Salto : TF1, France Télévisions et M6 lâchent du lest pour séduire l'Autorité de la concurrence

Alexandre Boero Contributeur
17 juillet 2019 à 21h59
0
Salto

En attendant la réponse de l'Autorité de la concurrence, les groupes télévisuels français ont été poussés à faire quelques concessions pour espérer voir naître leur projet commun et inédit, Salto.

Initié il y a un an, le projet de plateforme de vidéos des groupes TF1, France Télévisions et M6, Salto, est actuellement étudié avec la plus grande attention par l'Autorité de la concurrence, qui doit donner son feu vert légal pour que le service puisse passer à l'étape suivante. Compte tenu du poids médiatique des trois groupes français, il a fallu ajuster le dossier, pour éviter tout comportement antitrust potentiel.

Des restrictions significatives sur les contenus autorisés

Selon les informations recueillies par Satellifax, relayées par nos confrères des Echos, TF1, France Télévisions et M6 se sont engagés à limiter les passerelles entre les maisons mères et le service de streaming. Concrètement, Salto ne pourra pas proposer, sur son service de SVoD, plus de 40% de son volume horaire en contenus audiovisuels acquis auprès des maisons mères en exclusivité.



Cet engagement sous-entend que les trois groupes ne pourront pas pleinement profiter de leur force de frappe commune, qui était censée être la force du projet.

Salto ne pourra pas être plus avantagé que les opérateurs par ses maisons mères

Quelles seront les relations entre Salto, les chaînes de ses maisons mères, et les distributeurs-opérateurs traditionnels ? TF1 et M6, mécènes privés, ne pourront pas plus avantager Salto qu'un service comme Molotov ou qu'un FAI comme SFR ou Free. Salto, qui proposera naturellement certaines chaînes de la TNT à ses utilisateurs, comme TF1, France 2, M6, TMC, W9, France 5 ou TFX, pourra être amené à les rémunérer pour les diffuser. Mais les sommes versées ne devront pas discriminer les distributeurs traditionnels. En somme : personne ne devra être avantagé plus qu'un concurrent.

En outre, les trois médias ne pourront pas faire de promotion croisée de Salto sur leurs chaînes en clair, et les salariés de TF1, France Télévisions et M6 ne pourront pas exercer de fonction au sein du service de streaming vidéo. Parmi les autres engagements pris, TF1, France Télévisions et M6 ne devront pas abuser de la pratique du holdbak au profit de leur service Salto. Cette pratique consiste, pour un diffuseur, à protéger l'exclusivité d'un programme dans le temps.

Salto devrait bénéficier d'un financement de 45 millions sur trois années et doit désormais attendre la réponse de l'Autorité de la concurrence, qui interviendra durant l'été.

Source : Les Echos
14 réponses
10 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Netflix menace les partages de compte entre amis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top