Critique Moon Knight : la nouvelle série Marvel ne manque pas de personnalités

04 mai 2022 à 18h00
8
Moon Knight © Marvel
© Disney

Disney+ vient de terminer la diffusion de la première (et unique ?) saison de Moon Knight, nouvelle série Marvel portée par Oscar Isaac. L'heure du jugement est donc venue, et il y a beaucoup de choses à mettre en balance : place à la critique !

Moon Knight
  • Vous aimez les acteurs qui jouent plusieurs rôles
  • L'ajout de la mythologie égyptienne au MCU vous botte
  • La question de la santé mentale vous intéresse
  • Vous n'aimez pas les séries ambiguës
  • Une série qui ne fait pas (trop) avancer le MCU ne vous intéresse pas
  • Le sujet de la santé mentale vous dérange

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :

Fiche technique Moon Knight

Informations

Genre
Comics, Science-Fiction, Fantasy, Action, Aventure, Drame, Horreur
Réalisation
Jeremy Slater
Editeur
Marvel Studios
Plateforme
Disney+
Format d'épisode
50mn
Nombre de saisons
1
Nombre d'épisodes (Total)
6
Classification
Déconseillé / interdit aux moins de 16 ans

Les Moon Knight hallucinés

Steven Grant, un vendeur d'objets souvenirs sans histoire, est soudain victime de trous noirs et semble se remémorer des événements venus d'une autre vie. Il se rend ainsi compte qu'il partage son corps avec un mercenaire du nom de Marc Spector, et qu'il est lié à un mystérieux Dieu égyptien…

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Disney+ expérimente avec ses séries Marvel. Si toutes ne plaisent pas à tout le monde, aucune ne ressemble à une autre et, pour le moment, aucune ne s'est véritablement planté non plus, y compris la petite dernière, Moon Knight.

Contrairement aux séries précédentes que sont Loki, WandaVision ou Hawkeye, Moon Knight est à peine ancrée dans le MCU et ne poursuit pas l'histoire d'un personnage déjà connu du grand public. Vous n'aurez donc pas besoin d'avoir vu les dizaines d'oeuvres sorties avant pour apprécier l'aventure portée par Oscar Isaac, qui ne fait référence à aucune autre.

Moon Knight © Disney
© Disney

Selon votre démarche évidemment, cette première particularité pourra être une qualité ou un défaut. Les amateurs de liens entre les films et séries du MCU seront sans doute un peu déçus, pourtant, un peu comme Les Eternels ou Shang-Chi, Moon Knight se permet d'ajouter un très important pan à l'univers Marvel, à savoir la mythologie égyptienne, qui pourrait bien être réévoquée à l'avenir dans d'autres films ou séries.

Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le moi

Le coeur du scénario de Moon Knight repose d'ailleurs sur un affrontement millénaire entre deux Dieux à la vision différente : l'un veut punir les criminels après leur acte, l'autre veut les éliminer avant même que tout méfait soit commis. Cette intrigue façon Minority Report est certes déjà vue et revue en pop culture, mais elle demeure malgré tout intéressante et inédite dans le MCU. Et pour cause : c'est une très bonne excuse pour multiplier les combats dont le punch et l'efficacité n'ont presque rien à envier à ceux de Falcon et le Soldat de l'Hiver.

Moon Knight © Disney
© Disney

Le plus captivant dans tout ça reste toutefois Moon Knight en lui-même. Oscar Isaac, passant de la peau du doux et perdu Steven à celle du décidé et violent Marc, avec ou sans costume, délivre ici une excellente partition. Toujours convaincant, parfois émouvant et drôle, l'acteur, également impliqué dans la production de la série, donne beaucoup de sa personne et cela paye. On a ainsi adoré le découvrir face à ses incompréhensions dès le premier épisode, et le suivre dans ses (més)aventures dont les enjeux deviennent de plus en plus importants au fil de la saison.

« Moon Knight aurait sans doute mérité d'approfondir tout ce qu'elle entreprend  »

Sans aller jusqu'à égaler le génie ou la profondeur de la série Legion en abordant le sujet de la santé mentale, Moon Knight joue de la mise en scène et de l'ambigüité de son scénario pour désorienter Steven et perdre les spectateurs en conjectures.

Les événements sont-ils réels ou tout ne se passe que dans la tête du personnage ? À ce jeu là, l'épisode 5, notamment, ose surprendre et vient compenser quelques raccourcis et faiblesses scénaristiques aperçues dans les épisodes précédents.

Ethan Hawke, aïe

Outre quelques effets visuels pas toujours très léchés pour la machine Disney, le jeu d'acteur caricatural d'Ethan Hawke qui peine à convaincre (heureusement compensé par la sympathique May Calamawy, surtout dans le dernier épisode), on relève dans Moon Knight quelques petits passages à vide côté intrigue. Un constat d'autant plus dommage dans une saison de seulement six épisodes. La seule apparition du regretté Gaspard Ulliel, notamment, ne délivre que trop peu d'éléments réellement satisfaisants.

Moon Knight © Disney
© Disney

D'ailleurs, malgré une scène post-générique plutôt intéressante et capitale pour une (potentielle) suite, la série se termine de manière un brin précipitée. C'est logiquement le revers de la médaille des séries courtes. La question d'une saison 2, elle, reste en suspens, sachant que par contrat, Oscar Isaac n'est pas contraint de revenir dans le MCU, films et séries confondues.

En ce qui nous concerne, nous serions en tout cas prêts à signer pour son retour et une suite, d'autant que la série intégralement réalisée par Mohamed Diab et le duo Aaron Moorhead et Justin Benson (Synchronic) ne manque finalement pas de personnalité visuelle. La photo et l'ambiance collent fort bien au personnage assez sombre de Moon Knight, l'ensemble étant porté par la bande-son de Hesham Nazih qui s'aventure aussi hors des sentiers battus et rebattus de Marvel.

Moon Knight © Disney
© Disney

La série aurait sans doute mérité d'approfondir tout ce qu'elle entreprend. Que ce soit visuellement (même si quelques scènes réussies semblent directement tirées des pages des comics), dans son propos ou dans le développement de son héros torturé, mais le résultat est déjà fort satisfaisant en soi et le MCU a assurément gagné avec Moon Knight l'un de ses meilleurs nouveaux personnages.

Moon Knight

7

Moon Knight est imparfaite. Mais ses quelques défauts, sur le fond comme sur la forme, ne parviennent heureusement pas à gâcher l'ajout d'un solide héros et d'un nouveau pan mythologique au MCU. Reste à espérer que Marvel réutilisera tout cela à l'avenir, car pour le moment il s'agit surtout d'une courte incartade bonus, surtout destinée aux fans d'Oscar Isaac et d'Egypte ancienne.

Cette œuvre est pour vous si

  • Vous aimez les acteurs qui jouent plusieurs rôles
  • L'ajout de la mythologie égyptienne au MCU vous botte
  • La question de la santé mentale vous intéresse

Cette œuvre n'est pas pour vous si

  • Vous n'aimez pas les séries ambiguës
  • Une série qui ne fait pas (trop) avancer le MCU ne vous intéresse pas
  • Le sujet de la santé mentale vous dérange

La première saison de Moon Knight est disponible sur Disney+ depuis le 30 mars.

Disney+
  • Les classiques Disney au même endroit
  • Des séries exclusives Marvel, Pixar et Star Wars
  • Un prix très attractif

Il était très attendu et ne déçoit pas. Disney+ n'est pas un rival de Netflix mais une offre complémentaire, tournée particulièrement vers les enfants et plus largement vers la famille. L'univers Star, quant à lui, reste le parent pauvre de la plateforme et nécessitera plusieurs années de travail pour rattraper ses concurrents.

Il était très attendu et ne déçoit pas. Disney+ n'est pas un rival de Netflix mais une offre complémentaire, tournée particulièrement vers les enfants et plus largement vers la famille. L'univers Star, quant à lui, reste le parent pauvre de la plateforme et nécessitera plusieurs années de travail pour rattraper ses concurrents.

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
8
Doss
« Moon Knight est à peine ancrée dans le MCU et ne poursuit pas l’histoire d’un personnage déjà connu du grand public. »<br /> Bonne nouvelle, un peu comme les Marvels sur netflix, si il pouvait avoir un retour du Punisher je signe direct.
v1rus_2_2
À date, je suis agréablement surpris. J’ai bien aimé. Reste juste à voir le dernier épisode
Biggs
Pour ma part (épisode 3/6) je ne suis pas du tout emballé par cette série. Cette histoire d’un gars qui est possédé par un gars lui-même avatar d’un dieu égyptien, je trouve ça complètement tiré par les cheveux, même pour un Marvel !<br /> Mais surtout, je trouve qu’on voit bien trop peu le super-héros en action. 80% du temps d’écran est occupé par Oscar Isaacs (que j’apprécie par ailleurs depuis Sucker Punch) sous sa forme humaine lambda. C’est pas ce que j’attends d’un Marvel.
Bondamanmanw
Déjà dispo on est mercredi sinon je m’attendais au pire au vu des dernières productions mais là je me suis régalé, on voit qu’ils on joué à Assassin’s Creed Odyssey il y a une certaine ressemblance avec une des extensions du jeu.
pecore
J’ai bien aimé, sans avoir adoré car en effet il y a des longueurs et c’est d’autant plus agaçant que la série est courte. Mais cela reste une bonne surprise.<br /> En revanche, s’il y a encore de vrais amateurs du Moon Knight des comics, ils doivent être en train de s’arracher les cheveux, l’adaptation étant très éloignée de la BD (et c’est tant mieux).
Popoulo
@pecore : on ne peut pas vraiment se réjouir qu’une adaptation massacre son origine en BD. Ca n’a aucun sens.
pecore
Lorsque la BD n’est qu’un plagiat à peine voilé de la franchise à succès d’une maison concurrente, on peut.
Braitzel_le_poulpe
Je voulais me lancer dans une critique longue et constructive, mais je n’ai pas tant d’énergie à mettre pour un tel navet. Je me contenterais donc de baver le dégoût que m’inspire cette « oeuvre » si on peut l’appeler ainsi.<br /> Après Psychose, Les 3 visages d’Eve ou autre Split, Hollywood vient à nouveau chier dans les bottes en faisant d’un trouble psychiatrique un super pouvoir. Aberrant. C’est le seul mot qui me vient à l’esprit pour décrire une telle stupidité.<br /> Les troubles psychiatriques ne sont pas funs. Ils ne sont pas cool, et ne devraient pas être romancés à ce point. Ca ne fait qu’induire la jeunesse en erreur et rend hype des maladies qui ne devraient jamais être vues comme telles. Je n’en suis personnellement pas atteinte, mais une de mes amies proches en souffre. Savez-vous la souffrance qu’elle endure au quotidien ? Les amnésies constantes, les flashback répétés de traumatismes graves, la honte que la personne peut ressentir à cause du comportement de certaines identités, ça vous parle ? La comorbidité avec d’autres troubles comme le syndrome de stress post traumatique ? Evidemment que non, ça bien sûr le cinéma s’abstient d’en parler, il faut dire que ce n’est pas très vendeur.<br /> Manqueriez-vous à ce point de respect à une personne souffrant d’un cancer ? Du sida ? Evidemment que non, alors pourquoi le faire avec des maladies psychiatriques ?<br /> Avec Split, les personnes atteintes du tdi ont été vues comme de dangereux criminels à enfermer, maintenant vous voulez les aduler ? Parce que oui, des enfants, des jeunes adolescents vont forcément trouver ça génial d’avoir plusieurs personnes dans leur tête. J’entends d’ici les « oh c’est trop bien, j’ai plein d’amis avec qui je peux jouer » ou encore « oh trop bien, j’ai pas envie d’aller à l’école aujourd’hui, je vais demander à machin d’y aller à ma place ».<br /> Vous rendez-vous au moins compte de votre stupidité ? A quand une oeuvre qui traiterait correctement de cette pathologie ? Je ne dis pas qu’il faut bannir les maladies du cinéma, au contraire, je pense qu’il est important, presque même vital d’en parler. Mais au moins, sachez le faire correctement, et avec respect. Ce serait si difficile que ça de travailler de choeur avec des psychiatres ? Des personnes directement atteintes ? Simplement des personnes qui pourraient poser un regard juste, et non cette version fantasmée de la maladie ?<br /> Je ne m’attarde pas sur le reste de la série, en dehors de cette affreuse représentation du trouble, cela reste une série de super-héros sommes toute classique, comme il en existe des dizaines d’autres. Rien de réellement nouveau, un super-héros qui se bat contre des super-vilains. Une recette vue et revue, qui fait toujours vendre, bien qu’on ne soit pas sur du grand art.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

She-Hulk : Disney+ vous donne rendez-vous en août pour cette avocate Marvel pas comme les autres
Sandman, Cyberpunk, Umbrella Academy... Netflix annonce sa Geeked Week à grand renfort de trailers
Chez Netflix, si vous n’aimez pas le contenu, vous pouvez démissionner
The Boys, saison 3 : en juin, ça va cogner sur Prime Video
For All Mankind : direction Mars dans le premier trailer de la saison 3
Netflix n'en a pas terminé avec Black Mirror
Prenant le contrepied de Netflix, Apple TV+ s'apprête à dégainer un nouveau film d'animation
Festival de Cannes : TikTok s'invite sur la croisette
Pour Dune Part. II, Denis Villeneuve a trouvé son empereur Padishah
Netflix dévoile un premier aperçu de sa prochaine série Resident Evil avant sa sortie estivale
Haut de page