage en règle.

YouTube Kids sous le feu des critiques

L'application YouTube Kids a été lancée en 2015 (2016 en France), avec un contenu spécifiquement destiné aux enfants de trois à douze ans.

Dès son lancement en 2015, la plateforme a été critiquée pour ne pas bien filtrer les contenus et exposer les mineurs à des vidéos inadaptées. Des reportages de chaînes de télévision américaine n'avaient, à l'époque, pas manqué de souligner ces points.

Néanmoins, la véritable « affaire YouTube Kids » démarre en février de cette année, lorsque des messages malsains et cachés sont repérés sur des vidéos pour les enfants. C'est en particulier un passage d'une vidéo où il est expliqué comment se suicider qui suscite l'inquiétude, comme nous l'expliquions alors.

Le procédé, similaire sur de nombreuses vidéos, est le suivant : reprendre les codes des vidéos pour enfants avec des personnages (comme Mickey ou Peppa Pig), mais avec un contenu et des termes violents, afin que les parents n'aient pas conscience de ce que regarde leur progéniture.

Susan Wojcicki met fin à l'équipe de Crosswalk

In fine, YouTube a dû s'acquitter d'une amende de 170 millions de dollars pour violation du Children's Online Privacy Protection Act. À peine quelques centimes déboursés pour les grandes poches de Google, mais un gros problème d'image pour le futur de YouTube Kids en perspective.

Selon l'enquête de Bloomberg, YouTube a ainsi mis en place une équipe de 40 employés sous le nom de code Crosswalk. Celle-ci devait notamment regarder toutes les vidéos, une par une, pour s'assurer que les enfants de moins de huit ans ne seraient pas exposés à des contenus malsains.

C'est à la dernière minute, alors que la plateforme allait faire parvenir un communiqué de presse pour l'annonce de Crosswalk, que la P.-D.G. de l'entreprise a rétropédalé. Visiblement, Susan Wojcicki aurait considéré qu'une telle modération aurait fait jurisprudence, donnant à la plateforme des allures de média traditionnel. Celle-ci aurait ensuite été tenue pour responsable de l'ensemble des contenus postés sur YouTube, en termes de discours ou de copyright.

Source : Engadget
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
Coronavirus : le traçage numérique
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
Folding@home dépasse l'ExaFLOP pour lutter contre le Coronavirus
ESET commercialise un antivirus dédié aux terminaux Linux
Xiaomi présente le 70mai A1, un nouveau scooter électrique à petit prix
scroll top