Salto : TF1, France Télévisions et M6 lâchent du lest pour séduire l'Autorité de la concurrence

17 juillet 2019 à 21h59
0
Salto

En attendant la réponse de l'Autorité de la concurrence, les groupes télévisuels français ont été poussés à faire quelques concessions pour espérer voir naître leur projet commun et inédit, Salto.

Initié il y a un an, le projet de plateforme de vidéos des groupes TF1, France Télévisions et M6, Salto, est actuellement étudié avec la plus grande attention par l'Autorité de la concurrence, qui doit donner son feu vert légal pour que le service puisse passer à l'étape suivante. Compte tenu du poids médiatique des trois groupes français, il a fallu ajuster le dossier, pour éviter tout comportement antitrust potentiel.

Des restrictions significatives sur les contenus autorisés

Selon les informations recueillies par Satellifax, relayées par nos confrères des Echos, TF1, France Télévisions et M6 se sont engagés à limiter les passerelles entre les maisons mères et le service de streaming. Concrètement, Salto ne pourra pas proposer, sur son service de SVoD, plus de 40% de son volume horaire en contenus audiovisuels acquis auprès des maisons mères en exclusivité.



Cet engagement sous-entend que les trois groupes ne pourront pas pleinement profiter de leur force de frappe commune, qui était censée être la force du projet.

Salto ne pourra pas être plus avantagé que les opérateurs par ses maisons mères

Quelles seront les relations entre Salto, les chaînes de ses maisons mères, et les distributeurs-opérateurs traditionnels ? TF1 et M6, mécènes privés, ne pourront pas plus avantager Salto qu'un service comme Molotov ou qu'un FAI comme SFR ou Free. Salto, qui proposera naturellement certaines chaînes de la TNT à ses utilisateurs, comme TF1, France 2, M6, TMC, W9, France 5 ou TFX, pourra être amené à les rémunérer pour les diffuser. Mais les sommes versées ne devront pas discriminer les distributeurs traditionnels. En somme : personne ne devra être avantagé plus qu'un concurrent.

En outre, les trois médias ne pourront pas faire de promotion croisée de Salto sur leurs chaînes en clair, et les salariés de TF1, France Télévisions et M6 ne pourront pas exercer de fonction au sein du service de streaming vidéo. Parmi les autres engagements pris, TF1, France Télévisions et M6 ne devront pas abuser de la pratique du holdbak au profit de leur service Salto. Cette pratique consiste, pour un diffuseur, à protéger l'exclusivité d'un programme dans le temps.

Salto devrait bénéficier d'un financement de 45 millions sur trois années et doit désormais attendre la réponse de l'Autorité de la concurrence, qui interviendra durant l'été.

Source : Les Echos
14
10
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

L’ONU tire le signal d’alarme sur la production massive de batteries de voitures électriques
Freebox Pop: retrouvez toutes les annonces présentées ce mardi !
La 5G, une technologie pour
Emmanuel Macron débarque sur... TikTok, pour féliciter les lauréats du bac 2020
Tesla continue de faire dans la pseudo-disruption et commercialise désormais des shorts...
YouTube : préparez-vous à voir davantage de publicités
Les États-Unis songent à interdire TikTok
NVIDIA : les spécifications des RTX 3070 et 3070 Ti en fuite, la RTX 2080 SUPER battue ?
Facebook Messenger et WhatsApp bientôt réunis ?
scroll top