WandaVision : le bal des séries Marvel Disney+ s'ouvre comme par magie

Inespérée. Voilà comment je pourrais décrire en un mot WandaVision, la première série Marvel signée directement par Disney+ . Toutefois j'ai bien d'autres qualificatifs positifs à lui accoler, alors place, sans plus attendre, à un avis complet, dans lequel je m'efforcerai de ne pas trop spoiler le show, qui joue volontairement la carte du mystère.

Le veilleur d'écran[s] S06E02 📺 : WandaVision

Dans un contexte où l'offre en matière de séries n'a jamais été aussi pléthorique, le Veilleur d'écran[s] se propose d'être votre guide à travers les saisons. Qu'il s'agisse d'une ancienne série aujourd'hui culte, d'un carton récent ou d'un show plus anonyme, cette chronique vous aidera à ne perdre votre temps qu'en bonne compagnie.

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :

WandaVision : un lancement de phase 4, avec l'art et la matière

J'aime bien le MCU (l'univers Marvel au cinéma). J'en apprécie la majorité des films, et je suis très client de ce qui, finalement, ressemble beaucoup à une série où les épisodes ont été remplacés par des longs-métrages. Pourtant, malgré les qualités que l'on peut trouver à cette divertissante nébuleuse (personnages et casting sympathiques, action et effets spéciaux solides, climax importants dans les films Avengers…), impossible de ne pas reconnaitre qu'en plus de quelques très mauvais films, l'ensemble est souvent très calibré, prévisible, voire oubliable.

Or voilà qu'arrive l'énigmatique WandaVision.

Suite au report de la diffusion du long-métrage Black Widow, charge à la toute première série Marvel signée Disney+ d'ouvrir la phase 4 du MCU, après une conclusion de phase 3 riche en événements, surtout avec Avengers: Endgame. Et quel démarrage osé de la part de Disney ! Il va être très difficile de parler de la série - volontairement floue dans sa communication - sans en dévoiler quelques éléments centraux, mais je vais tout de même m'efforcer d'en gâcher le moins possible.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il convient de répondre à une question que bien des personnes doivent se poser : est-il nécessaire d'être à jour sur le MCU pour se lancer dans WandaVision ? En tout cas, pas besoin d'avoir regardé les 23 (!) films diffusés depuis 2008, bien évidemment.

En revanche, les long-métrages Avengers dans lesquels sont présents les deux personnages principaux du show (à savoir Age of Ultron, Infinity War et Endgame) me semblent être une bonne base pour appréhender le passé de Wanda Maximoff/La Sorcière Rouge et Vision, mais aussi l'après Thanos de la phase 4.

Toutefois il existe une autre solution, un juste milieu pour qui ne voudrait pas investir plusieurs heures dans ces films, sans pour autant commencer la série sans aucun élément de contexte : regarder les deux épisodes de 5 minutes des Légendes des Studios Marvel, une autre mini série Disney+ qui se propose de résumer succinctement, avec de courts épisodes, le parcours des principaux héros du MCU avant la diffusion de leurs séries dédiées.

Enfin, pour les vrais passionnés, quelques connaissances des récents films X-Men, des comics Marvel ou de pop culture en général seront également un plus (évidemment facultatif) pour pleinement saisir toutes les références glissées dans cette série, assurément généreuse.

Reddit Player One

« Généreuse » serait d'ailleurs le second mot que j'utiliserais pour qualifier WandaVision. J'ai été véritablement soufflé par le nombre de choses que la série tente - et réussit - en seulement neuf épisodes (dont la durée oscille entre 20 et 40 minutes).

Située chronologiquement après les événements partiellement tragiques d'Avengers: Endgame donc, WandaVision joue, dès son trailer, la carte du mystère : on y voit Wanda vivre une vie de banlieue américaine idéale façon sitcom en noir et blanc, aux côtés d'un Vision qui semble bien vivant.

Bien évidemment les apparences sont trompeuses (mes propres théories ont d'abord été infirmées, se sont finalement révélées correctes, mais en fait non, et au final si…), et c'est au spectateur d'essayer de comprendre ce qui se trame réellement à travers un scénario riche en rebondissements.

Comme le montre succinctement le trailer (que finalement je vous invite à ne pas regarder si vous souhaitez profiter à fond de la surprise qu'est cette série), WandaVision est avant tout un brillant et vibrant hommage assumé à l'histoire de la télévision. Chaque épisode est ainsi réalisé à la façon de séries cultes, qui ont marqué leur décennie.

L'amour est Legion chez Disney+

On démarre donc dans les années 60, au format 4:3, en noir et blanc, filmé devant un vrai public pour en enregistrer les rires et ainsi reprendre le style de shows comme Ma sorcière bien-aimée. En plus de la réalisation, décors, costumes, accessoires et même générique d'ouverture s'adaptent à chaque bond temporel.

Retrouver à quelles séries chaque épisode de WandaVision fait référence est un pur délice pour qui aime un minimum ce format, d'autant que l'exécution est systématiquement admirable.

Pour ceux et celles qui n'auraient en revanche pas beaucoup de patience ou qui n'aimeraient vraiment pas le genre sitcom à l'ancienne : tenez bon jusqu'à l'épisode 3. C'est à partir de là que l'intrigue décolle véritablement et que la couleur arrive, pour se rapprocher un peu plus de nos standards sériels actuels.

Le show, au scénario trompeur et au format assurément osé (surtout pour une première série), se permet d'être régulièrement méta, s'approchant ainsi par moments d'une certaine Legion . Pas aussi perchée, complexe, voire volontairement obscure que la série X-Men de FX, WandaVision n'hésite cependant pas à briser plusieurs fois le quatrième mur et à surprendre ses spectateurs avec des partis pris et des références de génie (à Marvel en général, mais aussi à plein d'autres choses !).

Elle est ainsi de ces séries qui méritent d'être vues plusieurs fois (ou décortiquées sur Reddit) pour ne rien louper, évitant toutefois de tomber dans la surenchère façon Ready Player One.

Généreuse, la série l'est aussi lorsqu'elle fait revenir d'anciens personnages secondaires du MCU, absents des productions depuis un moment, et en introduit de nouveaux, dont certains devraient assurément affecter l'avenir de l'univers Marvel.

WandaVision est également l'occasion d'introduire le S.W.O.R.D., une organisation centrale qui devraient reprendre le flambeaux du S.H.I.E.L.D., dont il ne reste aujourd'hui plus grand-chose.

« Sorry for your Loss - Saison 3 »

Mais ce n'est pas tout. Rendre hommage à l'histoire de la télévision et jouer (dans tous les sens du terme) avec les spectateurs, c'est sympathique, mais WandaVision a également des choses propres à raconter. Au fil des épisodes, la série explore ainsi la thématique du deuil, notamment à travers le personnage de Wanda Maximoff.

Cette dernière, toujours incarnée par la très solide Elizabeth Olsen, habituée à parler de deuil après deux saisons de l'excellente série Facebook Sorry for your Loss, doit poursuivre sa vie après la disparition de son compagnon Vision (lui aussi toujours joué par l'impeccable Paul Bettany). Et pour cause, vous l'aurez sans doute deviné, ce dernier n'est pas véritablement là.

La série explore alors leur présent, visiblement factice, et théâtre de bien des choses étranges. Elle creuse aussi leur passé et plus spécifiquement celui de Wanda, grâce à quelques flashbacks inspirés qui donnent de l'épaisseur au personnage, ne manquant ainsi ni de fond, ni de drame.

« bon courage à Falcon et le Soldat de l'Hiver, qui arrive dans quelques jours pour prendre la relève de WandaVision »

Enfin, Disney oblige, WandaVision n'oublie pas l'action, rappelant au passage que la firme a de l'argent et des artistes talentueux pour l'utiliser. Aucun doute, la série a les moyens de ses ambitions, et les nombreuses scènes reposant sur des effets spéciaux valent bien celles des films, y compris l'épisode final épique.

Sans aller jusqu'à être décevant, bien au contraire, soulignons que ce dernier à tendance à retomber de trop dans les classiques du MCU auxquels nous sommes habitués depuis des années, oubliant malheureusement un peu l'identité atypique de la série. Notez en passant qu'il n'y a pas une scène post-générique, mais deux (et que certaines sont parsemées dans d'autres épisodes).

Malgré son succès, je doute que WandaVision profite d'une saison 2. Il semble en effet complexe de rebondir sur un tel scénario et plus encore de reproduire l'effet de surprise et de fraicheur apporté par cet hommage à la production télévisuelle. Aussi, je pense que Disney va préférer multiplier les séries très courtes, façon films fractionnés, plutôt que d'allonger des shows qu'il va être de plus en plus difficile d'imbriquer de façon cohérente au sein du MCU.

Cependant, s'il y a finalement une deuxième saison, je serai le premier devant ma télévision pour retrouver ses excellents personnages (à commencer par cette Wanda Maximoff incroyable), et découvrir où ses créateurs nous emmèneront.

D'ailleurs, bon courage à Falcon et le Soldat de l'Hiver, qui arrive dans quelques jours, pour prendre la relève de WandaVision, tant sa recette s'annonce convenue comparée à cette osée et réussie entrée en matière.

Cette série est pour vous si :
- Vous aimez le MCU et voulez voir quelle direction prend la phase 4
- Un bel hommage à l'histoire de la télévision, ça vous botte
- Vous appréciez vos super héros autrement
Cette série n'est pas pour vous si :
- Le MCU ne vous intéresse pas/plus
- Vous n'avez pas la patience pour les premiers épisodes, à l'ancienne et peu clairs
- Vous n'aimez pas les séries trop originales ou métas

La première saison de WandaVision est disponible sur Disney+.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
7
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Cette double clé USB SanDisk Ultra 256 Go est vraiment pas chère sur Amazon
Android : Oppo envisagerait de proposer 4 années de mise à jour
Test de Subnautica Below Zero : la profondeur des grands jeux
Kodi 19.1 est dispo : des correctifs à gogo, de la vidéo au réseau
Un Porsche Macan tout électrique à venir, à côté d'un nouveau modèle thermique
Sony WF-1000XM3 : le top des écouteurs sans fil au meilleur prix sur Amazon
Faux avis Amazon : la firme bannit les produits Aukey de son catalogue
Smartphone pas cher : le Xiaomi Redmi 9A passe à moins de 100€ sur Amazon
Intel lance officiellement sa 11e génération de processeurs mobiles
Prime Video dévoile Solos, une série d'anthologie au joli casting teintée de SF
Haut de page